×
Mot de passe oublié ?

Les hauts plateaux de Madagascar

Comparez et trouvez vos activités voyage
Les hauts plateaux de Madagascar

Visite des alentours d’Antananarivo

Jadis, coloniser Madagascar pour accaparer ses richesses représentait une véritable gageure auprès des royaumes Français et Britanniques. Ils n’avaient nullement tort. La grande île recèle d’inépuisables trésors qui attirent tout un lot de visiteurs, chercheurs et d’opérateurs, les uns en quête de dépaysement, les autres à la recherche de faunes et de flores introuvables ailleurs. Un séjour dans l’île rouge s’impose pour ceux qui veulent explorer un pays à la biodiversité tout à fait singulière.

Appelée aussi l’île rouge pour ses sols couverts de latérite, Madagascar n’a rien à envier aux autres destinations touristiques tellement prisées par les visiteurs issus de tous les horizons. Avec son climat tropical parfois doux, sinon tempéré d’un bout à l’autre, la troisième île du monde possède une mosaïque de paysages tout à fait étonnants et atypiques.
Hauts plateaux Madagascar

Hauts plateaux de Madagascar – Crédit photo: Wikimedia – Jean-Louis Vandevivère

Dès l’atterrissage à Ivato, l’aéroport international, le panorama d’Antananarivo la capitale de Madagascar fait revivre son histoire avec ses vestiges du passé comme les Rovas de Manjakamiadana, d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo ou les 12 montagnes sacrées qui l’entourent. La métropole de Madagascar se trouve dans un vaste bassin dont une grande partie abritait autrefois des hectares de rizières. Aujourd’hui, cet immense marécage accueille des zones industrielles et des zones d’habitation appelées communément par les autochtones « bas-quartiers ». Pour dévoiler toutes les facettes de Tanà, rien ne vaut une promenade à pied ou en bus dans les centaines de quartiers qui la composent.

Antananarivo se trouve dans des hauts-plateaux sis en plein milieu de Madagascar. Pour découvrir les attraits touristiques des régions voisines, on peut emprunter la route nationale N°1 qui mène tout droit vers le lac Itasy et les geysers d’Analavory, situés tous les deux à environ 150 km d’Antananarivo. Sinon, on peut aller à Mantasoa, un petit village très paisible qui est agrémenté d’un lac naturel entouré de résidences luxueuses, de gîtes d’hôtes et de restaurants raffinés. Il y a 100 ans, Jean Laborde, un expatrié français, y a élu domicile pour apprendre aux malgaches la fabrication de briques en terre cuites et la fonte du fer.

Ambohimanga Rova, colline royale

Colline royale d’Ambohimanga, classée à l’UNESCO – Crédit photo: Flickr – salymfayad

Antsirabe représente aussi une destination touristique très proche d’Antananarivo. Avec ses pousse-pousses, ses sources thermales, ses sites touristiques dignes des contes de fées et sa profusion de fruits et légumes tellement savoureux, cette ville industrielle située à 2 heures de voiture de la Capitale vaut le détour.

Pour ceux qui veulent déjà avoir un avant-goût des découvertes extraordinaires, mieux vaut passer à Anjozorobe. Près de cette localité sise à 100km de Tanà se trouve la réserve naturelle d’Anjozorobe-Angavo. Des plantes endémiques ainsi que des animaux rares sont recueillis au sein de ce site de renommée mondiale. Situé en pleine forêt, on aura l’occasion d’y contempler 66 espèces d’oiseaux forestiers, 11 espèces de lémuriens sur les 33 existantes à Madagascar, et plus de 500 espèces de plantes. Ce site est connu comme étant le plus riche en lémuriens parmi tous les sites des hautes terres centrales Malagasy.

Dans tous les cas, on peut choisir soi-même son propre itinéraire pour explorer les hauts-plateaux de Madagascar. Chaque jour, des taxi-brousses quittent la capitale pour desservir les petites, moyennes et grandes localités environnantes. On a aussi la possibilité de partir pour les autres villes des provinces avec les taxis collectifs.

A voir aussi dans la rubrique Madagascar
Répondre

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi