« J’ai été attaqué par des pirates dans les Caraïbes »

avatar

Generation Voyage vous présente l’Odyssée de Daniel, un père de famille ayant navigué 17 années à travers le monde, à bord d’un bateau construit dans son jardin ! Une histoire marquée par de nombreuses anecdotes, dont l’attaque de pirates dans les Caraïbes, un soir de 1996…

Le commencement

« Quand on voyage, on vit des choses que l’on n’aurait jamais vécu en restant tranquillement chez soi. »

C’est cette idée qui pousse Daniel à entreprendre la construction d’un bateau au fond de son jardin. Par envie de voyager, d’abord, mais surtout par envie de découvrir de nouvelles choses. C’est donc en 1978 que démarre cette aventure.

Alors technicien pour le laboratoire de glaciologie de Grenoble, Daniel exerce un travail exigeant, marqué par des missions de plusieurs mois sur les Îles Kerguelen et en Antarctique. Le but de ces missions ? Réaliser diverses mesures scientifiques (de vitesse, d’accumulation, d’ablation…) qui permettront de caractériser le climat et la composition de notre atmosphère sur des dizaines de milliers d’années.

Photo de Daniel lisant son courrier durant la mission aux Îles Kerguelen

Photo de Daniel lisant son courrier durant la mission aux Îles Kerguelen Crédit photo : auteur non identifié/Fonds Lorius/CNRS Photothèque (recherche en paternité)

C’est donc à 35 ans, après des années à travailler au sein de ce laboratoire, que Daniel décide de changer de vie. Nous sommes à la fin des années 1970, les sorties en bateau sont devenues pour lui une habitude… Cette passion le pousse à construire un bateau de ses propres mains au fond de son jardin !

Un projet qui voit le jour lorsque la construction démarre en 1978. Elle s’achèvera 5 années plus tard, en 1983, après de longues journées à travailler sur la confection de celui-ci (un bateau en acier, fait à partir de plans de Patrick Van God, célèbre navigateur belge disparu en mer en 1977).

L’envie de découvrir la Méditerranée l’amène pour la première fois en mer avec son bateau en 1983. Daniel est alors loin d’imaginer les nombreuses aventures qui l’attendent quelques années plus tard…

Les premières navigations en Méditerranée et en Afrique : le déclic

Daniel a commencé la navigation très tôt – à 14 ans – au Bourget du Lac, ce monde lui est donc familier. Il décide d’arpenter la Méditerranée, aux côtés de sa compagne Christine, pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux horizons.

Ce voyage durera finalement 7 ans. L’occasion pour lui de découvrir de nombreux pays comme le Maroc, la Tunisie, la Turquie ou encore la Grèce.

Vue sur la Méditerranée depuis la côte tunisienne

Vue sur la Méditerranée depuis la côte tunisienne Crédit photo : Shutterstock – Romas_Photo

Ces années à voyager au gré du vent réveillent en Daniel une véritable passion. Une passion qui le pousse à aller plus loin. Deux choix s’offrent alors à lui : vendre son bateau ou le préparer pour qu’il soit apte à naviguer en haute mer. Nous sommes en 1989, Daniel choisit la deuxième option. Le voilà reparti pour une année de travail où il effectue de nombreux aménagements sur son embarcation.

Le grand départ a lieu en 1990, lorsque Daniel prend la route en direction de la Guinée-Bissau. Un pays qui le marque puisqu’il y reste quelques mois pour y travailler sur des chantiers. Il apprécie particulièrement la beauté de ses parcs nationaux et y découvre des îles paradisiaques, d’une beauté rare : les Îles Bijagos.

Guinée-Bissau

Photo des Îles Bijagos en Guinée-Bissau Crédit photo : Shutterstock – Damian Pankowiec

Situées à l’écart du monde, ces îles lui offrent des paysages exceptionnels. Elles lui permettent surtout d’observer une nature jusque-là préservée, un trésor de l’Afrique. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant si quelques années plus tard, ces îles ont été reconnues Réserve de Biosphère par l’Unesco en 1996.

Ce voyage, d’abord, et celui en Gambie, où il restera 10 mois, poussent Daniel à passer l’Atlantique pour découvrir les Caraïbes. Un nouveau voyage débute pour sa compagne et lui en 1992, lorsqu’ils prennent la route en direction de Fernando de Noronha, un archipel proche du Brésil. Les voilà partis pour affronter l’Atlantique, où 3 semaines de navigation en haute mer les attendent pour arriver sur ce superbe archipel.

Fernando de Noronha

Plage colorée de Praia do Sancho à Fernado de Noronha Crédit photo : Shutterstock – Marconi Couto

C’est le début d’un rêve, qui se concrétise à leur arrivée lorsqu’ils découvrent cette petite île, habitée par moins de 3 000 personnes. Une réserve où ils jouissent de plaisirs insoupçonnés et indescriptibles comme la nage avec les dauphins, tous les soirs en fin de journée.

Au bout d’un mois sur cette île où le temps semble être suspendu, Daniel et Christine se voient dans l’obligation de reprendre la mer, le statut de réserve de l’archipel ne les autorisant à rester qu’un mois sur place. Ils multiplient alors les voyages, naviguant au gré du vent et s’arrêtant dans des endroits exceptionnels comme la Baie de Salvador de Bahia, « un lieu magique » selon les dires de Daniel.

Les Caraïbes et l’attaque de pirates

Après quelques visites des plus belles îles de la région (notamment la Martinique, la Guadeloupe ou encore la Barbade), le voyage se prolonge lorsque Daniel – qui travaille à Saint-Martin à cette période – est contacté par Didier, un français résidant lui aussi sur l’île. Ce dernier est alors à la recherche d’un chef de chantier pour la construction de 49 pavillons. Daniel accepte le poste, c’est le début d’une belle et longue aventure aux Caraïbes !

Dix années durant lesquelles Daniel alterne entre travail pendant 6 mois sur l’île de Saint-Martin et voyage les 6 autres mois de l’année. Il en profite notamment pour découvrir toutes les îles des Caraïbes et des alentours. L’île de Tourtuga au Venezuela le marque particulièrement.

Tortuga au Venezuela

Vue aérienne de l’île de Tortuga Crédit photo : Shutterstock – Jorge A. Munoz

Une île désertique, non habitée, où ils se retrouvent avec des amis pour y passer quelques semaines. Ces moments partagés au milieu de la mer des Caraïbes sont l’un des meilleurs souvenirs de Daniel. Chasse, pêche à la langouste, et détente sur des plages paradisiaques deviennent son quotidien… le rêve !

Pourtant, ce rêve a failli basculer au cauchemar, un soir de novembre 1996… Alors que Daniel et Christine se rendent à Recife au Brésil pour y retrouver un ami, leur bateau va subir un événement inattendu !

Au cœur d’une journée paisible où règne un sentiment de sérénité et de tranquillité, le vent est le grand absent du jour. Ils en profitent pour passer l’après-midi à lire dehors au soleil.

C'était une après-midi paisible

C’était une après-midi paisible Crédit photo : Shutterstock – Dudarev Mikhail

Mais alors que la journée suit son cours, Daniel aperçoit au loin la silhouette d’un bateau, qui semble être celui d’un pêcheur. Ayant l’habitude de croiser d’autres embarcations, rien ne laisse présager pour le moment, un quelconque incident.

Pourtant, Daniel a un mauvais pressentiment. Le bateau de pêcheur suit exactement la même direction que le sien, ce qui n’arrive jamais en haute mer. Surpris par la tournure des événements, il décide de changer de bord pour éviter ce qui semble être un guet-apens.

Mais rien n’y fait, ce bateau continue inlassablement de se rapprocher de Daniel et Christine. Une crispation s’installe alors, et les replonge quelques mois auparavant, lorsque l’un de leurs amis s’était fait attaquer par des pirates. Une attaque non sans conséquences puisqu’ils lui avaient tout pris, laissant derrière eux une simple boite de conserve…

L'horizon s'obscurcit

L’horizon s’obscurcit Crédit photo : Shutterstock – 1tomm

À la tombée de la nuit, Daniel décide alors de ralentir le rythme de croisière, voyant que ce bateau est bien décidé à les rejoindre. À mesure que celui-ci se rapproche, il aperçoit 5 hommes d’une tranquillité déconcertante… Et à l’allure surprenante ! Ce sont des pirates, et ils semblent déterminés à dérober le bateau !

Voyant ces individus se saisir de leurs cordages, une inquiétude profonde s’installe alors dans l’esprit de nos 2 voyageurs. Dans un élan de courage, Daniel décide de tenter le tout pour le tout en allant chercher une carabine à plomb, qui n’est même pas chargée.

Ni une ni deux, Daniel pointe son arme en direction des pirates, avant qu’ils ne s’amarrent sur le bateau, leur montrant ainsi qu’il ne se laissera pas faire. Loin d’être confiant, il tente ce coup de poker totalement fou. Il sait pourtant au fond de lui que cette arme de dissuasion n’est pas chargée… Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, ces pêcheurs improvisés pirates semblent pris de panique et décident de rebrousser chemin. Peut-être est-ce la nuit qui les a troublé ? Ou l’assurance de Daniel ? À vrai dire, on ne le saura jamais !

Si certains évoqueront la chance, d’autres salueront le courage d’un homme, qui par réflexe et pur bluff a réussi à dissuader ces pirates, et sortir d’une situation qui aurait pu tourner au drame.

L’envie de continuer malgré les risques

Rapidement la peur laisse place à la joie. Celle de s’être sorti d’une telle situation, d’abord, mais surtout l’impression d’avoir une bonne étoile.

Que ce serait-il passé si ces hommes étaient armés ? S’il ne s’agissait pas de simples amateurs ? Daniel et Christine se posent beaucoup de questions, mais une chose est sûre : leur voyage ne s’arrêtera pas là !

L'horizon s'éclaircit pour Daniel et Christine

L’horizon s’éclaircit pour Daniel et Christine Crédit photo : Shutterstock – icemanphotos

Tout d’abord parce qu’ils étaient conscients des risques avant de partir, mais également « parce que la boucle n’était pas encore bouclée » selon les dires de Daniel. Lorsque l’on traverse autant de pays, le risque zéro n’existe pas. Mais n’est ce pas là le prix à payer pour vivre une aventure aussi exceptionnelle ?

Leur voyage se poursuit donc aux Caraïbes, avec le sentiment d’avoir évité le pire et que le meilleur est à venir. 4 années s’écoulent alors, 4 années à profiter d’un destin hors du commun, 4 années remplies de bonheur et de découvertes ! Notamment le Venezuela, que Daniel apprécie particulièrement pour la diversité de ses paysages.

Le parc national Canaima au Venezuela

Le parc national Canaima au Venezuela Crédit photo : Shutterstock – Douglas Olivares

Entre les montagnes, dont le célèbre Pico Bolívar à 4 978 mètres d’altitude, les îles paradisiaques et la côte vénézuélienne… La beauté de ce pays reste gravée pour toujours dans la mémoire de nos 2 aventuriers. C’est peut-être même leur plus beau souvenir de voyage !

Après plusieurs années de navigation, la boucle semble bouclée aux abords de l’année 2000. Il est temps pour Daniel et Christine de rentrer en France, fatigués par ce train de vie arrassant mais comblés par ces 17 années passées en mer. Les 2 aventuriers retournent au pays pour retrouver leurs enfants, leurs familles et leurs proches.

Souvenir de voyage de Daniel pêchant un thon

Souvenir de voyage de Daniel pêchant un thon

« Ils ne savaient pas que c’était impossible,
alors ils l’ont fait » – Mark Twain

Comment avez-vous trouvé cet article ?
30 avis (4.8/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
Embarquez pour des voyages extraordinaires !
Chaque semaine, de nouvelles destinations et conseils pour vivre de belles expériences de voyage !
  1. avatar

    Super. Récit captivant, fascinent.

  2. avatar

    Bravo c’est bien écrit et bien raconté !

  3. avatar

    Incroyable histoire, incroyablement écrite!
    Merci pour ce partage Nathan!

Laisser un commentaire ou