Visiter Mérida, capitale de l’Estrémadure en Espagne

avatar

Visiter l’Estrémadure en Espagne et ses villes : voici les choses à faire et à voir pour visiter Mérida !

Capitale de l’Estrémadure – une communauté autonome d’Espagne limitrophe du Portugal – située au centre de la région, Mérida est une ville de 60 000 habitants, dans le sud-ouest de l’Espagne. Fondée en 25 avant J-C par l’empereur Octave Auguste pour des soldats de Rome ayant terminé leur service dans les légions des guerres cantabres, Mérida fut un important centre militaire, juridique, économique et culturel jusqu’à la chute de l’Empire Romain d’Occident (476).

Ancienne capitale opulente de la province romaine de Lusitanie, elle a conservé à travers les âges un patrimoine archéologique unique en Europe, notamment son théâtre, l’amphithéâtre, des aqueducs, un temple romain et le pont sur le Guadiana. Cet ensemble archéologique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993. Outre cette concentration de monuments antiques à l’état de préservation incroyable, on profitera aussi des ruines de l’époque musulmane, des édifices de la Reconquista (16ème siècle), de la vie nocturne très animée des rues du centre-ville en se mettant à l’heure espagnole. Festive, animée, raffinée, somptueuse, sont des termes qui qualifient bien la ville de Mérida. Absolument séduits par cette ville lors d’un séjour en Estrémadure en juin 2018, nous ne pouvons que vous conseiller de venir visiter Mérida.

Entre les monuments historiques, les couleurs et l’architecture des ruelles rappelant que l’Andalousie est toute proche, ses trésors culinaires – notamment le gaspacho de cerises, le salmorejo et le jambon ibérique – et l’ambiance des rues, on ne s’ennuie pas en venant visiter Mérida.

Vous vous demandez que faire à Mérida ? Voici notre sélection des choses à faire dans cette ville que l’on surnomme la « Rome d’Espagne ».

Le centre-ville de Mérida

Centre ville de Mérida, Estrémadure, Espagne

Crédit photo: Flickr – Tomás Fano

Le centre historique à Mérida est un lieu singulier où la modernité s’est faite sur les traces des anciens : de nos jours, on bat le pavé des ruelles commerçantes entre les grandes enseignes de mode et les terrasses de bars, avant de tomber nez-à-nez sur le Temple de Diane, l’Arc de Trajan, ou le site archéologique romain de Mérida. On appréciera l’architecture des bâtisses du centre-ville, vers la Place d’Espagne, la Plaza de España. Non loin, la calle Santa Eulalia est la rue commerçante du centre-ville, où une pléthore de boutiques permettent de s’immerger dans la vie sociale moderne à l’espagnole. Le soir venu, de nombreux bars permettent vraiment de vérifier à quel point l’Espagne est agréable et festive : faire la tournée des tapas dans les bars et errer au gré des terrasses pleines à craquer, qui attirent tous les âges dans la joie et la bonne humeur, sans aucune tension apparente.

L’ensemble archéologique de Mérida

A l’époque romaine, Mérida accueillait jusqu’à 40 000 personnes, ce qui était colossal pour une cité de l’Antiquité. Le nombre important d’édifices romains encore debout permet de se rendre compte de la puissance et de la richesse dont jouissaient les nobles de la ville durant l’Antiquité romaine. Visiter Mérida sans visiter l’ensemble archéologique de la ville est relatif à visiter la Bolivie sans faire le Salar d’Uyuni : un acte manqué ! Il s’agit du plus important site archéologique romain de toute la péninsule ibérique.

Le théâtre romain – inauguré entre les années 15 et 16 avant J-C -, pouvait accueillir jusqu’à 6 000 personnes. Surtout, seules deux de ses colonnes ont été reconstituées (le reste étant d’époque), ce qui en fait le théâtre le mieux conservé de tout le monde romain. L’amphithéâtre, lui, pouvait accueillir jusqu’à 16 000 personnes. Fort de ses larges dimensions – 126 mètres de grand axe et 65 mètres de petit axe -, il est plus grand que le Colisée de Rome (rien que ça) ! Inauguré en l’an 8 avant J-C, ses 2024 ans d’histoire n’ont pas encore eu raison de lui et il est également l’un des mieux conservés du monde romain. En le visitant, on peut encore percevoir l’ordre des places de l’époque, réparti selon les classes sociales, avec les étages réservés aux patriciens, à la plèbe, aux femmes et aux esclaves (étage perdu aujourd’hui). Visiter cet ensemble archéologique est un témoignage du temps hors du commun.

Les autres vestiges romains

De part et d’autre de la ville, on trouve le cirque romain et ses 400 mètres de long. Construit sous Tibère au 1er siècle, il avait une capacité de 30 000 places. Dans la rue Santa Catalina, on trouve le Temple de Diane. Bien que décoiffé de sa toiture, il est en très bon état de conservation. Construit sous Auguste, il était vraisemblablement dédié au culte impérial. L’Arc de Trajan, dans la rue éponyme, était sans doute une entrée monumentale du forum romain. L’un des ponts qui enjambent le fleuve Guadiana est le plus ancien des monuments romains subsistant à Mérida : construit pour défendre la ville, c’est aussi le plus long pont que le monde romain ait connu (792 mètres). Enfin, les Aqueducs des Miracles servaient à approvisionner Mérida en eau depuis le Réservoir de Proserpine (à 5 kilomètres de la cité). Ils rappellent la puissance de l’ingénierie romaine pour la gestion de l’eau.

Terminez cette visite au temps des Romains par le musée national de l’art romain : un musée dédié aux excavations archéologiques, mais également un centre de recherches sur la culture romaine. 36 000 pièces dans 28 salles y sont exposées (mosaïques, pièces de monnaie, statues, fresques) : un immanquable pour venir visiter Mérida !

L’Alcazaba de Mérida

Théâtre romain de Mérida, Estrémadure, Espagne

Crédit photo: Wikipedia – Octopus

Fortification musulmane datant du 9ème siècle située sur les rives du Guadiana, l’Alcazaba – inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO – a été construite par l’émir Abd al-Rahman II de Cordoue en 835 pour défendre la ville. Ce fut la première Alcazaba musulmane en Espagne.

Comment aller à Mérida ?

Pour se rendre à Mérida, les options sont assez restreintes. La ville ne possédant pas son propre aéroport (et faisant partie des régions les moins visitées d’Espagne), direction donc celui de Badajoz, le seul de la région situé à 30 minutes de Mérida. Malheureusement, les vols directs depuis la France vers la région Estrémadure ne sont pas légion. Il vous faudra donc transiter dans un premier temps vers Madrid, Barcelone ou encore Séville : vous pouvez d’ailleurs trouver un vol pas cher sur le site de notre partenaire Skyscanner. Une fois dans une de ces villes, vous pouvez opter pour un trajet en bus ou en train (comptez environ 5h de trajet), ou reprendre l’avion pour terminer votre voyage (environ 2h30).

Où loger à Mérida ?

Visiter Mérida, c’est aussi profiter de la diversité de ses logements dans un décor architectural de caractère. Dans tous les cas, quelques maîtres mots suffisent : à vous de choisir ! Qu’il s’agisse d’une petite maison à quelques rues du centre ou d’un hôtel en plein coeur du dynamisme urbain, sachez que Mérida est une destination prisée pour sa culture et non pour son tourisme de masse. Les prix eux, restent raisonnables : vous pouvez d’ailleurs trouver un hôtel pas cher Mérida en effectuant une recherche sur ce comparateur d’hôtels. Bilan : La capitale de l’Estrémadure vous promet un séjour en toute tranquillité, de l’état d’esprit au porte-monnaie.

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire