Les grandes découvertes Vikings : L’Islande, terre de glace

avatar

Peuple scandinave aux idées révolutionnaires et aux pratiques parfois barbares, les Vikings ont une Histoire mêlée de crainte et de fascination. Plongez dans le récit des grandes découvertes vikings, et naviguez dans les eaux d’une Histoire trouble.

Guerriers, pirates, pillards. Violents, sanguinaires, sans pitié. Nombreux sont les qualificatifs assénés au peuple viking. Population légendaire, presque mythologique, elle nous intrigue autant qu’elle nous effraye. Pourtant, saviez-vous que la majorité des écrits contant les histoires de ces « terribles Vikings », furent écrits par les chrétiens, population victime de leur colonisation ?

Alors si, ensemble, nous accordions le bénéfice du doute à ce peuple païen ? Grands explorateurs assoiffés de découvertes, architectes, artisans précurseurs et commerçants de grands talents, aujourd’hui nous vous dévoilons le portrait méconnu des Vikings.

Dans ce voyage dans le temps, nous vous proposons de ré-écrire ensemble, l’Histoire de leurs plus grandes découvertes.

Vikings

Crédit photo : Shutterstock – Selenit & Feel Freedom

Dans ce premier épisode, faisons escale sur une terre presque aussi légendaire que le peuple qui l’a découvert, l’Islande. Sur les traces des premiers explorateurs vikings, vous voilà en terre sublime, en territoire hostile.

1. Découverte de l’île de glace

Si nous savons que les Vikings sont issus des pays scandinaves, tels que la Suède ou la Norvège, il est pourtant difficile de dater l’apparition exacte de ce peuple, estimée autour de l’an 750. Et pour cause, jusqu’au XIIème siècle, les Vikings n’apparaissent que dans les manuscrits chrétiens de l’ancien royaume d’Angleterre, terre des premières invasions barbares. Une vision forcément biaisée de ce peuple, et contant les terribles légendes que nous connaissons aujourd’hui sur une population sanguinaire.

Ce n’est que quatre siècles plus tard qu’apparaît le premier manuscrit rédigé de la main des héritiers vikings : le Landnámabók. Ainsi nait la première saga de l’Histoire. L’ouvrage relate, pour la première fois et de manière extrêmement détaillée, la première réelle découverte et colonisation du peuple scandinave, celle de l’Islande.

Naddoddr et Gardar Svavarsson : Les grandes premières

Islande

Dune de sable noir – Stokksnes, IslandeCrédit photo : Shutterstock – Andrew Mayovskyy

C’est donc en s’appuyant sur les écrits du Landnámabók que nous commençons notre récit, avec Naddoddr, un Viking Norvégien dont l’évocation nous ramène au milieu du IXème siècle. Nous sommes en 861 lorsque, souhaitant retrouver les terres des îles Féroé, Naddoddr et son équipage dérivent. Alors perdus entre Mer du Nord et la Mer de Norvège, les marins s’échouent finalement sur la côte Est de l’Islande, à Reyðarfjall.

Déterminés à retrouver leurs terres féroïennes pour en devenir les premiers colons, Naddoddr et son équipage ne s’éternisent pas, et reprennent rapidement la mer. À leur départ, la neige se met à tomber sur les côtes Islandaises. Inspiré par ce manteau blanc, le Viking décide alors de baptiser le pays Snaeland, le pays de la neige.

Vikings, Islande

Carte des découvertes de l’Islande / Portrait de Gardar SvavarssonCrédit photo : Wikipédia – Max Naylor & Artūras Slapšys

Pendant plusieurs années, Snaeland reste inhabitée. Jusqu’à cette nouvelle fois où, le hasard rapporte en son sein un nouvel équipage Viking : celui du suédois Gardar Svavarsson. En quête de l’héritage de son beau-père, Gardar prend la mer en direction des Hébrides. Son drakkar se retrouve pris en pleine tempête, résistant aux vents et aux marées, mais ne pouvant lutter face aux courants, qui finissent par dévier son chemin vers le Nord.

Une fois sur la côte Est, Gardar et ses hommes entreprennent de contourner le territoire. Seulement voilà : la terre qu’ils sont en train de fouler n’a pas de frontières. Gardar Svavarsson est donc le premier Viking à avoir définit l’Islande comme une île. Fort de cette découverte et conquis par la beauté du paysage, il fais alors le choix d’y passer l’hiver. C’est dans la province de Skjálfandi, aujourd’hui nommée Húsavík, qu’il établit le premier campement Viking d’Islande.

Skjálfandi, Islande

Tungulending, bordant la province d’Húsavík, IslandeCrédit photo : Flickr –
VisitHusavik

Une fois l’hiver passé et les eaux apaisées, Gardar Svavarsson décide de retourner en Norvège, dans l’idée de partager sa folle découverte aux autres Vikings, jamais avares de bonnes histoires. Mais au moment de quitter Snaeland, l’un de ses esclaves, Náttfari, s’enfuit avec un homme et une femme, devenant ainsi les premiers résidents permanents d’une terre qui ne tardera pas à devenir l’Islande, terre de glace.

Flóki, l’architecte aux corbeaux

Notre récit continue, et prend un tournant décisif pour l’Histoire de l’Islande, comme pour l’Histoire des Vikings. Et si l’on devait personnifier ce virage, il prendrait le nom de Flóki Vilgerðarson, aussi nommé Flóki aux corbeaux.

Nous ne sommes que quelques années après le retour de Gardar sur les terres norvégiennes, et la légende est en marche. Une légende contant l’histoire d’une terre inhabitée, pleine de plages et de plaines. Une terre bénie des dieux, prête à accueillir païens et bétails pour y instaurer de nouveaux commerces et agrandir les colonies scandinaves.

À ces histoires, Flóki, descendant des anciens rois de la province de Hedemark – mais plus attiré par l’aventure que par le pouvoir -, n’est pas insensible. Ne pouvant renier son attirance pour les dieux ni ses envies de découverte, le Viking fait très rapidement le choix de monter un équipage pour partir conquérir cette contrée divine.

Une fois la construction du bateau achevée, il se met alors en quête d’hommes ou de femmes prêt·e·s à l’accompagner. Seulement, peu sont celles et ceux qui souhaitent l’accompagner dans une si grande aventure. Après tout, ce nouveau monde fascine autant qu’il effraie.

Peu importe, après avoir réunis trois hommes, Flóki embarque dans son modeste drakkar. Direction le Nord.

Iles-Féroé - Islande, Vikings

Drangarnir & Gasaladur, Île Féroé Crédit photo : Shutterstock – Costas Kariolis & Albert Photo

Dans cet équipage de fortune, Floki accueille notamment trois curieux voyageurs, connus pour leurs facultés d’orientation : des corbeaux. Après avoir passé les îles Féroé, il relâche un premier corbeau, qui repart malheureusement en direction des côtes féroïennes. Le lendemain, il en libère un deuxième. Une nouvelle fois, l’oiseau repart en arrière. Alors, Flóki décide de se laisser mener par le courant, plusieurs jours durant, avant de finalement relâcher le troisième corbeau…

Cette fois-ci, c’est vers l’avant que se dirige le volatile, prouvant au navigateur que les terres tant recherchées sont plus proches que jamais. Son pauvre équipage et lui suivent alors la direction prise par l’oiseau, jusqu’à finalement apercevoir une grande baie. Aujourd’hui encore, cette baie porte le nom de Faxafloi, baie de « Faxi », l’un des compagnons de Flóki, car celui-ci aurait été le premier à apercevoir la terre tant attendue.

Faxafloi, Islande

Baie de Faxafloi, IslandeCrédit photo : Shutterstock – Paul B. Moore

Finalement, c’est sur la plage de Barður que Flóki décide d’élire campement, accompagné de ses trois compagnons, et d’un peu de bétail. Après un hiver difficile pour des Vikings encore peu habitués à une météo si rude, les quelques animaux amenés par ces derniers succombent, et les réserves s’amenuisent. Le printemps, offrant lui aussi un climat peu clément, est une nouvelle épreuve pour Flóki et ses hommes.

Alors, l’explorateur se décide à partir à la conquête de ce nouveau pays, en espérant y trouver des terres plus accueillantes. Courageux, c’est seul qu’il escalade une haute montagne afin de trouver un point de vue surplombant l’ensemble du territoire. Seulement, après un tel effort, sa déception est immense. La terre, qui l’entoure à perte de vue, est blanche, glacée, hostile… inexploitable. C’est ainsi qu’alors, il devient le premier a nommer le pays « Ice land », terre de glace, qui finira par devenir « Islande ».

Glacier de Skaftafell, Islande

Glacier de Skaftafell, Islande Crédit photo : Shutterstock – Guitar photographer

Revenu au campement, Flóki aux corbeaux se résigne à attendre de meilleurs jours, afin de prendre la mer pour retourner en Norvège. Malheureusement, les saisons s’avèrent difficiles et la mer impraticable, ce qui oblige Floki et son équipage à attendre une année de plus sur cette terre. Finalement de retour en Norvège, et alors qu’il est interrogé sur la valeur de ces terres divines, Flóki explique qu’elles étaient sans valeur. Son compagnon de navigation, Herjólfur, confesse que pour lui l’Islande est une terre hostile, qui possède autant de défauts que de qualités.

Ingolfur Arnarson, la légende de Reykjavik

Flóki restera donc le premier Viking à avoir vogué intentionnellement vers l’Islande, et lui aura même donné le nom qu’il porte encore aujourd’hui. Pourtant, d’autres Vikings auront marqué l’Histoire du pays.

En effet, nous sommes au milieu des années 870 lorsque Ingolfur Arnarson, un Viking Norvégien, se voit contraint de quitter le pays après une querelle avec le jarl Atli. Mais il ne part pas seul : son ami, Hjörleifr Hróðmarsson quitte les siens pour l’accompagner. Tous deux, aillant entendu les exploits de Gardnar et de Flóki, y voient une opportunité. La possibilité d’un avenir radieux qui leur permettra de passer de « rejetés » à grands explorateurs.

C’est un véritable coup de flair, car en 874, ils débarquent finalement sur les côtes Islandaises. Alors qu’ils approchent, Arnarson offre à la mer les bords en bois de son haut-siège sacré. Sculptés à l’éffigie des Dieux, ces derniers dériveront jusqu’au rivage, et indiqueront l’emplacement de la future colonie.

Vikings, Islande

Lagune bleue de Reykjavik & Reykjavik, Islande Crédit photo : Shutterstock – klenger & Studio Dagdagaz

Il faudra plus de trois ans aux hommes d’Arnarson pour retrouver les piliers de bois, nichés dans la baie de Reykjavik. C’est ainsi que très vite, cette cité devient l’une de places phare du pays, jusqu’à en devenir la capitale presque un millénaire plus tard, en 1845. Ainsi, Arnarson aura été le premier viking reconnu comme résident permanent de l’Islande. Cependant, son compagnon et ami, Hjörleifr Hróðmarsson, n’aura pas eu cette chance. Il fut assassiné quelques mois après leur arrivée sur l’île, par des esclaves irlandais.

Mais si à cette période encore, le peuple païen n’a prouvé que ses capacités d’explorations, la terre sur laquelle ils viennent d’arriver va totalement bousculer les choses. En effet, le peuple Viking s’apprête à changer la face du monde, en créant le premier parlement de l’Histoire.

2. Thingvellir, l’héritage d’un nouveau Monde

Conflits et guerres de territoires : les premiers pas vers la paix

Grâce aux explorations, fabuleuses pour l’époque et menées par les Vikings dont nous connaissons désormais l’histoire, l’Islande se dévoile peu à peu. Alors, les merveilles qu’elle héberge se révèlent au peuple païen, et les nouvelles se répandent. Il ne faudra pas plus d’une dizaine d’années pour que des centaines de drakkars amarrent sur les côtes Islandaises, et que les terres s’emplissent de Vikings.

Vikings, Islande

Reconstitution de maisons vikings, Islande Crédit photo : Shutterstock – jonanderswiken & Olja Reven

Seulement, ces derniers viennent de pays, de régions et donc de sociétés différentes. Norvégiens, Suédois, Danois… Chaque groupe de Vikings possède forcément des habitudes, des coutumes et des arts de vivre qui différent.

Ainsi évidement, durant les premières années, des conflits d’égos et des guerres de territoires voient le jour, notamment avec les descendants d’Ingolfur Arnarson, devenus entre temps la famille la plus puissante d’Islande. Des conflits qui finiront par mener à la plus grande invention sociale de la population Viking. C’est avant tout pour contrer cette expansion et dans la crainte de devoir subir une nouvelle royauté que les conflits cessent, et que les nouveaux venus s’allient.

Vikings, Islande

Reconstitution de maisons vikings, Islande Crédit photo : Shutterstock – Matt Ledwinka & Mars0hod

Alors, aux environs de 930, la décision de créer une assemblée générale est prise : ainsi nait l’Etat libre Islandais. Tout s’accélère ensuite. Plusieurs émissaires sont chargés de voyager dans leur pays natal afin d’y étudier les lois. L’objectif : se mettre d’accord pour en créer de nouvelles pour l’ensemble des peuples vivant en Islande. Aussi, un lieu pour cette assemblée doit impérativement être trouvé.

Accessible facilement par tous les peuples, ce lieu doit permettre à tous de se rassembler, de partager mais également de festoyer. Et comme souvent dans la vie, tout est une question de timing. Alors que la recherche de ce lieu s’avère plus complexe que prévue, un fermier, résidant de la région de Thingvellir, est jugé au même moment pour meurtre. En plus d’une amende, il se voit contraint d’abandonner ses terres, qui deviennent alors propriétés publiques.

Thingvellir, Islande - Vikings

Thingvellir, premier parlement de l’Histoire, Islande Crédit photo : Shutterstock – Mike Ver Sprill

Parfaitement située entre les régions les plus peuplées, elle dispose de bois pour le feu, de prairies pour les chevaux. Surtout, elle se situe au creux d’une faille rocheuse, créant un écho parfait pour que les orateurs de l’assemblée se fassent entendre de tous.

Thingvellir, le plus vieux parlement de l’Histoire

Nous sommes en 930, à Thingvellir en Islande, et les Vikings viennent de créer le premier parlement de l’Histoire. Une assemblée composée de 36 chefs locaux, de clans aux influences diverses, et portant le nom d’Althing.

Ainsi, chaque année, des centaines de Vikings d’Islande – propriétaires terriens – se réunissent au solstice d’été pour une durée de quinze jours, afin de mettre à plat toutes les querelles et les rancœurs présentes entre les différents clans. Un président y est élu pour 3 ans, et détient le pouvoir législatif et judiciaire pour toute l’Islande. En revanche, le pouvoir éxécutif reste au main de chaque chef de clan.

Thingvellir, Islande - Vikings

Parc national de Thingvellir, Islande Crédit photo : Shutterstock – elxeneize

Le président, nommé le « lögsögumad » – celui qui dit la loi -, possède le rôle le plus important de cette assemblée. Avant toute chose, ce dernier était chargé, chaque année, de réciter un tiers des lois du pays, afin que personne ne les oublient. Il se plaçait alors à côté du « Rocher de la loi », et énumérait chacune des lois qui n’avaient été évoquées les deux années précédentes. En effet à l’époque, les païens ne disposent d’aucun texte de droit écrit. Souvenez-vous, le premier texte rédigé de la main des « Vikings » remonte au Landnámabók, qui est apparu près de deux siècles plus tard…

Mais si à l’Althing, on règle les conflits dans une ambiance plutôt légère et organisée, on s’y retrouve surtout pour festoyer. Jeux, danses, courses de chevaux, et surtout, transmissions d’histoires Vikings. Le début des sagas ! Alors, on y évoque le grand Ragnar Lodbrok et ses grandes invasions anglaises, son courage légendaire et sa mort dans une fosse aux serpents, le sourire aux lèvres, prêt à rejoindre ses dieux au Valhalla.

Ragnar - Islande, Vikings

Portraits de Ragnar Lodbrok Crédit photo : Wikipédia – Hugo Hamilton

Lui, le Viking légendaire, qui avait initié la christianisation de son peuple, dans le but d’en faire une civilisation cultivée et bien pensante, faiseuse de paix.

La grande décision de Thingvellir

La décision la plus importante prise par l’assemblée de l’Althing restera celle qui aura totalement changé l’Histoire et le devenir des Vikings. En l’an 1000, deux goðar – chef de clans – Islandais prennent la parole près du rocher de la loi, pour tenter de convaincre les Islandais de se christianiser, comme ils l’avaient promis au roi Norvégiens de l’époque, Olaf Tryggvason.

Mais les Vikings ne sont pas pour, et les débats sont houleux. Gissur le blanc, l’un des goðar, fait appel à la mémoire de Ragnar Lodbrok pour justifier ce choix, laissant par la même occasion certains Vikings en plein doute. Après une nuit de discussions ininterrompues, c’est au président, le « lögsögumad » de trancher. La décision est prise : en cette année 1000, les Vikings deviennent chrétiens. Il accorde cependant à ceux qui le souhaitent le droit de perpétuer le culte païen, mais dans une discrétion certaine.

Si l’Histoire des Vikings prend par la suite bien des détours jusqu’à disparaître, l’Althing perdure dans le temps. Résistant aux prises de pouvoir Norvégienne puis Danoise, l’Althing perd néanmoins peu à peu de son pouvoir, jusqu’en 1662. Alors, l’Islande et son état libre se retrouvent soumis à l’absolutisme Danois. Thingvellir devient à son tour un lieu de légende. Un lieu que l’on cite dans des poèmes, comme celui de Jónas Hallgrímsson en 1835, nous contant la puissance émotionnelle encore présente à Thingvellir.

Alors si vos pas vous mènent un jour jusqu’en Islande, prenez la direction des terres et marchez jusqu’à cette faille d’Almannagjá. Fermez alors les yeux, et écoutez le « lögsögumad » vous narrer les légendes Vikings. Sentez l’odeur des chevaux et le bruits de leur sabots claquant sur le sol. Imaginez la puissance de ce peuple, si forte que vous pourrez encore la ressentir, après plus d’un millénaire.

3. Les légendaires cascades Islandaises

Notre histoire, liant le légendaire peuple Viking aux fabuleuses terres Islandaises, se poursuit au présent. Si les Vikings ne sont plus, leurs histoires ne cesseront jamais de se raconter, tout comme l’eau des cascades Islandaises ne cessera jamais de couler.

Skógafoss

Skogafoss, Islande - Vikings

Skogafoss, Islande Crédit photo : Shutterstock – StandARTP

La première cascade de notre périple est Skógafoss, et elle nous conte le récit de son trésor caché. Cette sublime chute d’eau tire son nom de la rivière Skóga – traduisez « forêt » -, et s’écoule sur une largeur de 25 mètres, pour venir se jeter quelques 62 mètres plus bas, à une intensité impressionnante. Et si elle est l’une des chutes d’eau les plus visitée du pays, c’est car elle est à l’origine d’une légende… Une légende Viking.

Þrasi Þórólfsson, un Viking issu de l’époque de l’Althing, aurait déposé son trésor dans le plus grand secret, derrière le rempart que forme cette cascade. Un trésor qui ferait de celui qui le trouverait l’Homme le plus riche du monde. Quelques années plus tard, un jeune enfant, jouant près de la cascade, aurait aperçu les brillantes pièces d’or de l’autre côté de la chute d’eau. S’il l’enfant ne pu s’emparer du trésor, il réussi tout de même à en extirper une poignée. Une petite partie de trésor que vous pouvez d’ailleurs admirer au musée de Skógar.

Mais finalement, lors de votre passage près de cette sublime cascade, il se peut que vous réalisiez que le vrai trésor de l’endroit se trouve dans sa majestuosité. Ouvrez les yeux, tendez l’oreille, et devenez riche des puissantes énergies qui s’échappent de la chute d’eau.

Godafoss

Godafos, Islande - Vikings

Godafoss, Islande Crédit photo : Shutterstock – Puripat Lertpunyaroj

Alors que notre voyage sur les traces Vikings en Islande touche à sa fin, il nous reste encore quelques merveilles à découvrir. Après la puissance de Skógafoss, c’est tout au Nord du pays de glace que nous nous dirigeons, à la recherche de Godafoss, la cascade des dieux.

Large de 12 mètres, haute de 30, son débit est aussi intense que le bruit qui s’en extirpe. Ici, impossible de s’entendre parler, respirer, ni même penser. Vous vous retrouvez presque oppressé·e·s par la puissance de l’eau qui semble vouloir vous attirer au fond de ses abysses. Comme si l’on tentait de tirer votre âme au plus profond de ces eaux troubles.

Et le choc est d’autant plus fort lorsque vous apprennez l’Histoire de cet endroit, vieille de plus d’un millénaire. Souvenez-vous, nous sommes en l’an 1000 lorsque l’Althing prend la décision pour le peuple Viking Islandais de se convertir au christiannisme. Alors, pour montrer l’exemple, le « lögsögumad » (celui qui a prit la décision finale) se rend en haut de cette cascade, et jette à l’eau toutes les représentations des anciens dieux païens.

C’est ainsi que cette cascade fut nommée Godafoss, la cascades des dieux.

Seljalandsfoss

Seljalandsfoss, Islande

SeljalandsfossCrédit photo : Shutterstock – Olga Gavrilova

A l’image de la civilisation païenne, c’est au creux de cette cascade que se termine notre histoire. En effet, c’est à ce sublime endroit que nous pourrions assimiler la fin de l’ère Viking, du moins sur les terres Islandaise.

Nous sommes alors à la naissance du deuxième millénaire, et les Vikings ne sont plus une population païenne, mais un peuple chrétien. Si certains continuent de vouer un culte à leurs anciens dieux, la pratique est pourtant de plus en plus considérée comme un acte de rébellion envers le roi de Norvège.

Alors, les derniers Vikings ne voulant en aucun cas abandonner leur croyances, se réfugient vers le sud. Une fuite qui les ménera jusqu’à cet endroit, fabuleux, qu’est la cascade de Seljalandsfoss. La caractéristique de cette chute d’eau se trouve dans la possibilité de la contourner pour s’y cacher derrière.

Seljalandsfoss, Islande

Seljalandsfoss, IslandeCrédit photo : Shutterstock – Zebra-Studio

Selon la légende, c’est donc ici, retranchés comme lors de leur fameuse technique de combat, et en population très réduite à l’image de leur premiers pas sur ces terres Islandaises que les Vikings se sont doucement éteints, accrochés à leur conviction.

Mais si le peuple Viking n’existe plus, leur légende reste farouchement attachée à ces paysages, sauvages, uniques, précieux. De la Snaeland découverte par Naddoddr jusque la Iceland de Flóki, les légendes Islandaises sont donc étroitement liées à celles Vikings, peuple d’explorateurs, assoiffés de découvertes et d’envies d’ailleurs.

Des besoins de voyage qui ne s’arrêtent pas ici, et qui les mèneront bientôt à la découverte du continent américain, un demi-siècle avant Christophe Colomb. À suivre…

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

  1. Monsieur Yann Losseau, je vous découvre. Un vrai régale de vous lire. Vous alliez histoire et géographie à la perfection. Hâte d’aller dans ce beau pays avec les connaissances que vous nous apporter. Merci

  2. Aura-t-il d’autres découvertes vikings sur ce sites.
    La Normandie par exemple.
    Je suis Normande et je voudrais approfondir l’Histoire de mes ancêtres.

    Merci.

  3. Quels merveilleux paysages, on en reste bouche bée ! Histoire qui nous fait découvrir l’Islande sous son vrai jour. Mais cela fait partie des rêves inaccessibles. Mais il est bon de rêver. Merci pour toute cette beauté, aussi bien textes que photos.

    • Yann Losseau

      Bonjour Patricia, et merci beaucoup pour ce joli commentaire. Si vous souhaitez vraiment visiter l’Islande, rien n’est inaccessible ! Encore merci pour vos compliments,

      Bonne journée !

  4. Très chouette et bien écrit. Bravo.

    • Yann Losseau

      Merci beaucoup pour le commentaire ! 🙂

      Bonne journée

      • Je vous en prie et poursuivez cette belle aventure

  5. Juste Merveilleux !! bravo pour ce beau partage

    • Yann Losseau

      Merci beaucoup ! Ravi que l’article vous plaise !

      Yann

  6. Article très riche, complet qui en quelques lignes nous fait découvrir ( pour ma part) les vikings et l’islande. Une fois de plus cet article nous donne envie de se rendre dans ce pays, sans compter les superbes photos

Laisser un commentaire