Sur les traces du film La Liste de Schindler à Cracovie

Comparez les prix des activités à Cracovie
Sur les traces du film La Liste de Schindler à Cracovie

Visitez les endroits méconnus des lieux retraçant les scènes du film de Spielberg, une histoire vraie qui raconte ce qu’il s’est passé dans le camp de Płaszów et le ghetto juif de Podgórze

En 1992, Steven Spielberg a fait construire une réplique du camp de travail nazi de Płaszów dans le cadre de son film La Liste de Schindler. Les vestiges de cet ensemble très réaliste sont encore visibles aujourd’hui à quelques minutes de marche du centre de Cracovie. Reconstruite à partir des plans originaux, la copie du camp de Płaszów fut conçue dans une carrière à seulement quelques centaines de mètres de l’endroit où se trouvait le vrai camp. La carrière Liban (ou Kamieniołom Liban), abritant le site du tournage du film, est l’un des endroits où les détenus de Płaszów ont travaillé jusqu’à la mort ou assassinés au hasard.

Camp de Plaszow, La Liste de Schindler, Cracovie

Copyright Toolito

Au printemps, la végétation prend le dessus sur toute la surface de la carrière. Il est pourtant assez facile d’entrer dans ce lieu étrange. Après avoir trouvé votre chemin sur les sentiers formés par les quelques visiteurs curieux, vous arriverez finalement jusqu’au niveau le plus bas de la carrière, depuis lequel vous pourrez explorer plus en détail l’ancien camp de travail. L’ensemble de la carrière est visible depuis les rebords, mais ça vaut le coup de descendre voir ce qu’il s’y passe de plus près.

Plus bas dans l’article vous trouverez les détails pour vous y rendre.

La « Voie Royale » ou l’allée de pierres tombales juives

Ce que l’on appelle la Voie Royale n’a rien de noble. C’est en fait tout le contraire… Le camp de Plaszow original a été construit en partie sur le site de cimetières juifs. Dans une théâtralité qui fait la marque des nazis, les pierres tombales ont été utilisées pour paver la route vers le camp de sorte que les détenus étaient contraints de piétiner les reliques de leurs ancêtres en allant « travailler ». Aussi choquant que cela puisse paraître, c’était sûrement la dernière chose qui inquiétait les hommes et les femmes qui tentaient de survivre ici. A l’occasion du film dirigé par Spielberg, des moulages de véritables pierres tombales juives ont été utilisés pour construire une voie similaire au milieu de la carrière. Bien qu’elles ressemblent à des vraies, vous pouvez tout à fait marcher dessus et observer de plus près les détails des caractères en hébreu.

Camp de Plaszow, tombes juives, La Liste de Schindler, Cracovie

Copyright Toolito

Camp de Plaszow, tombes juives, La Liste de Schindler, Cracovie

Copyright Toolito

Les clôtures

Le camp de Płaszów était encadré d’une double clôture électrifiée. Le couloir entre ces clôtures était surveillé par des gardes SS. Ceci est reproduit à l’identique dans la carrière, tout proche des dalles en forme de pierres tombales. Les vestiges laissés par le tournage du film sont incroyablement convaincants. Le bois des clôtures semble vieux de plusieurs décennies, alors que le tournage a eu lieu entre 1992 et 1993. Peut-être que les ingénieurs décor du film ont utilisé des poutres déjà anciennes ? Toujours est-il que les clôtures encore visibles aujourd’hui font très authentiques, avec des isolateurs en porcelaine dont certains se sont brisés depuis. Notez que les clôtures du camp d’Auschwitz sont, elles, en béton.

Camp de Plaszow, clôture et pavage, La Liste de Schindler, Cracovie

Flickr – Allie_Caulfield

Les fours à chaux

Dans le roman historique La Liste de Schindler de l’auteur australien Thomas Keneally, qui inspira le film éponyme, on peut lire que le travail dans la carrière de Liban était axé sur la production de chaux vive plutôt que sur l’extraction de calcaire en soi. Pour produire de la chaux vive, il faut un four à chaux, et c’est ce à quoi ont l’air de ressembler ces structures en forme de tours sur l’un des côtés de la carrière. On verse le calcaire par le haut, on le mélange à du charbon à mi-hauteur, et de la chaux vive sort en bas. Quand on regarde ces structures, elles semblent dater de plusieurs décennies, et non de l’époque du film. D’ailleurs, elles n’apparaissent pas à l’écran, possiblement par choix du réalisateur. La carrière semblant laissée à l’abandon, on ne sera peut-être jamais la vérité à ce sujet.

Ces vestiges pourraient s’apparenter à des installations permettant de produire de la chaux vive lors de l’exploitation des nazis en temps de guerre, mais ils pourraient également dater d’après la guerre, lorsque l’exploitation de la carrière continua.

Camp de Plaszow, La Liste de Schindler, Cracovie

Copyright Toolito

Visiter le « faux » camp de Płaszów est une expérience déroutante et troublante. Cependant, si vous voulez aller plus loin dans votre découverte des camps de concentration, c’est un endroit à explorer. Les éléments que vous verrez ici ne sont que des décors de cinéma et non pas ceux d’un vrai camp de travail. Les nazis ont détruit le camp avant l’arrivée des Russes. Sachant cela, on ne peut pas s’empêcher d’être ému par ce lieu « factice ». Des dalles brisées au sol aux clôtures du camp, tout a l’air de nous faire penser que nous sommes bien au cœur de l’ancien camp de Płaszów. Pourtant, seul le lieu a été témoin des horreurs commises sur le camp, et c’est déjà suffisant de le savoir. La confusion entre les versions « Hollywood » et historique est bluffante et suscite la réflexion.

Camp de Plaszow, La Liste de Schindler, Cracovie

La carrière vue du côté Sud avec au fond le Kopiec Krakusa – Copyright Toolito

Aller plus loin que le film de Steven Spielberg

Par « plus loin », comprenez « quelques centaines de mètres ». En effet, l’emplacement du véritable camp de Płaszów n’était qu’à quelques mètres de la carrière que vous avez visité. Sur la carte ci-dessous, j’ai positionné les endroits clés du site pour vous permettre de vous diriger plus facilement.


Cliquez sur les icônes de la carte pour voir à quoi ils correspondent.

Vous pouvez constater qu’en continuant votre marche juste après la carrière, vous tomberez sur le Mémorial du camp de Płaszów.

Mémorial, monument du camp de Plaszow, Cracovie

Wikimedia – Dariusz Żukowski

Dirigez-vous ensuite vers la maison d’Amon Göth :

Maison d'Amon Göth, Nazi du camp de Plaszow, Cracovie

Flickr – Lars K Jensen

Comment y aller ?

La carrière Liban se trouve sur la rive sud de la rivière Vistule. Depuis le centre de la vieille vieille, il faut marcher vers et à travers Kazimierz et traverser le pont Piłsudskiego ou le pont Kladka Bernatka. De là, vous pouvez vous aider de la carte ci-dessus pour vous situer, et vous rendre jusqu’à la butte Kopiec Krakus à partir de laquelle vous aurez une excellente vue vers la carrière. Les tramways 3 et 24 vous emmènent à l’arrêt « Powstańców Wielkopolskich » qui est également tout proche de la colline.

Les scènes du film dans le quartier de Kazimierz

Pour les scènes dépeignant le ghetto juif de Podgórze à Cracovie, il fallait à Steven Spielberg un quartier juif authentique. Il choisit le quartier Kazimierz parce que cette partie de Cracovie n’avait pas changé depuis les années 1940, alors que Podgórze avait été partiellement reconstruit avec des bâtiments modernes.

Kazimierz Cracovie

Flickr – jafsegal

La photo ci-dessus montre une cour de l’endroit où les valises et les affaires sont jetées dans la scène du film où le ghetto de Podgórze est liquidé. Dans les vieux quartiers juifs des villes polonaises, ce genre de place est typique. Sur cette même photo, l’escalier que l’on voit est celui sous lequel Danka Dresner (la tante de Genia, la petite fille au manteau rouge) se cache de la police juive qui aidaient les Allemands à rassembler les Juifs pour « les transporter vers l’Est » : un euphémisme pour les amener dans les chambres à gaz.

Visiter l’usine d’Oskar Schindler (Musée)

Si Oska Schindler habitait au 7 ul. Straszewskiego, son usine, la Fabryka Schindlera, se trouvait (et se trouve toujours) de l’autre côté de Kazimierz et de la Vistule, finalement proche du camp de Płaszów, au 4 ul. Lipowa. Cette dernière se visite comme un musée, en suivant l’histoire des juifs sauvés par Schindler, mais surtout la vie quotidienne des cracoviens, et l’activité de la Résistance durant le Gouvernement Général. Les objets exposés enrichis par une grande documentation photographique et filmographique présentent d’une façon complexe la vie de Cracovie et de ses habitants sous l’occupation allemande. L’usine, qui faisait partie des nombreuses que détenait Oskar Schindler, produisait des ustensiles de cuisine en émail.

Usine d'ustensiles en émail, bureau d'Oskar Schindler

Le bureau d’Oskar Schindler dans le musée de l’usine – Wikimedia – Adrian Grycuk

Autour du film – Synopsis

Chef-d’oeuvre de Steven Spielberg inspiré du roman de Thomas Keneally, La Liste de Schindler est absolument à voir si vous voulez vous mettre dans l’ambiance « historique » de la ville de Cracovie. Si le massacre des juifs à Cracovie est pour vous l’une des raisons de votre voyage, vous ne pourrez pas manquer de visiter Auschwitz.

Synopsis
Oskar Schindler est un industriel allemand de Tchécoslovaquie, et membre du parti nazi. Ne pensant tout d’abord qu’à son profit, il emploie une main d’œuvre juive bon marché dans son usine. Mais Oskar Schindler ne se rend véritablement compte de l’horreur et de la folie nazie qu’en assistant à la liquidation du ghetto de Cracovie par le commandant SS Amon Göth, surnommé le « boucher d’Hitler ». Dès lors, il tente avec son comptable Itzhak Stern, de sauver le plus de vies possibles.

Alors que le camp dirigé par Amon Göth reçoit l’ordre de fermer et que des milliers de Juifs doivent alors être transférés à Auschwitz, Schindler décide d’inscrire 1 100 de ces hommes et femmes sur une liste de personnels effectuant des travaux indispensables pour l’armée allemande. Il va alors dépenser la fortune qu’il avait rapidement accumulée dans ses affaires avec l’armée nazie pour nourrir ses employés et soudoyer les SS qui cherchaient à les tuer.

Les rôles
– Liam Neeson : Oskar Schindler
– Ralph Fiennes : Amon Göth
– Ben Kingsley : Itzhak Stern

La Liste de Schindler est un film mémorable dont le courage et la foi continuent à inspirer des générations. En voici un extrait :

Autres activités à faire à Cracovie

Reservation
Visite d’Auschwitz avec navette A/R37.50€ Voir les offres
Visite guidée des mines de sel de Wieliczka37.50€ Voir les offres
Toutes les visites à Cracovie et aux alentours- Voir les offres
Les activités à faire dans cette ville
A voir aussi dans la rubrique Cracovie
A voir aussi dans la rubrique Films & Séries
Répondre
  1. Très bonne idée de visite pour un WE prolongé ou plus si affinités, d’autant que Cracovie est une très jolie ville, je dirai même une « mini Varsovie » et regorge de lieux magnifiques à découvrir in situ, ou très proches et accessibles facilement avec les transports en commun. A ne pas rater !

Laisser un commentaire

Generation Voyage sur Facebook
Retrouvez également Generation Voyage gratuitement par mail et sur votre smartphone:
Comparez les prix de vos activités