Les 9 lieux emblématiques de l’héritage colonial en Guadeloupe

Lieux emblématiques héritage colonial Guadeloupe
Découvrir l'héritage colonial de Guadeloupe

Explorez les 9 lieux emblématiques de l’héritage colonial en Guadeloupe : un voyage au cœur de l’histoire insulaire.

La Guadeloupe, île des Caraïbes aux multiples facettes, regorge de trésors historiques qui témoignent de son riche passé colonial. De ses plantations de canne à sucre aux forts imposants, en passant par ses maisons coloniales, l’héritage colonial de la Guadeloupe se dévoile à travers ces 9 lieux emblématiques. Préparez-vous à explorer la beauté et la diversité de ces lieux, témoins d’un passé qui continue de marquer le présent.

Petit-Canal, lieu d’arrivée des esclaves

Anicenne prison du Petit-Canal

Shutterstock – Pays Guadeloupe

Petit-Canal était le point d’arrivée des esclaves sur l’île avant d’être vendus. Découvrez la célèbre marche aux esclaves, un escalier de cinquante-quatre marches en pierre de taille, près de l’église. À proximité se trouve également l’ancienne prison de Petit-Canal, avec son figuier maudit au centre, ainsi que le buste de Louis Delgrès, figure de la lutte contre le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe. Un mémorial a aussi été érigé pour rappeler cette période sombre. Une visite d’une demi-journée suffit pour explorer les trésors historiques de Petit-Canal.

Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre

Mémorial ACTe Guadeloupe héritage colonial

Shutterstock – Chromoprisme

Faites ensuite une halte captivante au Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la Traite et de l’Esclavage à Pointe-à-Pitre. Fondé en 2015, ce lieu vous plonge au cœur de cette période grâce à des effets sonores, des vidéos immersives et des expositions interactives. Écoutez les témoignages bouleversants et admirez les œuvres d’art chargées d’émotion. Le mémorial propose également des expositions temporaires pour explorer d’autres aspects de cet héritage douloureux. L’établissement est ouvert tous les jours, sauf le lundi et l’entrée est payante excepté pour les enfants.

Visitez également le Musée Schœlcher à Pointe-à-Pitre. Installé dans une imposante bâtisse du XIXe siècle, ce musée renferme les précieux trésors conservés par le célèbre abolitionniste Victor Schœlcher.

L’habitation Zévallos, ancienne surcrerie industrielle

habitation coloniale Zévallos héritage Guadeloupe

Shutterstock – Lacroix Christine

Cette sucrerie industrielle, située au Moule, fut l’une des premières de la Caraïbe. Construite vers 1850 dans le style louisianais typique des maisons coloniales guadeloupéennes du XXe siècle, elle témoigne de l’histoire coloniale de l’île.

Au sein d’un parc verdoyant de 2 hectares, explorez les vestiges de l’usine ainsi que la majestueuse maison des maîtres. La visite guidée organisée par des passionnés vous plongera dans l’organisation des exploitations agricoles de l’époque. Découvrez la célèbre cheminée de 17 m de haut, les tunnels et la plateforme de retournement de locomotives. Le site, en constante évolution grâce aux fouilles en cours, offre une découverte fascinante de l’ancienne sucrerie et de l’héritage coloniale de la Guadeloupe.

Domaine Vanibel à Vieux-Habitants

Domaine Vanibel à Vieux-Habitants

Crédit photo — Facebook

Cette ancienne habitation sucrière, fondée au XVIIIe siècle et autrefois connue sous le nom d’habitation « Moulin à l’Eau ». Celle-ci joua un rôle crucial pendant l’époque coloniale avec environ une centaine d’esclaves appartenant à la famille Leborgne. Après l’abolition de l’esclavage, elle se tourna vers la culture du manioc, de la banane et du café.

Actuellement, le domaine continue à exploiter les plantations de café et de banane, tout en se lançant dans la production de vanille. Pour visiter le Domaine Vanibel, un lieu chargé d’histoire, vous pouvez réserver une visite commentée.

L’habitation Murat à Marie-Galante

habitation Mura, ancienne plantation coloniale héritage Guadeloupe

Shutterstock – Vouvraysan

L’Habitation Murat, une ancienne exploitation de sucre datant du XVIIe siècle était autrefois, la plantation de canne à sucre la plus importante de l’île, employant pas moins de 307 esclaves en 1839. Visitez notamment la maison de maître, qui abrite une exposition permanente sur l’histoire de Marie-Galante. Ainsi que les anciennes cuisines, le moulin à vent, la sucrerie avec ses chaudières et même l’ancien hôpital des esclaves.

Également, en tant que siège de l’écomusée des Arts et Traditions Populaires, cette habitation offre une immersion dans l’industrie sucrière et invite à une réflexion sur l’histoire de l’île et son héritage colonial. Profitez de l’entrée libre et des visites possibles en semaine pour vous plonger dans le riche héritage culturel et les récits captivants de la Guadeloupe à l’époque coloniale.

Le fort Fleur d’Épée à Grande-Terre

fort Fleur d’Épée

Shutterstock – Vouvraysan

Construit entre 1750 et 1763, ce vestige historique remarquable est considéré comme la plus importante fortification de Grande-Terre. Son objectif initial était de défendre Pointe-à-Pitre contre les attaques anglaises. Le fort a été le théâtre de nombreux combats entre les troupes anglaises et françaises. Il a finalement été reconquis en 1794 par Victor Hugues et son bataillon de 3000 esclaves libérés devenus soldats.

Doté de remparts imposants mesurant 150 m de longueur et 45 m de largeur, le Fort Fleur d’Épée offre une vue magnifique sur la plage de Grande-Baie et son lagon. Les visiteurs peuvent accéder facilement à cette superbe plage depuis le fort. En explorant le site de manière autonome, ils peuvent suivre un parcours pédagogique et découvrir le sous-sol où des expositions temporaires artistiques sont régulièrement organisées. Un parking est disponible pour les visiteurs, mais il est important de noter que le fort ferme ses portes à 17h.

L’habitation Belmont et les cachots des esclaves

habitation Belmont

Crédit photo — Instagram

Construit au XVIIIe siècle, cet endroit abritait 214 esclaves qui travaillaient la canne à sucre, le manioc, le maïs et la banane. Encore aujourd’hui, les vestiges de cette habitation sont dispersés sur des propriétés privées, offrant ainsi un aperçu saisissant du passé.

Au sein de l’habitation Belmont se trouvent les cachots des esclaves, rappelant la sombre période de l’histoire guadeloupéenne. Construits en pierre, ces cachots d’à peine 4 m² illustrent les conditions de vie difficiles des esclaves. Utilisés à des fins punitives par leurs maîtres, ces cachots étaient souvent rudimentaires, avec seulement un banc de maçonnerie. Plusieurs de ces cachots sont toujours préservés aujourd’hui, nous offrant ainsi un témoignage de la lutte des esclaves. Situés à Trois-Rivières, ils nous rappellent l’importance de comprendre et de préserver l’héritage colonial de la Guadeloupe.

La Mahaudière au Nord de la Grande-Terre

Mahaudière, Grande-Terre

Wikimedia — Enrevseluj

La Mahaudière, une ancienne plantation datant du XVIIIème siècle, appartenait autrefois à Jean Baptiste Douillard Mahaudière. Cet endroit a été le théâtre de moments marquants, notamment le procès en 1840 pour la séquestration et la torture prolongée de l’esclave Lucie. Avec une importante population d’esclaves travaillant sur les terres de la plantation, La Mahaudière témoigne de la dure réalité de leur vie à l’époque coloniale. Malgré les transformations post-coloniales, certains vestiges du passé subsistent. Vous pourrez admirer un moulin, une cheminée en briques jaunes, une sucrerie et une partie de la maison des maîtres. À proximité se trouvent les cases en gaulette, anciennes habitations des esclaves.

Située à Anse-Bertrand, dans le Nord de la Grande-Terre, La Mahaudière permet de combiner l’exploration de l’héritage colonial avec la beauté naturelle de la Guadeloupe. À proximité, le Sentier du Souffleur et la Trace des falaises offrent des activités supplémentaires pour découvrir la région.

Fort Delgrès à Basse-Terre

Fort Delgrès

Shutterstock – Lacroix Christine

Le Fort Delgrès, classé monument historique depuis 1977, est un lieu emblématique en Guadeloupe. Situé à Basse-Terre, il est considéré comme l’origine de l’implantation française dans l’île. Il tire son nom de Louis Delgrès, un héros de l’abolition, en honneur à son courageux combat pour la liberté.

Ce fort fut le théâtre de résistance à l’esclavage en 1802, lorsque les troupes de Louis Delgrès affrontèrent les forces françaises menées par le général Richepanse. Malgré sa défaite, le fort offre aujourd’hui une vue panoramique impressionnante sur la ville de Basse-Terre. Il joue également un rôle essentiel en tant que parc urbain et lieu de mémoire, rappelant le combat de Louis Delgrès pour la liberté.

En explorant les 9 lieux emblématiques de l’héritage colonial en Guadeloupe, vous allez plonger au cœur de l’histoire coloniale de l’île et découvrir la richesse de son patrimoine. Partagez vos propres suggestions et réflexions dans l’espace commentaire. Alors, quel est votre prochain lieu à explorer ?

Plus d'inspiration
cover background
avatar

Je suis Océane, passionnée de découvertes et d'aventures. Infirmière de formation, je parcours désormais la Nouvelle-Zélande, émerveillée par la nature et avide de partager les cultures. Touche-à-tout, entre montagnes et vagues, j'ai exploré plus de 25 pays, assoiffée d'apprentissage. À bientôt sur les routes du bout du monde !

Generation Voyage grandit — Rejoins l’équipe
1 Commentaire(s)
  1. avatar

    Memorial act, fermeture au mois d’août et aucun remboursement, bravo….

Laisser un commentaire

Generation Voyage Logo
Se connecter
Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Generation Voyage Logo
Réinitialiser votre mot de passe

Créer un compte | Se connecter

Generation Voyage Logo
Réinitialiser votre mot de passe

Créer un compte | Se connecter

Generation Voyage Logo