10 destinations où les touristes ne sont plus bienvenu·e·s

avatar

Pour préserver l’environnement et la pérennité des lieux, certains pays gèrent l’afflux touristique. Voici 10 destinations désormais sans touristes.

 

Des milliards de touristes internationaux de par le monde. Une affluence croissante dans des pays jusqu’ici jugés peu attrayants. Des millions de visiteurs en plus dans les pays déjà courus des voyageurs. Une industrie extrêmement pesante dans l’économie mondiale. Des lignes aériennes toujours plus nombreuses. Aucun doute, le tourisme a bel et bien explosé ces dernières décennies. Mais un tel boom n’est pas sans conséquences dévastatrices. Les Hommes, l’environnement et l’ensemble des écosystèmes sont parfois lourdement ébranlés par la venue massive des touristes. Par conséquent, certaines destinations ont décidé d’enrayer la machine.  Découvrez dix destinations où les touristes ne sont plus bienvenus. Voire, ne l’ont jamais franchement été…

À lire aussi :
Les 9 lieux les plus dangereux au monde
12 lieux insolites où manger dans le monde

 

1. Le Bhoutan

Bhoutan

Crédit photo : Shutterstock – Khanthachai C

Aux confins de l’Himalaya, flirtant avec les nuages et lové dans les bras de Bouddha, le Bhoutan laisse rêveur de nombreux voyageurs. Terres de treks, de nature, de contemplation et de silence, le pays est également célèbre pour son BIB. Soit, le Bonheur Intérieur Brut. Ce bonheur là, les Bhoutanais souhaitent le conserver coûte que coûte. Ils se sont donc longtemps protégés du monde extérieur et n’ont ouvert les frontières aux visiteurs qu’en 1974.

Pourtant, le Bhoutan reste une destination sans touristes. Afin de garder intact leur environnement, leurs traditions et leurs monuments, les Bhoutanais ne laissent rentrer les visiteurs que sous certaines conditions. Déjà, ils doivent obligatoirement passer par une agence de voyage locale ou française. Cette dernière est alors la seule à pouvoir fournir le visa d’entrée obligatoire. Ensuite, une taxe de séjour journalière colossale est imposée à chaque voyageur (150€ en moyenne).

 

2. L’Île de Boracay, Philippines

Île de Boracay

Crédit photo : Shutterstock – haveseen

Fermée en 2018 et sans touristes accueilli·e·s durant de six mois, cette île a su tirer des leçons du passé. À cause de la surfréquentation, ce petit paradis des Philippines s’était transformé en véritable poubelle. À tel point qu’un immense nettoyage d’une demi-année s’imposa !

Aujourd’hui, l’Île de Boracay ne laisse plus les voyageurs envahir et saccager ses espaces naturels exceptionnels. Interdiction formelle de fumer ou consommer de l’alcool sur les plages. Elles ont su retrouver leur visage de cartes postales. De plus, le nombre de touristes est soigneusement filtré ainsi que le nombres d’infrastructures hôtelières.

3. Maya Bay, Thaïlande

Maya Bay, et sa politique "touristes interdits"

Crédit photo : Shutterstock – Adisa

La plus fameuse des plages de Thaïlande a littéralement fermé ses bancs de sables blancs aux hordes de touristes venues du monde entier. Touristes interdit·e·s jusqu’à nouvel ordre ! Rendue célèbre grâce au film La Plage, dont le personnage principal est incarné par Leonardo DiCaprio, sa célébrité – et la bêtise humaine – ont eu raison d’elle.

Suite au boom touristique, des espèces marines furent complètement anéanties et 50% des coraux furent dévastés. À ce jour, et au moins jusqu’en 2021, les touristes ne sont plus du tout bienvenu·e·s à Maya Bay ! L’arrêt de la pollution des bateaux et des déchets laissés par les touristes a déjà parmi la réintroduction de nombreux récifs coralliens et nombreuses espèces endémiques.
 

4. Les Îles Galapagos, Équateur

Les îles Galapagos, une île sans touristes

Crédit photo : Shutterstock – Seumas Christie-Johnston

Ce nom sonne probablement à vos oreilles comme une promesse de biodiversité étincelante. Pour parvenir à préserver cet écrin naturel, le gouvernement a su trouver l’équilibre entre développement touristique et protection de la faune indigène.

Par conséquent, il existe une liste de quatorze règles (en plus du quota strict de visiteurs et de la taxe d’entrée) que tous les voyageurs doivent scrupuleusement respecter. Ainsi, pour résumer, il est interdit de :

  • Toucher, déranger, nourrir tout animal ;
  • Arracher la moindre plante ;
  • Transporter d’île en île des organismes vivants ;
  • Marcher hors des sentiers balisés ;
  • Jeter le moindre détritus ;
  • Acheter des souvenirs provenant des ressources naturelles ;
  • Fumer sur l’ensemble de l’île.

 

5. L’Antarctique

L'Antarctique

Crédit photo : Shutterstock – evenfh

Autre destination sans touristes : l’extrême Sud de notre planète. Terre fascinante, magnétique pour les explorat·eurs·rices, abondante en ressources prisonnières sous glace. Ou bien divisée par la chaîne de montagnes la plus longue du monde, étonnant berceau d’une activité volcanique éteinte et recouverte de méga-dunes gelées, l’Antarctique est un joyau inestimable.

Mais, un joyau préservé. Seuls quarante mille visiteurs par an ont droit de fouler ce territoire. Les excursions terrestres sont limitées à cent personnes, pendant trois heures. Aucun bateau à fioul lourd n’est, par ailleurs, autorisé à naviguer au largue.

 

6. Uluru – Ayers Rock, Australie

Ayers Rock

Crédit photo : Shutterstock – eo Tang

Cette annonce a sonné comme un glas, poussant une horde touriste à profiter de l’expérience avant que celle-ci ne devienne proscrite. Ça y est, depuis 2019, le sommet de l’Uluru est devenu destination interdite aux touristes. Ce monolithe emblématique de l’Australie, aussi connu sous le nom de Ayers Rock est un lieu vénéré et sacré dans la culture aborigène.

Néanmoins, l’afflux touristique commençait sérieusement à dégrader les lieux et mettre en péril les vestiges aborigènes. Sans compter la dangerosité de l’escalade ! Puisque le sommet, culminant tout de même à presque trois-cent cinquante mètres, n’était accessible que par des chemins plus ou moins vertigineux et fragiles.

7. Surtsey, Islande

Surstey, destination où les touristes sont interdits

Crédit photo : Shutterstock – Thomas Males

Au large des côtes islandaises, une petite île fascine et intrigue la communauté scientifique du monde entier : Surtsey. L’histoire veut qu’une éruption volcanique sous-marine donna naissance à cette jeune île aux alentours de 1963.

Seulement, ce fut la première fois que l’Homme put observer la naissance d’une île volcanique et analyser ce phénomène en temps réel. Quelle stupéfaction fut celle des scientifiques lorsqu’ils virent, tout à coup, un bout de terre pointer le bout de son nez à la surface de l’Océan. Entraînant alors des phénomènes volcaniques abasourdissants, sabrant le ciel d’épaisses colonnes de fumées.

Néanmoins, afin de préserver l’exceptionnelle faune et flore de cette île, seuls des géologues, biologistes et volcanologues peuvent y mettre les pieds. Cette destination interdite aux touristes restera donc, pour la plupart d’entre-nous, un mystère à approcher à quelques mètres en bateau ou en avion.

 

8. Île Lord Howe, Australie

Autre destination sans touristes : l'île Lord Howe

Crédit photo : Shutterstock – Steve Todd

Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler cette destination de rêve au large de l’Australie. Normal, c’est une destination sans touristes. Pourtant, cette minuscule île surgissant du pacifique est classée au Patrimoine mondial et abrite des panoramas d’exceptions. Lagons cristallins, montagnes verdoyantes s’avançant en falaises escarpées au dessus de l’eau et plages en croissant tapissées de sable blanc.

Née d’un activité volcanique, cette île dispose d’un écosystème et d’espèces endémiques uniques. Un tel écrin de beauté se devait d’être protégé du tourisme de masse ! Il y a seulement trois cent habitants sur l’île et ils refusent de voir débarquer plus quatre cent visiteurs en même temps. Sur place, seulement deux hôtels luxueux. Pour le reste, il s’agit de petits logements au confort simple.

 

9. The Wave, États-Unis

The Wave

Crédit photo : Shutterstock – Asif Islam

Il existe un point de rencontre unique entre l’Utah et l’Aziona : The Wave. Cette formations rocheuse impressionnante et hypnotique est le témoin d’un incroyable phénomène géologique. Sculptée par le vent et l’eau, cette vallée rougissante et renversante est également très fragile. Ce trésor serait rapidement endommagé par un afflux touristique trop important.

Ainsi, le site accueille uniquement vingt personnes par jour. Ici, c’est quasiment sans touristes. Dix places sont attribuées par une loterie en ligne et dix autres sur place. De plus, les inscriptions doivent se faire plusieurs mois à l’avance ou sinon, il faut être à neuf heures pétante au Visitor Center !

 

10. Atoll d’Aldabra, Seychelles

Atoll d'Aldabra

Crédit photo : Shutterstock – Altrendo Images

La dernière de nos destinations sans touristes se trouvent aux Seychelles. L’atoll d’Aldabra : une île posée en forme d’anneau dans un lagon, constituée de récifs coralliens et abritant un écosystème ultra préservé. Difficile d’accès, terre promise des tortues terrestres géantes et des colonies d’oiseaux endémiques, ce bout de paradis est un rêve inaccessible. Ou plutôt, accessible seulement à des groupes de trente personnes, priés de suivre des règles très rigoureuses, déguerpir avant la tombée de la nuit et s’acquitter d’une taxe d’entrée de 100€.

Les Seychellois, qui ont toujours fait des efforts pour limiter les impacts environnementaux et contenir le nombre de voyageurs sur leur archipel, ont décidé que nul n’entraverait la beauté surréaliste de cet atoll.

Vous connaissez désormais les plus belles destinations sans touristes. Heureusement, notre planète regorge d’autres lieux exceptionnels !

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire