Balade glacée à travers les fjords norvégiens

avatar

La froideur ne vous fait pas peur ? Alors partez à la conquête des fjords norvégiens pour découvrir ces petits coins de paradis.

A l’instar des diamants, plusieurs millions d’années ont été nécessaires pour que les fjords révèlent enfin leur splendeur. Tout commence durant la Préhistoire, lorsqu’un énorme changement climatique se produit. La hausse des températures permettant à ces écrins de verdure de sortir de leur prison de glace.

Puis, au fil du temps, la nature se développe jusqu’à offrir cette immense palette de verts à laquelle se juxtapose le bleu cristallin de la mer. Ces agencements de couleurs résistent même à la curiosité des Hommes lorsqu’ils deviennent assez ingénieux pour dompter les éléments contraires.

Depuis que ce secret est percé, ils s’amassent désormais par milliers – voire par millions – pour contempler ce paysage de carte postale. Car les Fjords ont cette faculté à se magnifier à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Que ce soit les éclats du soleil ou les teintes cuivrées des aurores boréales, ces éléments naturels subliment un panorama déjà magnifique.

Si vous ne connaissez pas ce que l’on nomme l’Ouest Norvégien, Generation Voyage vous livre les secrets d’une des plus belles régions d’Europe.

Avant-propos

Du fait de l’immensité de la Norvège, la location d’une voiture s’avère indispensable à moins d’avoir réservé une prestation complète chez un tour opérateur. De plus, les fjords étant disséminés du Nord au Sud, n’hésitez pas à rester au moins deux semaines sur place si vous désirez faire le périple que nous vous proposons.

Par ailleurs, une bonne condition physique est indispensable pour réaliser les nombreuses randonnées proposées autour des fjords. En effet, la marche à pied reste la meilleure des solutions pour atteindre les hauteurs et ainsi profiter pleinement des panoramas qui s’offrent à vos yeux.

La météo peut être capricieuse et vous empêcher de profiter complètement de votre excursion voire vous l’interdire. Privilégiez donc la période de mai à septembre. Enfin, n’hésitez pas à vous habiller chaudement, les rayons du soleil ne seront pas toujours là pour vous réchauffer.

1. Le Lysefjord, seigneur de la pierre

Stavanger sera le point de départ de votre périple. La ville portuaire dispose d’un aéroport bien desservi mais une escale est obligatoire pour l’atteindre. Cette solution reste la plus viable, à moins que vous ne préfériez arriver à Oslo puis de rouler pendant plus de 7h. Cependant, vous découvrirez au fil de cet article que les routes norvégiennes valent le détour.

En effet, un grand projet de rénovation a débuté en 1994 sous la houlette de l’État scandinave. Réunissant plus de 50 artistes et architectes – dont l’entreprise Snøhetta qui a dessiné les plans du célèbre opéra d’Oslo – ce vaste programme a duré 11 ans et s’est concentré sur 18 routes nationales. Vous verrez, le résultat est bluffant !

Pour atteindre Lysefjord, vous devez emprunter la route de Øygardstøl. Non comprise dans la liste précédemment évoquée, elle mériterait toutefois une dérogation tant ses 27 virages en épingle à cheveux permettent de se prendre pour Peter Sollberg. Dommage que vous ne puissiez pas lever votre nez de la route car la nature environnante mérite également le coup d’œil.

Route de Lysebotn

Crédit photo : Shutterstock – szewo.com

Mais avant de ressentir l’excitation d’un pilote de rallye chevronné, vous vous stopperez juste avant le premier virage pour démarrer votre première randonnée, celle du Kjeragbolten. Un parking est prévu à cet effet.

Le Kjeragbolten, le rocher coincé

11 kilomètres vous séparent de ce célèbre rocher qui semble avoir été emmanché en force entre deux falaises. Les organismes seront sollicités puisque la durée moyenne de cette randonnée est d’environ 6h aller-retour. De plus, votre parcours sera jalonné de parois lisses et parfois très pentues. Heureusement des chaînes de fer sont présentes, sans quoi votre progression serait quasi-nulle.

Une fois arrivé·e·s tout en haut, vous pourrez faire comme de nombreux petits malins qui, chaque année, défient les lois de la physique en se faisant photographier sur le Kjeragbolten. N’oubliez pas cependant que vous êtes à plus de 1 000 mètres d’altitude. Plus dure sera la chute.

Kjeragbolten

Crédit photo : Shutterstock – Kochneva Tetyana

Après ce moment chargé d’adrénaline, votre corps mérite un peu de repos. Alors recherchez le meilleur endroit où vous poser pour admirer la beauté du paysage. Vous comprenez alors pourquoi Hans Dahl – célèbre peintre norvégien natif d’un village situé près du fjord d’Hardanger – a trouvé l’inspiration en contemplant ce spectacle. Du bleu, du vert, du blanc, un véritable kaléidoscope s’offre à vous !

Votre exploration du Lysefjord n’est cependant pas finie car un autre spot sensationnel vous attend. Mais « qui veut voyager loin ménage sa monture » alors reportez cela au lendemain et rejoignez le village de Lysebotn pour y dormir. Cela vous permettra au moins de vous octroyer un dernier petit plaisir en partant à l’abordage de la fameuse route aux 27 virages.

Le Preikestolen

Voici LA randonnée la plus populaire du pays ! Conseil judicieux, soit vous vous faites violence en partant aux aurores, soit vous y allez en fin d’après-midi. Cela vous évitera de croiser du monde, un point non négligeable si vous voulez profiter pleinement du Preikestolen.

Moins sportive que la précédente – réalisable en 3h de temps aller-retour avec seulement 3 passages un peu sportifs – cette randonnée vous mènera vers un sommet majestueux, symbole de la Norvège. Pour celles et ceux qui voudraient vraiment prendre leur temps, baignez-vous dans les lacs disséminés de part et d’autre de votre chemin. L’été, les températures peuvent monter au-delà de 30 degrés, l’eau claire et limpide sera un bon moyen de se rafraîchir.

Si le Kjeragbolten vous a effrayé alors le Preikestolen vous tétanisera. Perché à 600 mètres de hauteur, ce rocher de 25m² suspendu dans le vide vous donnera à coup sûr des sueurs froides. Les plus téméraires s’approcheront du précipice tandis que les plus rationnels se tiendront à bonne distance. Cependant, chacun gardera en tête ce moment unique. Juché·e·s sur les hauteurs, l’envie d’hurler « je suis le maître du monde » se fera pressante.

Preikestolen

Crédit photo : Shutterstock – Landscape Nature Photo

Il est maintenant temps de remonter vers le Nord pour découvrir un autre fjord spectaculaire, l’Hardangerfjord. Mettez le cap sur Bergen.

2. Hardangerfjord, la nature dans tous ses états

Bergen, la capitale des Fjords. Elle sera votre base arrière pour les 3 prochaines excursions. C’est une véritable aubaine si vous voulez mettre légèrement en pause votre exploration nordique. En effet, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Bergen regorge d’endroits à découvrir.

Bergen

Crédit photo : Shutterstock – Mark and Anna Photography

N’hésitez donc pas à goûter à la gastronomie locale, à vous arrêter dans des bars pour écouter des groupes de musiques régionaux – qui sait, les nouveaux « Kygo » en avant-première – et bien sûr visiter quelques musées.

L’Hardangerfjord ne se domptera pas facilement. 2ème plus grand fjord de Norvège, sa visite se fera nécessairement en plusieurs étapes. La route panoramique R7 vous sera d’une grande alliée pour accéder aux lieux incontournables. De plus, les nombreux villages qui la parcourent sont d’autant de lieux où s’arrêter la nuit.

Commencez par celui de Norheimsund où se trouve l’une des cascades les plus connues et les plus photographiées du pays, la Steindalsfossen. Soit vous la contemplez de face, soit vous vous engagez sur le petit chemin qui vous permettra de l’admirer d’en haut. Dans les deux cas, prenez le temps d’écouter l’eau qui s’écoule et se brise en contrebas.

Steindalfossen Montage

Image de la cascade de Steindals, vue d’en bas (à gauche) et vue d’en haut (à droite) – Crédits photo : Shutterstock – MortenHeiselberg & Pe3k

Ensuite nous vous conseillons d’aller jusqu’à Tørvikbygd pour prendre un ferry en direction de Jondal. En dehors de son église surnommée « la cathédrale du Hardanger », ce hameau sert surtout à aller au centre de ski d’été de Folgefonn grâce à un bus. Ce magnifique glacier est l’endroit rêvé pour prendre un grand bol d’air pur. En cherchant le point le plus haut, vous apercevrez sûrement les champs de pommiers dans ce décor polaire.

Montage Jondal Folgefonn

Folgefonn à gauche et la ville de Jondal à droite – Crédits photo : Shutterstock – Andrew Mayovskyy & Gertjan Hooijer

Importées dans la région au XIIIe siècle, les pommes produites à Hardanger représentent plus de 40 % de la production nationale. Mais ce qui fait également sa renommée est… son cidre ! La Norvège a même reçu deux médailles d’or et six médailles d’argent aux CiderWorld Awards.

Le plus fameux reste « l’Hardanger cider », appellation d’origine contrôlé depuis 2011. D’après les Norvégiens, sa saveur pourrait même faire virer sa cuti à n’importe quels Bretons ou Normands. Ramenez donc quelques bouteilles pour faire le test.

Pommier d'Hardanger

Crédit photo : Shutterstock – Sigrid Eriksen

Retournez ensuite à Jondal pour reprendre votre moyen de locomotion afin de vous enfoncer dans la vallée de l’Odda. Les amoureux de cascades seront alors comblés. Sur 10 km les chutes d’eau s’enchaînent tellement que vous ne saurez plus où donner de la tête. Tjørnadalsfoss, Strandfoss, Vidfoss, Espelandsfoss et Låtefoss… Autant de lieux qui méritent d’être découverts, mention spéciale au dernier cité.

Latefoss

Crédit photo : Shutterstock – KatrineAanensen

En effet, si vous prenez place sur le pont de pierre, vous découvrirez alors que cette cascade a la particularité d’être scindée en deux cours d’eau qui se rejoignent ensuite juste sous vos pieds. Un spectacle naturel magique !

Afin de reprendre de la hauteur, un arrêt à Tyssedal est nécessaire. Embarquez dans une randonnée vers le lac de Ringedalsvatnet. Votre point d’arrivée sera le rocher de Trolltunga, perché à 700 mètres au-dessus du lac. Alors oui, encore du vert à perte de vue, encore une eau limpide, encore le bruit de la nature mais, décidément, vous n’arrivez toujours pas à vous en lasser. Tout à l’air si pur, si calme… Pourquoi partir ?

3. Sognefjord, le maître des lieux

De retour à Bergen, votre addiction aux fjords vous oblige à continuer vers le Nord pour faire la connaissance du Sognefjord. Deuxième plus grand fjord du monde, premier d’Europe, il se divise en plusieurs bras dont le plus célèbre, le Naeroyfjord.

Après en avoir pris plein les yeux en grimpant toujours plus haut, restez au niveau de l’eau cette fois-ci. Au village de Gudvangen, vous ferez face à deux choix cornéliens. Le premier, prendre le ferry électrique – c’est mieux de profiter des paysages avec le silence comme seul compagnon – ou louer un kayak pour réaliser le même trajet. Prendre son temps en risquant d’avoir les bras endoloris ou se laisser bercer au rythme de l’eau tout en étant dans une visite chronométrée, à vous de décider !

Avant d’embarquer, renseignez-vous sur le rôle prépondérant de l’eau dans cette vallée. En effet, certains villages que vous croiserez durant votre balade ne sont reliés par aucune route et, sans elle, ils seraient complètement isolés. Les Norvégiens considèrent même le Sognefjord comme une « autoroute » vers la mer !

Vous commencerez par apercevoir le Kjelfossen, une cascade impressionnante qui dévale la montagne sur 755m en plusieurs sauts, dont le plus haut fait 149 m. C’est en juin que son débit est le plus impressionnant. Grâce à une température plus chaude, la neige fondue alimente la chute d’eau, vous offrant un spectacle de toute beauté !

Kjelfossen

Crédit photo : Shutterstock – Murat Can Kirmizigul

Quelques kilomètres plus loin se cache le minuscule village de Bakka et son église en bois blanc. Construire en 1859 par Christian Henrik Grosch, sa taille relative ne reflète en rien son importance. En effet, avant sa consécration le 11 mai de la même année, les personnes vivant le long du Nærøyfjorden devaient se rendre à Undredal – à environ 200 kilomètres de là – pour pratiquer leur foi.

Quelques coups de pagaies plus loin – ou simplement quelques minutes plus tard si vous êtes à bord du ferry – vous tomberez sur Styvi. Cette ancienne ferme est inoccupée les ¾ de l’année, il n’y a qu’en été qu’un couple revient l’habiter. L’endroit a été transformé en petit musée et rares sont les touristes qui s’y aventurent. En effet, aucune route ne mène à Styvi, seul le ferry s’y arrête sur demande.

Mais la petitesse peut rendre fier. Styvi se targue d’avoir le plus petit bureau de poste du monde avec son propre code postal (5748 STYVI). Sur la rive d’en face se trouve un patelin dont l’histoire est sensiblement identique. Une balade dans ce village fantôme est une excellente idée pour se reposer un peu et ménager vos bras.

Montage Styvi Dyrdal

Dyrdal à gauche et Styvi à droite – Crédits photo : Shutterstock – Henryk Sadura & Dignity 100

En reprenant votre exploration vous devriez entendre de nouveau l’eau qui se fracasse dans le fleuve. Alors vous ne serez plus très loin de la cascade de Sagfossen. Preuve que la voie de l’eau était celle à privilégier, vous ne pouvez voir Sagfossen qu’en bateau – ou en kayak – depuis le fjord. Encore une fois, cette scène vous ébahit.

Sagfossen

Crédit photo : Flickr – Øyvind Holmstad

Jusqu’à Kaupanger vous assisterez à une succession d’hameaux dont l’aspect enclavé provoque en vous une tempête sous un crâne. Comment fait-on pour vivre ici, loin de tout ? Et pourtant, les petites fermes accrochées aux flancs abruptes existent depuis des temps immémoriaux… La vie trouve toujours son chemin…

C’est le moment de rebrousser chemin, l’occasion de revoir une nouvelle fois toutes les merveilles que vous avez aperçues à l’aller.

4. Geirangerfjord, le plus mythique

En quittant Bergen vous aurez le cœur lourd et les 7h de route qui vous séparent pourraient vous donner le blues des fjords. Arrêtez de broyer du noir tout de suite car celui de Geirangerfjord est considéré comme le plus beau de toute la Norvège.

Les 3 cascades

Les puissantes cascades abritées par ce fjord font la renommée de cette contrée. Elles sont bien sûr associées à des légendes locales. Pour les découvrir, rien de mieux qu’une randonnée bien que le ferry puisse également satisfaire votre soif de curiosité.

Il était une fois, un prince perdu dans la région. Cherchant un gîte où dormir, il fut accueilli par un homme qui avait 7 filles, toutes plus belles les unes que les autres. Le prince en tomba fortement amoureux mais ne savait pas laquelle choisir. Fin de la partie « jolie » de l’histoire, la suite est moins reluisante.

Chaque soir, chacune des sœurs venaient partager la couche du monarque. Et chaque soir, il leur promettait de faire un choix et d’épouser l’une d’entre elles. Ce jour n’arriva jamais. Au fil des ans, les sœurs sont devenues inconsolables et ont commencé à verser des torrents de larmes. Celles-ci ont fini par former les 7 courants d’eau qui constituent la cascade des 7 sœurs.

Cascade des 7 soeurs

Crédit photo : Shutterstock – Andrey Armyagov

Une chute d’eau lui fait face. Il s’agit de la cascade du prétendant en référence au prince et, comme l’homme représenté, elle les contemple inlassablement sans faire de choix. Une troisième cascade se situe non loin de là que les Hommes ont décidé de nommer « le Voile de la mariée », symbole de l’événement qui n’arriva pas. Ne se rejoignant jamais, les trois monuments naturels forment ainsi une Sainte Trinité de la tristesse…

A la rencontre des Trolls

Puisque vous vous êtes aventuré·e·s sur des terres mythiques, poursuivez votre excursion sous ce thème. En partant de Geiranger, prenez la route 63 puis un ferry pour découvrir la route des Trolls. A l’instar de votre celle d’Øygardstøl, de nombreux lacets la composent. Mais contrairement à l’autre, elle a eu le droit à son titre de route panoramique de Norvège.

Trollstigen

Crédit photo : Shutterstock – saiko3p

C’est à l’ère Viking que nous devons les premières apparitions des trolls dans le folklore norvégien. Le peuple nordique vénérait la nature et utilisait la nature pour le rendre hommage. Ils ont alors commencé à conter de nombreuses sagas se déroulant entre forêts, fjords et montagnes.

Selon la mythologie scandinave, il existerait deux sortes de trolls. Des géants de pierre plutôt laids cachés dans la montagne, ne se laissant apercevoir que la nuit, et des plus petits vivant en groupe dans la forêt. Ceux-ci s’apparentent plus à nos gentils lutins.

Troll

En espérant que vous ne croisiez pas un troll… – Crédits photo : Shutterstock – Bildagentur Zoonar GmbH

Tout au long de la route, des plateformes vitrées parfaites sont présentes pour vous faire découvrir les panoramas. Encore une fois vous plongez dans cette nature féerique faites de de lacs turquoise, de forêts épaisses et de vallées verdoyantes. Tout cela semble si irréel. Pour celles et ceux qui voudraient faire une nouvelle marche à pieds, en haut de la route se trouve un centre touristique d’où part une randonnée qui vous mènera jusqu’au lac Bispevatnet.

Alors que vous croyez que la fin de votre périple va bientôt toucher à sa fin – il ne reste plus qu’un fjord à visiter – vous tapez les coordonnées du Trollfjord et découvrez que plus de 1 200 kilomètres vous séparent de votre destination.
Evidemment, n’essayez pas de les faire en une seule journée. Profitez-en pour vous arrêter dans les villes comme Molde, Trondheim ou Bodø pour alléger votre temps de parcours.

5. Trollfjord, jusqu’au bout du monde…

Voilà un fjord qui se mérite ! Il s’est presque déroulé une éternité depuis votre dernière ascension et forcément votre envie de retrouver un nouvel écrin de verdure est à son paroxysme. Alors c’est le moment de prendre une dernière fois le bateau pour visiter le Trollfjord.

La bataille du hareng

Seul un ferry vous permettra de découvrir les charmes naturels de ce fjord. Ne craignez pas pour votre promiscuité, sa position proche du cercle arctique désarme bon nombre de touristes. Vous ne risquerez pas de croiser énormément de monde. C’est parti pour 3h de balade au fil de l’eau.

Vous découvrirez alors une merveille naturelle préservée. Contrairement à ses frères de la côte Ouest, le Trollfjord ne dispose d’aucune colonie le long de ses rives. D’un côté, les conditions météorologiques ne sont pas des plus accueillantes. Il arrive même que l’intégralité du fjord soit gelée. Cela a même engendré un conflit entre pêcheurs.

Trollfjord

Crédit photo : Shutterstock – May_Lana

Il y a plus d’un siècle, deux types de pêcheurs se distinguaient. Ceux qui utilisaient un bateau à rame et ceux qui disposaient d’un bateau avec un moteur à vapeur, les premiers ayant besoin des seconds pour briser la glace afin de pêcher. Cependant, la mansuétude n’était pas de rigueur et les pêcheurs en bateau à vapeur s’octroyaient 40% du poisson ramené par leurs congénères.

Mais, dans la nuit du 5 au 6 mars 1890, une violente tempête fit rage et brisa la glace. Les pêcheurs à rame se sont donc précipités pour ramener un maximum de harengs. En réalisant un blocus avec le filet sur la partie la plus étroite du fjord, ils réussirent à attraper un nombre incalculable de poisson.

Cette technique a provoqué l’ire des autres pêcheurs, d’où la bataille féroce qui s’en est suivie. La scène a été représentée dans un tableau par l’artiste norvégien Gunnar Berg. Actuellement est exposé dans une galerie d’art à Svolvær, cette œuvre d’art norvégienne est une des plus reconnaissables au monde.

Difficile d’imaginer un tel conflit alors que le silence règne au sein de vallée. Et pourtant… Savourez bien les dernières cascades qui s’offrent devant vos yeux, le vert éclatant de la flore et toujours l’aspect cristallin du fleuve. Tout cela sera malheureusement derrière vous, mais pourquoi ne pas vous offrir un dernier petit kiff en visitant les îles Lofoten ?

Les îles Lofoten

Cet archipel se trouve au-dessus du cercle polaire. Là encore, la nature a pu se développer tranquillement sans être trop perturbée par les hommes. En effet, la capitale de l’île, Svolvær, compte moins de 4 500 habitants. Situé sur l’île d’Austvågøya, elle ne doit son important statut que parce que la plupart des touristes abordent l’archipel par ce charmant village. Il dispose même d’un aéroport !

Ile Lofoten

Crédit photo : Shutterstock – Jarmo Piironen

En dehors des balades à faire entre tous ces pics montagneux qui surgissent au milieu de la mer, vous pouvez réserver une excursion afin d’observer les grands mammifères marins. Suivant les saisons, baleines et orques pourront venir à votre rencontre.

Tente Sami

Crédit photo : Shutterstock – V. Belov

Enfin, si vous apercevez un tipi, ne vous croyez pas fou ! Vous êtes tout simplement face à un bâtiment typique du peuple Sami, les indigènes du Nord de la Norvège. De la Laponie à votre lieu de villégiature, c’est plus de 80 000 personnes qui sont disséminées sur ces terres enneigées. En apprendre plus sur eux seraient un bon moyen de terminer votre périple en beauté.

Toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin. Le trajet du retour sera chargé en émotion et c’est le cœur gros que vous quitterez vos écrins de verdure. Vous comprenez maintenant pourquoi certains classements mettent les fjords devant les pyramides égyptiennes, les Galapagos voire les Maldives ? La réponse est dans la question…

Comment avez-vous trouvé cet article ?
11 avis (4.9/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
  1. magnifique… Merci

Laisser un commentaire ou