Dormir à l’aéroport

Le guide de survie complet pour dormir dans les aéroports : conseils, astuces, bonnes pratiques et règles à suivre.

Billet d’avion en poche, vous avez une longue correspondance à l’aéroport entre la soirée et l’aube du lendemain ? Les hôtels à proximité de l’aéroport sont complets ? Lorsque l’on voyage sur des vols long-courriers, il peut arriver de devoir dormir à l’aéroport. D’une part, cela permet d’économiser sur le budget des vacances. Et d’autre part, vous n’aurez pas à vous soucier des moyens de transport pour faire votre transport de l’aéroport vers un hôtel. En revanche, ce sont rarement les nuits les plus confortables que l’on passe.

Quel que soit le motif, voici nos astuces et notre guide complet pour dormir à l’aéroport.

Pourquoi dormir à l’aéroport ?

Les motifs nous incitant à dormir à l’aéroport peuvent être nombreux. Parfois votre vol arrivera tard le soir, après la fin des services des transports en commun. Votre vol peut également partir tôt le matin. Cela peut être aussi une volonté d’économiser sur votre budget voyage.

Pour faire des économies

Dormir à l’aéroport permet de faire des économies sur le budget hébergement du voyage, souvent la raison première de ce genre de choix. Les voyageurs à petit budget apprécieront trouver une aérogare ouverte la nuit pour pouvoir dormir à l’aéroport. Lorsque l’on sait qu’une nuit à l’hôtel peut coûter 50€ ou 60€ par personne, le compromis est vite fait. Car dans certains pays, ces 50€ suffisent à couvrir les dépenses courantes (hébergement, alimentation) pour deux, voire trois jours de voyage.

Pour avoir un vol tôt le matin

Votre vol décolle tôt, à l’aube le lendemain matin ? Vous pourriez choisir de prendre un hôtel pour visiter la ville de votre correspondance. Toutefois, il arrive que les transports en commun ne soient pas en service tôt le matin. Par conséquent, dormir à l’aéroport peut vous garantir une seule certitude : être à l’heure à l’embarquement. En choisissant cette option, vous serez déjà sur les lieux et vous serez sûr(e) de ne pas dépendre d’un taxi pour arriver à l’heure. En plus, cela vous ferait vous lever très tôt.

Supposons que votre vol part à 6 heures du matin. Vous allez vous lever à 4h30 pour traverser la ville en taxi, en espérant qu’il n’y aura pas d’embouteillages. Est-ce bien raisonnable ? Dormir à l’aéroport vous permettra d’arriver à l’embarquement bien plus tranquillement.

Pour une arrivée en pleine nuit

Voyageur dormant sur un banc à l'aéroport

Crédit Photo : Unsplash / Ilnur Kalimullin

Si à l’inverse votre vol arrive en pleine nuit, il se peut que les services des bus, tramways et métros soient terminés. C’est assez rare, car les aéroports limitent souvent les atterrissages de nuit. Souvent, les transports en commun s’arrêtent entre minuit ou 1h et 5h. Si vous avez un petit budget ou que vous refusez de héler un taxi, dormir à l’aéroport est une bonne solution. Pour dormir à l’aéroport en attendant la reprise des bus, évitez les endroits de passage. Trouvez peut-être une banquette confortable d’un café, dans un recoin. Commandez une boisson, une friandise, et assoupissez-vous dans l’une des zones les plus calmes de l’aérogare. Un proche ne peut venir vous chercher avant le lever du jour ? Cherchez un spot où faire une sieste en attendant.

Si l’on prépare à l’avance les solutions de transfert, tout ne se déroule pas toujours comme prévu. Un vol en retard à l’arrivée, de mauvaises conditions météorologiques, une correspondance ratée, un premier vol annulé, etc. Il peut arriver que l’on doive dormir à l’aéroport à l’insu de notre plein gré, même à l’arrivée. Dans ce cas, vous n’aurez sûrement pas envie de payer une nuit d’hôtel supplémentaire alors que vous deviez arriver bien plus tôt à votre hébergement…

Suite à une annulation ou un retard de vol

Votre vol est annulé ou retardé ? On ne peut compter le nombre de voyageurs dans l’incapacité d’embarquer, malgré leur présence sur les lieux. En effet, il n’est pas rare que les compagnies aériennes pratiquent le surbooking (ou plutôt overbooking), soit vendre plus de billets qu’il n’y a de places disponibles dans un avion. Une pratique courante via laquelle les compagnies maximisent leurs profits. Comment ? En faisant le pari que tous les sièges ne seront pas comblés, compte tenu des désistements éventuels.

Depuis, des systèmes d’indemnisation ont été mis en place pour réparer le préjudice. Si toutes ne le font pas, certaines compagnies aériennes proposent une nuit d’hôtel en compensation.

L’indemnisation

Vous serez éligible à une indemnisation dans deux cas : si votre vol est retardé de plus de trois heures ou si l’annulation du vol est indiquée moins de 14 jours avant le décollage.

Des experts juridiques spécialisés en droit du transport aérien sont à votre disposition pour faciliter vos démarches d’indemnisation. Génération Voyage a constitué un dossier relatif à cette aide juridique : celle-ci se nomme Claim Flight Refund. Il s’agit d’un cabinet d’experts proposant un accompagnement personnalisé pour faciliter les dédommagements. Voici les étapes :

A noter : si la procédure aboutit, Claim Flight Refund prélèvera 25 % sur la somme qui vous reviendra.

Pour une correspondance de plusieurs heures

Enfin, dernier motif qui incite à dormir à l’aéroport : en cas de longue correspondance. En effet, il n’est pas rare de devoir attendre de longues heures entre deux vols. C’est le cas si vous recherchez les vols les moins chers, via des compagnies low-cost. Pour voyager pas cher, on se retrouve souvent à prendre des vols avec escales.

Par exemple : votre avion atterrit à l’aéroport de Bangkok à 22 heures. Le lendemain à l’aube, vous prenez un second avion vers un autre pays d’Asie. Que faire durant ce laps de temps ? Vous pouvez opter pour le taxi pour aller visiter la ville de nuit. Assurez-vous de revenir au moins trois heures avant le vol.

Où et comment dormir à l’aéroport ?

Zone lounge à l'aéroport de Dubaï

Crédit Photo : Shutterstock / Sorbis

Mais alors, vient une question importante : où s’installer et comment dormir à l’aéroport ? Voici les zones des aéroports que les voyageurs ont coutume de choisir.

Dans la zone avant l’enregistrement

Si l’aéroport est ouvert 24 heures sur 24, restez y et trouvez le meilleur endroit où dormir à l’aéroport. N’oubliez pas la règle d’or : si vous voyagez seul(e), installez-vous près d’autres voyageurs et évitez les recoins les plus isolés. Dans tous les cas, il faudra rester proche des bagages. Nous sanglons toujours les lanières de notre sac à la jambe, d’autres dorment carrément dessus. Nous vous avertissons : ce ne sera pas la nuit des plus confortables !

Solution numéro 1 pour dormir à l’aéroport : tester la zone avant l’enregistrement. L’aérogare des départs peut être une option si celle-ci n’est pas sur-fréquentée. Éloignez-vous le plus possible des portes d’entrée de l’aéroport. Si vous êtes équipé(e), choisissez le sol pour dormir. Dormir allongé(e) sur le carrelage ne fait pas rêver, mais vous ne serez pas jambes repliées, contorsionné(e) entre les sièges. Autre conseil : visez les prises de courant, pour recharger vos appareils.

Dans la zone internationale avant l’embarquement

Vous attendez votre vol après les portiques de sécurité. Vous ne cessez de regarder l’horloge, les heures qui s’égrainent en attendant l’embarquement. On ne compte plus les fois où l’on s’est retrouvé(s) pendent de longues heures à attendre l’embarquement.

La zone de transit est accessible après les contrôles de sécurité, avec un titre de transport, elle est donc plus sûre que l’aérogare des départs et des arrivées. L’objectif ici est de trouver des chaises sans accoudoir ainsi qu’une salle calme. Combien de fois s’est-on retrouvé(e) dans une salle d’embarquement surpeuplée et très bruyante ? Les cris des enfants, le bruit des valises, les gens qui parlent, les annonces sonores des vols… Les zones de transit ne garantissent pas toutes de passer une bonne nuit. C’est néanmoins une zone souvent mieux aménagée que les halls d’entrée des aéroports.

L’avantage de dormir à l’aéroport dans la zone de transit est que vous n’aurez pas de grosses valises à surveiller. Celles-ci auront déjà été enregistrées. C’est donc l’un des meilleurs endroits où dormir à l’aéroport.

Dans un lounge

Saviez-vous que la plupart des aéroports ont un ou plusieurs salons VIP et louges à l’intérieur ? Il s’agit d’espaces loués par les compagnies aériennes pour leurs clients et voyageurs. Ils sont privés, l’accès n’y est donc pas public. Les lounges se trouvent dans les terminaux internationaux et parfois nationaux, le plus souvent les gros hubs. Dans ces salons, buffets et boissons sont en libre accès, avec des sièges pour s’allonger. Mais ce n’est pas tout : notons également les prises pour recharger ses appareils, des bars et des journaux, douches et toilettes. Un havre de paix prisé pour s’échapper de l’activité effervescente des terminaux surpeuplés.

Pour y accéder, il faut avoir un billet en première classe affaires, ou en premium economy. Côté prix, l’accès est facturé assez cher, mais en cas de longue escale, cela peut être intéressant pour travailler ou dormir à l’aéroport confortablement. Prenez par exemple une carte de membre chez Priority Pass ou téléchargez l’application Lounge Buddy. Chaque accès est facturé environ 50€. Quelle que soit la compagnie avec laquelle vous voyagez, vous trouverez plus de 1 000 salons VIP et lounges dans 120 pays du monde.

Dans un hôtel près de l’aéroport

Rien ne remplace cependant le confort d’un bon lit. Vous avez mal au dos ou vous souhaitez simplement éviter d’être trop fatigué(e) avant d’embarquer dans le deuxième avion ? Alors si l’envie d’un vrai lit vous séduit, n’hésitez pas à réserver une nuit dans un hôtel à proximité de l’aéroport. On en trouve généralement une grande quantité.

Génération Voyage vous facilite la tâche en proposant désormais de nombreux articles pour savoir où dormir près de tel ou tel aéroport.

Les règles de conduite à tenir

Bien entendu, lorsque l’on s’installe pour dormir à l’aéroport, il y a un certain nombre de règles de bonne conduite et de savoir-vivre à respecter.

Si dormir à l’aéroport demeure toléré, trouvez un endroit calme qui n’est pas complètement isolé. Les salles de prière, les espaces de yoga, les salles les moins fréquentées de l’aéroport sont de bons spots où dormir. Vous y risquerez moins de vous faire voler vos bagages durant votre sommeil. Vous pouvez à ce titre déposer vos affaires de valeurs dans un casier ou une consigne. Veillez à garder vos bagages près de vous. Par exemple, faites un sac à dos avec vos appareils, goPro ou clés, etc, pour dormir avec le sac à dos sur le ventre ou sous la tête.

Les accessoires pour dormir dans un aéroport

Passager endormi à l'aéroport

Crédit Photo : Unsplash / Jay Wen

On ne vient pas dormir à l’aéroport en tee-shirt, short et sans avoir un minimum d’équipement. Voici une liste d’accessoires incontournables à avoir avec vous pour dormir à l’aéroport :