Visiter les moulins de Kinderdijk : guide complet

avatar
Réservez votre excursion pour les moulins de Kinderdijk

Visiter les moulins de Kinderdijk, c’est prendre un billet pour voyager dans le temps et dans l’Histoire des Pays-Bas. Prêt ? Alors, bon vent !

Les Pays-Bas sont une région qui porte particulièrement bien son nom. En effet, il s’agit de l’un des rares pays dont une grande partie des terres se situe sous le niveau de la mer. Par exemple, sa capitale, Amsterdam, se trouve 6 mètres sous ce niveau. Plutôt étonnant, non ? Le petit village où visiter moulins de Kinderdijk, prononcez “kinder-deïk”, n’y fait pas exception. Son histoire, riche en événements, nous offre aujourd’hui la possibilité d’observer de magnifiques moulins à vents. Devenus de véritables symboles, ils ont participé à la bataille que mènent les Pays-Bas contre son ennemie de toujours : la mer. Au nombre de dix-neuf, ils font la renommée du pays, de nombreux touristes se déplacent pour les voir et apprécier leur environnement.

À lire aussi :
Les 9 choses incontournables à faire à Rotterdam
Les 12 plus beaux endroits à visiter aux Pays-Bas
Les Pays-Bas en Camping-Car : conseils, aires, itinéraires

Les moulins de Kinderdijk en quelques mots

Histoire des moulins de Kinderdijk

Crédit photo : Unsplash – Shoumil Guha

Au cours du premier millénaire, quand des pêcheurs et des chasseurs décident de s’établir dans la région de Kinderdijk, ils n’y restent jamais très longtemps. Et pour cause, les marées imprévisibles qui inondent alors régulièrement les terres les rendent impraticables sinon dangereuses. C’est au Moyen-Âge, dès le Xe siècle que des digues et des canaux sont mis en place pour contrer le phénomène naturel de montée des eaux. Ainsi, l’eau est évacuée plus facilement mais cela a pour conséquence de provoquer l’affaissement des sols.

En 1421, un terrible orage va faire céder ces digues et noyer des milliers de personne situées en contrebas. Alors, pour éviter que cela se reproduise, des moulins à vent vont être installés pour drainer les canaux. C’est comme ça que l’on voit naître les premiers Moulins de Kinderdijk. De nos jours, ils ne sont plus utilisés, bien que toujours exploitables. En effet, ils ont été remplacés, à l’ère industrielle, par des stations de pompages modernes. En cas de coup dur, ou de panne, ils restent la solution de secours !

Prendre le temps de visiter les moulins de Kinderdijk lors de votre séjour aux Pays-Bas est donc une excellente idée. Vous allez être impressionné(e) par la beauté du site et du village adjacent : Kinderdijk. Le tout se trouve dans ce que l’on appelle un polder : le confluent de deux fleuves ou rivières. En l’occurrence, il s’agit de deux rivières : la Lek au nord, et la Noord à l’est. L’environnement très naturel des moulins leur confère une atmosphère réellement saisissante. Si vous avez la chance d’assister au lever ou au coucher du soleil, vous découvrirez les couleurs incroyables des lieux. Et si par hasard, vous vous trouvez sur place un jour de brume ou de brouillard, n’ayez crainte, cela ne retire rien du charme prépondérant des moulins de Kinderdijk.

N’oubliez pas l’application

L’organisme de gestion des moulins de Kinderdijk a mis au point une application disponible sur toutes les marketplaces. Cette application propose des audioguides et des informations complémentaires sur la manière de visiter les moulins de Kinderdijk. Par contre, elle n’est disponible qu’en néerlandais ou en anglais. Avis aux polyglottes !

Les Pays-Bas, oui, mais en haute saison !

Ceci dit, n’oubliez pas que les moulins se trouvent aux Pays-Bas, un pays où les hivers sont quand même plus rudes qu’en France. Alors, pour une expérience optimale et agréable, nous vous recommandons de vous y rendre sur la haute et belle saison.  Entre mai et septembre, le temps est plus clément et plus clair et il y fait moins frais. S’il est possible que certains matins les températures restent fraîches, elles remontent rapidement dans la journée, dès que le soleil point.

1. La balade à pieds gratuite

Touristes se promenant aux moulins de Kinderdijk, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock -www.hollandfoto.net

Véritable petit plus du site de Kinderdijk : son accès est gratuit ! En effet, une fois sur place, vous n’êtes pas obligé(e)s d’acheter un billet pour profiter de la vue. Par contre, le sentier gratuit ne permet pas d’effectuer de boucle complète : vous devez rebrousser chemin. Cependant, cela ne vous prive pas de pouvoir voir les moulins et leur célèbre prestance. De chaque côté du canal, partez donc à la découverte (surtout visuelle) des moulins de Kinderdijk. Néanmoins, cela reste une balade très agréable pour ceux qui apprécient le genre. Tranquillement, sur les bords de la Lek ou de la Noord, laissez la magie des lieux vous séduire ! Et si jamais vous n’en avez pas assez, optez pour la partie payante, complémentaire !

2. Les musées et la balade à pieds

Moulins à vent et musée de Kinderdijk, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – Rusalka379

À la différence de la balade à pieds gratuite, l’offre payante donne accès aux musées présents sur le chemin. Intégrés à deux moulins, ils vous proposent de découvrir les moulins depuis l’intérieur, avec également une vidéo explicative sur la région de Kinderdijk. Grâce à cette vidéo, vous apprendrez tout sur le fonctionnement des moulins et sur l’histoire qui a façonné la zone ainsi que les Pays-Bas. En plus, vous découvrirez la vie quotidienne des personnes à l’époque où les moulins fonctionnaient sans automatismes. D’ailleurs, dans le second moulin, vous assisterez au mécanisme en action, effet garanti.

À quel prix ?

  • Adulte : 11 €
  • Enfant (4 à 12 ans) : 5,50 €
  • Gratuité pour les enfants de moins de 4 ans.

Si certain(e)s peuvent trouver le prix du billet un peu cher, il faut savoir que les fonds récoltés servent à entretenir les musées, moulins et sentiers du secteur. Ainsi, l’expérience reste agréable pour tous les utilisateurs ! Aussi, préférez l’achat en ligne de billets dématérialisés : ceux-ci vous feront bénéficier de réductions tarifaires (entre 2 € et 0,50 €).

3. La découverte à vélo

Balade à vélo aux moulins de Kinderdijk, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – Comaniciu Dan


Visiter les moulins de Kinderdijk à vélo est une alternative très intéressante. D’abord, parce que les Pays-Bas sont le pays du vélo. Ensuite, parce que cela vous permet d’utiliser la piste cyclable présente le long du canal. Idéale pour les amatrices et amateurs de vélo, la découverte cycliste est possible grâce à la location. Vous ne serez pas obligés de vous limiter aux moulins de Kinderdijk. En effet, de nombreux autres itinéraires sont disponibles. Prenez-en connaissance sur la carte qui les recense tous. L’avantage de visiter les moulins de Kinderdijk à vélo est de pouvoir vous arrêter où bon vous semble afin de profiter des points de vue sur les bâtiments et les canaux.

À quel prix ?

La location d’un vélo se situe à l’entrée du site et coûte 2,50 € par heure.

4. La croisière fluviale

Croisière aux moulins de de Kinderdijk, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – Andrew Mayovskyy

Comme vous l’avez compris, les moulins se trouvent sur les berges de deux rivières, formant chacune un canal. Alors, pourquoi ne pas visiter les moulins de Kinderdijk depuis les eaux ? Effectivement, il vous est possible de choisir une option bateau pour une croisière d’environ 30 minutes. Ainsi, laissez-vous imprégner par l’atmosphère de Kinderdijk depuis les canaux. Pour plus de magie, effectuez une croisière fluviale au moment où le soleil se couche. Les couleurs sont incroyables et les moulins s’allument chacun leur tour (lumières artificielles).

À quel prix ?

  • Adulte : 6,50 €
  • Enfant (4 à 12 ans) : 5,50 €
  • Gratuité pour les enfants de moins de 4 ans.

5. Kinderdijk et ses alentours

Rotterdam

Escalier de Rotterdam avec le pont Erasmus au coucher du soleil, vue depuis la tour Euromast, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – mihaiulia

Rotterdam est la grande ville la plus proche de Kinderdijk. En effet, elle se situe à seulement 23 kilomètres du village des moulins. Ainsi, puisque visiter les moulins de Kinderdijk n’occupe pas toute une journée, vous pouvez coupler cette découverte à celle de Rotterdam. Partez alors à la conquête de ce joyau des Pays-Bas, caractérisé par ses multiples facettes et sa puissance portuaire.

Comment y aller ?

  • Pour pourrez rejoindre Rotterdam depuis Kinderdijk via la ligne d’eau n°202, la Waterbus Rotterdam-Kinderdijk-Dordrecht dans un sens comme dans l’autre. C’est la manière la plus simple, en dehors de la voiture, bien entendu.
  • Si vous êtes véhiculé(e), suivez l’A15 puis l’A16 direction Rotterdam.

Dordrecht

Canal et The Church of Our Lady, Dordrecht, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – Ruud Morijn Photographer

Encore plus près de Kinderdijk que l’est Rotterdam, Dordrecht est une ville discrète mais très dynamique. Son histoire a été mouvementée par un commerce flamboyant que les nombreuses inondations ont fini par amenuiser. Aujourd’hui, c’est une agréable communauté, verdoyante et à l’architecture gothique. Une fois votre visite des moulins de Kinderdijk terminée, vos yeux emplis de magie se raviront de la beauté bucolique de Dordrecht.

Comment y aller ?

  • Vous y accéderez par la même ligne de waterbus que Rotterdam : ligne 202 Rotterdam-Kinderdijk-Dordrecht.
  • En voiture, suivez simplement la N3 en direction de Dordrecht.

Gouda

Hôtel de ville, Gouda, Pays-Bas

Crédit photo : Shutterstock – lovelypeace

À vol d’oiseau, la ville de Gouda n’est pas très loin de Kinderdijk, environ 20 kilomètres. Mais du point de vue routier, avec les détours que les nombreux canaux forcent à prendre, la ville se trouve à une quarantaine de kilomètres. Si vous êtes véhiculé, alors n’hésitez pas. La ville du très célèbre fromage vous séduira au tout premier abord. Si elle joue beaucoup de sa production fromagère, avec notamment un marché du fromage, elle a une multitude d’autres choses à offrir.

Comment y aller ?

Depuis Kinderdijk, vous avez deux options : l’une incluant une traversée en ferry et l’autre sans.

  • La traversée en ferry vous fera transiter via la N210 puis la N207.
  • Quant au trajet sans ferry, emprunter l’A15 comme si vous alliez à Rotterdam, mais sortez pour rejoindre l’A20 et vous arriverez à Gouda.

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire