×
Mot de passe oublié ?

Les richesses faunistiques et floristiques de l’Est et du Sud de Madagascar

Comparez et trouvez vos activités voyage
Les richesses faunistiques et floristiques de l’Est et du Sud de Madagascar

Les contrastes naturels de l’île de Madagascar

Madagascar est une belle île qui se trouve en-dessous du tropique du Capricorne. Elle est ceinturée par l’océan indien dans sa partie orientale et le canal de Mozambique à l’Ouest. Si on s’associe aux vues des financiers, l’île rouge fait partie des pays les plus pauvres du monde. Côté faune et flore endémiques, elle figure sans nul doute parmi les pays les plus fortunés du globe. Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, elle recèle une biodiversité sans pareil ainsi que mille et un panoramas fantastiques qui éblouissent toutes les catégories de visiteurs.

D’après les géographes, Madagascar imite le profil du pied gauche. C’est peut-être la raison pour laquelle la majorité des autochtones sont plutôt sensibles, romanesques et très sentimentaux. D’une région à une autre, les carnations des malgaches virent du brun basané au jaune cuivré en passant par toutes les nuances de tons clairs plus ou moins hâlés. Cette grande variété de teints est le résultat du brassage de plusieurs races qui sont passés dans l’île depuis sa découverte, il y a 1500 années.

Les richesses faunistiques et floristiques de l’île rouge sont indéniables. Grâce à sa vaste étendue, 396 000 km², on y rencontre les diverses variantes du climat tropical. D’une localité à une autre, le baromètre oscille de plus ou moins 2 ou 3°C, voire plus. C’est pourquoi, les végétations sont tellement bigarrées à Madagascar. Dans les hauts-plateaux, plaines, monticules et montagnes fertiles sont envahies par la verdure en plein été.

Chute de la Lili, Madagascar

Chute de la Lili, Madagascar – Crédit photo: Flickr – dada bob

L’Est de Madagascar est réputé pour son climat humide. De Maroantsetra à Farafangana en passant par Toamasina, le plus grand port de l’île, on enregistre le plus fort taux de pluviométrie du pays. Cette région est le plus grand pourvoyeur de devises du pays à travers ses plantations de vanilles, girofles, litchis et cacaotiers. Dans cette partie orientale de Madagascar se trouvent plusieurs parcs nationaux et réserves naturelles. Ils abritent diverses espèces d’orchidées rares, de vaporeux papillons aux milles couleurs et de tout acabit et plus d’une centaine d’espèces de petites grenouilles sous différentes morphologies et nuances de tons. Bref, l’Est de Madagascar regorge d’une biodiversité tellement riche.

Plus on se dirige vers le Sud de l’île, plus la végétation commence à se raréfier au bout de quelques centaines de kilomètres de la Capitale. A perte de vue, les savanes envahissent des milliers d’hectares de terrains non exploités. Par-ci par-là, différentes espèces de plantes grasses et d’épineuses endémiques, entre autres cactus et aloès, accordent une légère touche verdâtre au paysage. Parois, le visiteur est surpris par la vue d’un baobab appelé aussi arbre à bouteille. A Madagascar, cet arbre planté à l’envers peut pousser aussi bien sur un terrain sec et rocailleux que sur du sol humide. Plus loin se trouve le parc national de l’Isalo, tandis que dans le Sud-ouest sont nichés l’allée de baobabs ainsi que les très célèbres Tsingy de Bemaraha, des sites touristiques atypiques qui font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Sud de Madagascar est la région la plus vaste, mais la moins peuplée de l’île. A part le phénomène dahalo qui y sévit de manière intempestive, le silence régnant est parfois interrompu par les cris des lézards et des lémuriens, des espèces d’animaux que l’on ne trouve que dans l’île rouge.

Photo principale : Flickr – reibai

A voir aussi dans la rubrique Madagascar
Répondre

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi