Comment voyager durable et responsable ?

Hébergement responsable

Voici le petit guide du touriste responsable, celui qui agit en faveur de l’humain et de la biodiversité. Découvrez comment voyager durable et éthique.

Il est parfois difficile de concevoir qu’en souhaitant découvrir un pays, en participant à son développement touristique et son rayonnement sur le plan international, nous participons à la détérioration de sa faune, de sa flore et parfois même de ses traditions ancestrales portées par ses ethnies.

Malheureusement, l’accessibilité actuelle du tourisme et l’ouverture des frontières a bel et bien des conséquences néfastes, parfois même désastreuses, sur certaines régions du monde. En réponse à ce constat alarmant, une nouvelle manière de voyager émerge. Cette façon de voyager est capable de tout concilier : assouvir l’appétit sans fin des voyageurs, démocratiser la découverte des contrées les plus reculées, prendre soin des écosystèmes et soutenir l’économie locale.

Son nom ? Le tourisme éco-responsable et durable. Contrairement à certaines idées reçues, voyager durablement est à la portée de tous. Encore faut-il bénéficier de bons « tips éthiques et écologiques » pour redonner un visage humain aux voyages sans en perdre l’attrait et l’excitation. C’est pour cela que Generation Voyage vous propose ce petit guide plein de conseils « verts ».

La mobilité douce et l’éloge de la lenteur

Mobilité douce - voyager durable

Crédit photo : Shutterstock – Soloviova Liudmyla

C’est vrai qu’il n’est pas toujours possible de voyager sans prendre l’avion et donc brûler du kérosène. Si les pays frontaliers et quelques pays d’Europe sont accessibles en train, bus ou même voiture, l’avion reste souvent l’unique moyen de se rendre à l’étranger. Ceci dit, rien n’empêche de réduire la fréquence de ces trajets aériens au profit d’escapades de proximité.

Si l’occasion se présente, sachez que se rendre dans un pays étranger grâce à un moyen de transport doux comporte tout un tas d’avantages. Par exemple, entre votre culture et celle tant attendue dans le pays de destination, vous rencontrerez tout un tas d’autres cultures aux nuances variées. Lorsqu’on ne prend pas l’avion, on ne souffre pas non plus du décalage horaire ou de la confrontation soudaine à de nouvelles bactéries. Notre corps s’habitue peu à peu aux changements et ne subit aucun « choc ».

Concrètement, pour vos déplacements, vous pourrez alors opter pour le train : le transport motorisé le moins gourmand en énergie de la planète. Au choix du chemin de fer s’ajoute celui du covoiturage. Cette pratique monte en flèche pour de nombreuses raisons : retombées économiques pour le conducteur comme les passagers, avantages écologiques, création de liens sociaux. Sans oublier les bus locaux, souvent folkloriques et bourrés d’authenticité.

Mais là où il est possible de se passer de ce gros émetteur de gaz à effet de serre qu’est l’avion, c’est certainement sur place. À savoir, lorsque vous décidez de visiter tout un pays en un minimum de temps. Et si plutôt, vous adoptiez le slow travel ? Ne voyagez plus pour voir plus. Ne voyez pas tout mais voyez-le mieux. Imprégnez-vous d’un lieu, reconnectez-vous à la nature, discutez avec les locaux, laissez-vous porter par les imprévus et n’ayez pas d’attentes rigides. Recherchez des expériences plutôt que des destinations. Posez vous la question : « qu’ai-je envie de vivre ? » au lieu de « où ai-je envie d’aller ? ». En adoptant cette façon de concevoir le voyage, vous pourrez rapidement vous passer des vols intérieurs et des itinéraires qui survolent tout un territoire en un minimum de temps.

Des activités décarbonées

Activité décarbonée

Crédit photo : Shutterstock – Virrage Images

Défendre et s’élancer dans les voyages éthiques consiste à faire des choix judicieux en termes d’activités et prestataires sur place. Les expériences vécues et les organismes en charge de leur réalisation doivent être respectueux de l’environnement et des ethnies locales. Voici quelques idées d’activités décarbonées, bonne pour votre santé, votre moral et la nature.

  • Randonnées pédestres, de quelques heures à plusieurs jours, en dormant dans les logements insérés dans la nature ;
  • Randonnées à vélo ou en VTT ;
  • Itinéraires en kayak et, pourquoi pas, du camping à chaque étape ;
  • Sorties thématiques centrées sur l’observation et la sensibilisation aux écosystèmes ;
  • Activités solidaires et participatives auprès des peuples et communautés locales afin de découvrir leurs traditions ancestrales et leur mode de vie ;
  • Sorties auprès de guides naturalistes et scientifiques pour apprendre de manière ludique ;
  • Éco-croisières en groupe restreint, à bord d’une embarcation écologique (voilier, catamaran ou bateau traditionnel).

Si vous cherchez à vous impliquer de façon plus avancée dans des activités vertes et éthiques, pourquoi ne pas tester le volontourisme, le tourisme participatif ou encore le tourisme solidaire ? Le but est de vous rendre utile, qu’il s’agisse de ramasser des déchets, participer aux évènement locaux, prendre part à des chantiers, œuvrer à l’amélioration des conditions de vie et d’accès à l’éducation. Le but peut être également de prendre part à des expériences uniques : des expéditions 100% nature et sauvage, des voyages en auto-stop, etc.

À contrario, on laisse tomber les tours en hélicoptère, les sorties en jet ski et le quad dans le désert.

Les hébergements responsables

Hébergement responsable - voyager durable

Crédit photo : Shutterstock – anatoliy_gleb

L’hébergement est un des aspects fondamentaux d’un voyage durable et responsable. L’industrie hôtelière est le second plus gros poste d’émission de gaz à effet de serre dans le monde du tourisme. Destruction des habitats naturels, surconsommation des ressources naturelles, création de déchets : les impacts de certains établissements sur la planète sont catastrophiques.

Heureusement, depuis quelques années, de nombreux hébergements éthiques et écologiques ont essaimé sur les continents. Gîtes à la campagne, logements familiaux, auberges green, campings éco-responsables, hôtels durables : les options pour dormir en limitant son empreinte écologique sont multiples. Pour faciliter le choix d’établissements engagés, il existe plusieurs plateformes, agences de voyages ou sites spécialisés tels que We Go GreenR, Ethik Hôtels, Chilowé, Allibert Trekking, etc.

Enfin, privilégiez les adresses labellisées et inscrites dans une démarche qualité tourné vers le tourisme durable. Il y a de quoi satisfaire tout type de voyageur : ceux qui rêvent d’un gîte à la ferme comme ceux qui rêvent d’un hôtel de luxe ou d’un écolodge fondu dans la nature.

N’hésitez pas à comparer les offres (là encore, prenez le temps) et déceler celles qui font « ces petits riens » en apparence, mais qui font finalement toute la différence en termes de cercle touristique vertueux.

Des destinations engagées

Destination engagée - voyager durable

Crédit photo : Shutterstock – Piotr Krzeslak

Chaque année, des milliards de voyageurs traversent les frontières. Si le comportement et les choix personnels de ces derniers influencent largement le caractère durable ou non du voyage, le comportement des professionnels du tourisme compte aussi. Ainsi, pour permettre aux générations futures de découvrir des endroits préservés et authentiques, privilégiez les destinations engagées.

À ce titre, faites un choix éclairé et tournez-vous vers les départements, régions ou pays qui mettent en place des initiatives pour protéger et préserver leur biodiversité. Plus encore, favorisez les restaurants en partenariat avec des producteurs locaux, les écoquartiers urbains où les pistes cyclables sont reines, les villages bien au chaud sous leurs panneaux solaires, etc.

En France, plusieurs destinations sont réputées pour leur implication envers l’environnement : la station Les Rousses, Angers, les Cévennes, le Canal du Midi, Strasbourg, la Bretagne, les Landes, ou encore la Camargue. Escapade urbaine ou exode rural, en montagne ou en bord de mer, les voyages bleus-blancs-rouges peuvent tout à fait se décliner en vert !

Pour un peu plus de dépaysement, vous pouvez également décider de voyager green en Europe. Le Danemark, la Crète, la Suisse, la Finlande, l’Islande, la Norvège, les Açores ou encore l’Autriche sont des pays champions en termes de tourisme responsable.

Sans oublier, pour un bain d’exotisme, les pays lointains adeptes du tourisme vert et durable. Costa Rica, Tanzanie, République des Palaos, Polynésie française, Îles Galápagos, Bahamas, Bénin, Mongolie, Rwanda, Bhoutan : ces destinations sont propices à un voyage itinérant neutre sur le plan carbone, essaimé d’hébergements éco-responsables, à bord d’une voiture électrique ou dans des paysages où le bien-être des espèces fauniques et florales priment.

Le voyage lointain… au pas de votre porte

Voyage de proximité - voyager durable

Crédit photo : Shutterstock – milosk50

Une autre façon de voyager durable et responsable consiste à réinventer sa vision du voyage. Si ce dernier est souvent associé au lointain, pourquoi ne pas l’envisager autrement, davantage axé sur la proximité ? Cela permet, entre autres, de relever le défi de l’écologie et contribuer à contenir le réchauffement climatique tout en assouvissant les besoins de découvertes et de nouveautés des voyageurs.

Il est tout à fait possible de prendre un plaisir intense en voyageant « chez soi » plutôt qu’à l’étranger. Le bonheur n’est pas uniquement devant le Taj Mahal, au pied des Temples d’Angkor ou au sommet du Machu Picchu. Voyager loin, s’émerveiller, se dépayser, tient bien plus aux sensations procurées par une expérience qu’à la destination dans laquelle elle est réalisée. Par conséquent, pourquoi ne pas envisager un ou plusieurs voyages en France, capables de vous procurer les mêmes émotions qu’à des milliers de kilomètres ?

Envie de Colorado ? Rendez-vous au Colorado Provençal dans le Vaucluse. Envie de Sahara ? Voici la Dune du Pilat en Nouvelle Aquitaine. Envie d’un temple au Myanmar ? Direction le Palais du Facteur Cheval dans la Drôme. Envie de Cappadoce en Turquie ? Découvrez les orgues d’Ille-sur-Têt dans les Pyrénées Orientales. Envie des steppes infinies de Mongolie ? Explorez le Lac de Nino en Haute Corse. Envie du plus beau fleuve du monde ? Nul ne peut ignorer la Loire.

En plus des paysages, peut-être rêvez-vous de goûter à d’autres cultures et vivre des expériences humaines fortes ? Alors sortez de votre zone de confort et rencontrez les chamans, les nomades et les expatriés en France. Vous avez à cœur de partir à la rencontre de vous-même au cours d’un voyage initiatique ? En France, les temples, les bastides, les ashrams qui emploient les mêmes rituels qu’en Inde existent.

Sinon, peut-être avez-vous envie de vous reposer et simplement passer du temps avec vos proches ? Les plages de Bretagne, de Corse et du Pays Basque seront largement à la hauteur. Si vous recherchez des aventures bouleversantes et risquées en terres inconnues, nous avons aussi la solution. Un stage de survie en pleine forêt d’Orléans, dans la peau d’un chasseur cueilleur, n’est-il pas plus intense qu’un itinéraire en hôtels perclus de touristes occidentaux ?

Vous l’aurez compris, la France recèle de merveilles qui peuvent vous procurer le grand frisson du voyage lointain.

Ces petits écogestes bonus

Artisanat local - Pérou

Crédit photo : Shutterstock – Shannon West

Vous avez sélectionné des professionnels impliqués dans le tourisme durable, réservé votre hébergement éco-responsable et listé les activités sans impact sur la biodiversité et/ou centrées sur les peuples locaux ? Super ! Il est temps de boucler votre valise. D’ailleurs, qu’apporte-t-on en voyage lorsqu’on est un touriste responsable ? C’est simple : l’essentiel seulement et on garde toujours un peu de place pour ramener des souvenirs issus de l’artisanat local. Selon la destination choisie, assurez-vous également d’embarquer les tenues qui conviennent (notamment dans les lieux de culte). Laissez de côté tout signe extérieur de richesse qui pourrait contraster avec le niveau de vie du pays.

Lors de la préparation de votre sac, pensez aux accessoires indispensables pour ne pas polluer et éviter une surconsommation quelconque. Tote-bags (sacs en tissu lavables et réutilisables), produits de beauté et soins solides, gourde et couverts réutilisables : partez avec un véritable kit du zéro déchet.

Les souvenirs que vous n’achetez pas comme les photographies sont merveilleux. Toutefois, avant de faire le portrait d’un local, demandez-lui toujours son autorisation et prenez le temps de nouer un dialogue si ce dernier vous y invite. Dans les zones naturelles ou archéologiques, lisez bien les règles afin de vous assurer de ne pas commettre un vol ou dégrader la nature en récoltant un souvenir.

Enfin, à votre retour, devenez conteur ou conteuse des richesses et des fragilités des écosystèmes. Sensibilisez votre entourage aux enjeux environnementaux et aux conditions de vie éprouvées durant votre voyage afin que le « murmure vert » se fasse de plus en plus entendre.

2329
Laisser un commentaire ou