Tourisme noir : 15 lieux terrifiants et incommodants à visiter dans le monde

avatar

Vous aimez le frisson ? Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir le tourisme noir, aussi appelé Dark Tourism ! Vous ne connaissez pas ? Laissez-moi vous présenter les endroits les plus terrifiants et dérangeants à visiter dans le monde !

Faire un voyage, c’est d’abord se confronter à l’inconnu. Certains conçoivent leurs séjours comme de reposantes vacances, mais pour ceux qui recherchent des émotions fortes, il existe… le Dark Tourism !

Le tourisme noir, c’est le frisson, c’est repousser ses limites et s’extraire de sa zone de confort. C’est aussi se rapprocher de l’Histoire, pour mieux la comprendre. Si c’est ce que vous recherchez, cet article vous est dédié ! Nous vous présentons ici le tourisme noir, qui a le vent en poupe depuis quelques années. On parle d’un tourisme qui a pour but de visiter des lieux historiquement associés à la mort et/ou la souffrance.

Nous espérons donc que vous avez l’estomac bien accroché ! Plongez tout de suite dans l’horreur absolue avec les 15 lieux les plus terrifiants et incommodants du tourisme noir.

A lire aussi :
8 villes fantômes à découvrir en Europe
Les 12 meilleurs sites d’urbex dans le monde

Les catastrophes nucléaires

Il existe une typologie du tourisme macabre représentée par plusieurs classes. La première que nous vous présentons porte sur le tourisme en rapport avec la visite de lieux ayant subi une catastrophe nucléaire provoquée par l’Homme.

1. Polygone nucléaire de Semipalatinsk – Kazakhstan

Tourisme noir au Kazakhstan

Crédit photo : Shutterstock – Nina Alizada

Voici le premier et l’un des principaux sites d’essais nucléaires soviétiques ! Il se situe à 130 km de Semey, au Kazakhstan. C’est l’une des zones les plus radioactives au monde en raison des 456 bombes qui y ont été lâchées par l’URSS, entre 1949 et 1989. On estime que cela équivaut à 2 500 bombes aussi puissantes que celle d’Hiroshima !

Cette zone serait à l’origine de nombreux problèmes de santé pour la population kazakh, notamment pour plus de 1,5 million d’habitants de la région. Même si les guides officiels semblent rester évasifs sur ce point, on se rend compte que même 30 ans après, les enfants sont encore impactés par les effets de la radiation.

Cette zone est aujourd’hui un haut lieu du tourisme noir. Pour y accéder, il faut être accompagné d’un guide et porter une tenue spécifique avec masque pour se protéger des poussières atomiques pouvant causer des cancers. L’intérêt principal des touristes allant dans cette zone est d’approcher le Ground Zero, la zone la plus radioactive (20 fois plus radioactive que les zones d’exclusion de Tchernobyl !).

Attention : les risques pour votre santé sont réels.

2. Pripyat – Ukraine

Tchernobyl

Crédit photo : Shutterstock – Konoplytska

Au nord de Kiev en Ukraine, Pripyat est une ville abandonnée située tout près de la célèbre centrale nucléaire de Tchernobyl, ayant connu un incident majeur en avril 1986 !

La ville, auparavant peuplée de près de 50 000 habitants, n’est aujourd’hui plus qu’une cité-fantôme ! Les ruines n’accueillent plus qu’une végétation galopante baignée d’un taux de radioactivité encore trop élevé pour la santé humaine. Aujourd’hui, le lieu connaît un regain d’intérêt lié aux documentaires et séries télévisées abordant la catastrophe.

Plusieurs milliers de personnes sont déjà venus visiter ce haut lieu du tourisme noir dans le monde. Nous ne pouvons que vous conseiller de ne pas vous attarder sur les lieux ! L’exposition à la radioactivité pourrait être dangereuse pour votre santé !

3. Fukushima – Japon

Fukushima, tourisme noir

Crédit photo : Shutterstock – Fly_and_Dive

Nous sommes le 11 mars 2011 et la terre n’en finit plus de trembler depuis plusieurs minutes. Le séisme de 9,1 sur l’Echelle de Richter est d’une violence inouïe, même pour cette région du globe habituée à de tels événements. Quelques minutes après les secousses, un tsunami dévastateur vient frapper les côtes de l’est du Japon.

Les pertes matérielles et humaines sont très lourdes ! Plus de 18 000 personnes ont disparu lors du tsunami, malgré les alertes des autorités locales. La présence de la centrale nucléaire de Fukushima-Daichii vient encore compliquer la donne… Une inondation à l’intérieur de la centrale conduit à une explosion qui entraîne la fusion de trois de ses réacteurs !

D’une gravité extrême, l’incident est plus ou moins circonscrit par le courage des employés de la centrale. Toutefois, une contamination sans précédent s’ensuit. La catastrophe nucléaire est tout simplement la plus importante du XXIe siècle !

Aujourd’hui, et malgré des taux de radioactivité encore élevés, de nombreux touristes aimant visiter des lieux macabres se rendent sur place, encadrés par des guides équipés de protections et d’habitants souhaitant faire découvrir l’étendue des dégâts. Ne restez pas trop longtemps sur place ! Les risques pour votre santé sont réels.

La partie sombre de l’Histoire de l’humanité

L’Histoire nous montre que l’humain est capable de commettre les pires atrocités au nom d’un dieu, de la pureté d’une « race » ou d’une cause. Nombreux sont les tristes exemples qui expriment le côté le plus sombre de l’Histoire de l’humanité.

4. AuschwitzPologne

Auschwitz extermination Cracovie Pologne

Crédit photo : Shutterstock – Jason Wells

C’est à une cinquantaine de kilomètres de la superbe ville de Cracovie qu’on retrouve le tristement célèbre camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

Auschwitz est le symbole à lui seul de tout ce que la Terre peut compter de crimes contre l’humanité. C’est sous la direction des autorités nazies que plus d’un million de personnes innocentes y furent assassinées au cours de la Seconde Guerre mondiale !

Aujourd’hui, de nombreux touristes viennent remplir un devoir de mémoire. L’ombre de la mort semble planer encore sur ces édifices alignés, d’une grande tristesse. Nous vous conseillons de réaliser la visite en compagnie d’un guide, pour une vingtaine d’euros.

Attention : le lieu est véritablement prenant.

5. Goulag de Karlag – Kazakhstan

Goulag au Kazakhstan, icone du tourisme noir,

Crédit photo : Shutterstock – Nina Alizada

À l’âge où bon nombre d’enfants connaissent les joies de l’innocence et l’insouciance, certains n’ont pas eu cette chance… Construit sous Staline dans le village de Dolinka, Karlag est l’un des plus grands camps de travail de l’Histoire de l’URSS. On estime que plus de 800 000 personnes y furent détenues au cours de son histoire !

Beaucoup de ces détenues étaient des enfants, arrêtés parce qu’on les considéraient comme les enfants des « ennemis du peuple ». Les conditions dans ces camps étaient abominables, nombre d’entre eux n’ont pas survécu entre le manque de nourriture, la maladie et la violence.

Par devoir de mémoire, les bâtiments ont été transformés en musée et permettent de faire quelques pas dans l’univers angoissant des camps de concentration à la manière soviétique.

6. Kigali – Rwanda

Kigali Rwanda - Massacre Tutsis

Crédit photo : Shutterstock – Snapper Nick

Avec un million d’habitants, la capitale du Rwanda a été le théâtre de l’un des pires crimes contre l’humanité. En 1994, le génocide des Tutsis au Rwanda a fait plus de 800 000 victimes, dont 300 000 rien que dans la ville de Kigali !

Nouveau-nés et vieillards ont également été touchés par ce génocide d’origine raciste. Certains touristes, attirés par le fait de visiter des lieux macabres s’y donnent rendez-vous chaque année.

Le but ? Plonger dans ces heures sombres de l’Histoire, pour s’informer sur le massacre rwandais. Un hommage est rendu aux centaines de milliers de victimes dans le mémorial du génocide de Kigali.

7. AlcatrazÉtats-Unis

Alcatraz, légende du tourisme noir

Crédit photo : Shutterstock – f11photo

La célèbre île d’Alcatraz est située dans la baie de San Francisco, dans l’Ouest des États-Unis. C’est la prison la plus célèbre des États-Unis puisque l’île a été une prison fédérale de haute sécurité pendant 30 ans ! À cette époque, elle fût l’emplacement le plus sécurisé de tout le pays.

La prison accueillait les détenus les plus dangereux des États-Unis comme le célèbre gangster américain Al Capone. Les conditions de détention étaient très dures, les prisonniers étaient notamment appelés par un matricule et non par leur nom, afin de les briser moralement. N’accordant aucun privilèges, les détenus étaient régulièrement torturés et vivaient dans l’insalubrité la plus totale !

La prison a été fermée en 1963 car les coûts de gestion devenaient trop élevés. Aujourd’hui, plusieurs millions de personnes viennent visiter ce haut lieu du tourisme noir pour venir s’imprégner des horribles histoires qui s’y sont déroulées.

8. Prison de Tuol Sleng – Cambodge

Tuol Sleng - Cambodge, prison Khmers Rouges

Crédit photo : Shutterstock – diy13

L’horreur à l’état brut ! Il n’existe pas d’autres mots pour décrire le centre S-21 à Phnom Penh. Ce centre est l’autre nom de la prison de Tuol Sleng. Il s’agit d’un centre carcéral parmi les plus sanglants de l’Histoire.

Il a été installé ici par la police politique des Khmers Rouges. Ce régime dictatorial a fait plus de 2 millions de morts, soit près de 20 % de la population du Cambodge ! Présumés opposants politiques, les détenus étaient enchaînés jour et nuit dans des cellules de moins de 2 m² !

Mauvais traitement, tortures infligée parfois par des adolescents, mortalité galopante… On comprend mieux l’intérêt suscité par le lieu parmi les amateurs de tourisme noir dans le monde ! Concernant la visite : son entrée est fixée à deux euros par personne. Elle permet de se plonger dans la barbarie absolue. Ne manquez pas d’y faire un tour lors de votre séjour au Cambodge.

9. World Trade Center – États-Unis

New York et le tourisme noir

Crédit photo : Shutterstock – EyesTravelling

Si vous avez plus de 20 ans, nul doute que vous vous rappelez du mardi 11 septembre 2001. La matinée était belle à New York City mais cela n’a pas empêché le monde de basculer totalement à 8h46 !

Les attentats du 11 septembre ont en effet dévasté les célèbres « Tours Jumelles », plus hautes tours du monde à cette époque, , ainsi qu’une partie des immeubles environnants. Cet événement a coupé le souffle d’une Amérique qui se sentait alors intouchable. L’émotion était palpable et les conséquences de cet acte ont engendré d’innombrables événements géopolitiques.

Afghanistan, Pakistan, Irak, Syrie… De nombreux événements en découlent. Un mémorial, construit à proximité, rend hommage aux 2 983 personnes décédées lors des attaques. L’accès au mémorial est gratuite. Toutefois, il en coûtera 22€ aux curieux qui souhaitent visiter le musée du 11 septembre attenant.

10. Prison de Karosta – Lettonie

Karosta prison en Lettonie

Crédit photo : Shutterstock – RENATOK

Tous les amateurs de tourisme noir la connaisse ! Cette ancienne prison de Karosta, en Lettonie, fut tour à tour employée par le régime tsariste, par les Soviétiques puis les Nazis !

Pour quinze euros par personne et sur réservation, il vous sera possible de vous glisser dans la peau d’un détenu pour profiter d’une expérience étrange et unique ! Aujourd’hui, l’établissement est converti en hôtel-musée. Il propose à ses hôtes d’être traités comme des détenus.

Si l’activité revêt un aspect quasi-ludique, des écoles proposent des excursions sérieuses au cours desquelles les enfants appréhendent le lourd passé carcéral de la prison de Karosta. Si vous souhaitez vous faire peur en découvrant cet endroit si particulier, n’hésitez pas à y réserver votre chambre… pardon, vote geôle !

Entre tristesse et pauvreté

11. Nouvelle-Orléans – États-Unis

Nouvelle-Orleans, Ouragan Katrina

Crédit photo : Shutterstock – Video_Creative

Cette ville est la perle de la Louisiane. Berceau du jazz, elle connut malheureusement, en 2005, le passage du dévastateur Ouragan Katrina.

Féroce, il a rayé de la carte certains secteurs dont les plus pauvres de la ville. Depuis la tragédie, des agences de voyage organisent des « Katrina’s Tours » au sein des quartiers sinistrés. Point le plus prisé : le 9th District qui peine encore aujourd’hui à se remettre de la violence de cet événement climatique.

Puisque vous avez décidé de visiter les lieux les plus insolites du tourisme noir dans le monde, ne ratez pas cette étape incontournable !

12. MedellinColombie

Medellin et le tourisme noir

Crédit photo : Shutterstock – Lukas Kovarik

Connaissez-vous Pablo Escobar ? Ce baron du trafic de drogues des années 1980 est né et mort à Medellin en Colombie. Il est à l’origine de la réputation sulfureuse de la ville !

Le cartel qu’il a fondé porte le même nom que la ville : le cartel de Medellin. Escobar a ensanglanté le pays pendant de longues années pour s’assurer la mainmise sur le trafic de cocaïne, qui a inondé le monde entier. Aujourd’hui, des agences de voyage proposent des visites guidées complètes pour une cinquantaine d’euros.

Vous suivrez les traces d’Escobar dans les ruelles de la ville. Entre sa maison natale et sa tombe, c’est une immersion totale dans la vie de cette personnalité atypique ! À n’en point douter, si vous aimez visiter les lieux macabres, le circuit est fait pour vous !

13. Aokigahara – Japon

Forêt des suicides au Japon

Crédit photo : Shutterstock – Aberu.Go

Aokigahara, est une forêt de 35 km² qui s’étend à la base du mont Fuji au Japon. Elle est tristement connue pour le nombre important de personnes qui se sont suicidées dans cette forêt depuis les années 1950. C’est pourquoi on lui a donné le nom de « forêt des suicides » au Japon.

Ce site est considéré comme l’un des sites où l’on se suicide le plus au monde avec le Golden Gate Bridge à San Francisco. Les chiffres sont d’ailleurs impressionnants puisqu’on estime que 1 % des personnes qui mettent fin à leurs jours au Japon, le font dans cette forêt !

Cette forêt est régulièrement visitée par les amateurs du tourisme noir. Au sein de la rédaction, nous sommes assez unanimes pour dire que nous ne mettrons pas les pieds là-bas !

14. Favelas – Brésil

Visiter les favelas et le tourisme noir

Crédit photo : Shutterstock – Donatas Dabravolskas

Une pratique du tourisme noir consiste aussi à visiter de lieux très pauvres comme des bidonvilles ou des favelas. Nous avons donc choisi d’illustrer notre exemple avec les bidonvilles du Brésil, qui sont régulièrement visités par des touristes venues du monde entier.

Plusieurs agences locales proposent désormais de visiter les favelas, qui ne se résument pas seulement à la pauvreté et au désespoir puisqu’ils attirent aussi les artistes.

Certains touristes souhaitent visiter ces lieux d’une extrême pauvreté par curiosité, mais aussi pour se sensibiliser et se rendre compte de la misère dans certains coins du globe.

Attention : ce type de tourisme peut être malvenu, notamment pour les locaux pour qui la vie reste difficile dans ces conditions !

15. Townships – Afrique du Sud

Les Townships en Afrique du Sud

Crédit photo : Shutterstock – James Dalrymple

Le township désigne, en Afrique du Sud, des quartiers pauvres et sous-équipés réservés aux non-Blancs. Les townships ont généralement été construits en périphérie des villes et sont occupés souvent par des populations noires et des travailleurs indiens, déplacés de force après l’Apartheid.

Souffrant d’une extrême précarité, ces townships sont souvent privés d’eau potable et d’électricité. Des conditions de vie insoutenables pour les personnes vivants dans ces quartiers très pauvres, qui amènent pourtant des touristes à les visiter.

En effet, quelques agences locales proposent de visiter ces quartiers, qui profitent de la venue des touristes pour développer l’économie des townships. Malgré leur pauvreté, les habitants restent très dynamiques et essaient de développer une économie locale avec notamment de petits commerces et des entreprises de service.

Attention : il est vivement recommandé de visiter les towships avec un guide pour limiter les risques.

Comment avez-vous trouvé cet article ?
4 avis (4.8/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
Laisser un commentaire ou