« J’ai vécu une semaine dans la jungle au Costa Rica »

avatar
Odyssée Ulysse

Le paradoxe est là : si tout peut servir à votre survie, tout peut également provoquer votre pire cauchemar.

Bien loin de la mythologie grecque, Generation Voyage vous conte aujourd’hui l’Odyssée de l’Ulysse des temps modernes. L’histoire d’Ulysse, 27 ans, qui repousse ses barrières mentales et physiques à travers des challenges aux quatre coins du monde. Une Odyssée le menant jusqu’à l’aventure la plus totale : vivre une semaine d’immersion dans la jungle du Costa Rica.

Prologue

Diplômé ingénieur à 22 ans, Ulysse démarre une première expérience entrepreneuriale, qui prend fin deux ans plus tard, l’entreprise n’ayant pas su résister aux dures lois du marché. Si pour beaucoup, cette expérience aurait été synonyme d’échec, Ulysse y voit plutôt une opportunité, celle de prendre du recul.

Bien loin de se morfondre, il s’exile quelque temps en Amérique Latine afin de faire le point sur ses erreurs passées et ses projets d’avenir. Commence alors une longue période d’introspection.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

C’est dans un colectivo perdu au milieu des montagnes péruviennes, qu’il griffonne quelques notes sur son téléphone. Il est alors bien loin d’imaginer qu’elles deviendraient les prémisses d’un projet beaucoup plus fou…

On vous explique. Pour commencer, il lui faut dresser la liste des erreurs commises ayant coûté la vie de son entreprise, dans le but de ne plus les reproduire. Apprendre de ses erreurs pour mieux les accepter, en somme.

Ensuite, il lui faut entrer dans le vif du sujet et définir les contours de son avenir. Pour cela, quoi de mieux que de se replonger dans ses souvenirs d’enfance ? Il note alors les métiers qui le font rêver, oscillant entre astronaute, journaliste, agent secret, aventurier ou encore explorateur…

Puis, pour terminer, il inscrit quelques défis qui l’inspirent, comme apprendre les capitales et les drapeaux de tous les pays du monde. Des ambitions répondant à un besoin toujours présent en lui : la quête d’apprentissage.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Relever 100 challenges à travers le monde

À son retour en France, il rédige un article afin de tourner définitivement la page concernant l’échec de sa start-up. Il le publie sur LinkedIn, et là tout s’emballe. Un nouveau chapitre commence, le véritable début de l’Odyssée d’Ulysse.

Contacté par de nombreuses entreprises suite à ce post devenu viral, Ulysse reçoit des dizaines de propositions d’emplois. Le voilà replongé dans le monde du travail au point d’en oublier sa phase d’introspection. Mais quelques mois suffisent pour qu’il se rende compte de son erreur : où sont alors passés ses rêves d’enfance ?

Il prend enfin conscience d’une chose : le secret, c’est de construire un business autour de son style de vie et non l’inverse.

Ce qui le fait vibrer ? Explorer de nouvelles idées, de nouvelles disciplines, de nouveaux lieux et partager ses découvertes. Nait alors son projet de relever 100 challenges à travers le monde.

De l’Europe à l’Amérique Latine en passant par l’Afrique, Ulysse se laisse porter par le vent et saisit toutes les opportunités qui se présentent à lui. Rien n’est prédéfini ni planifié, il suit seulement son instinct et devient l’acteur principal de sa vie. Ce n’est qu’après avoir agit qu’il tire les leçons de ses actes.

De fil en aiguille, Ulysse se retrouve au Costa Rica, où il fait la connaissance de Kasho, un costaricien de la tribu des Bribris. Une rencontre décisive, qu’il n’est pas prêt d’oublier.

Le Costa Rica : la rencontre avec Kasho

En effet, c’est au cœur d’une réserve bribri, où il apprend à confectionner du cacao, que les chemins d’Ulysse et de Kasho se croisent. Du séchage à la confection de la pâte de cacao en passant par la torréfaction, c’est un beau moment de partage et d’apprentissage pour Ulysse.

Kasho lui transmet également ses connaissances sur les plantes et leurs vertus et l’initie au maniement de l’arc et de la sarbacane. Le temps d’une journée, des liens se créent et la confiance s’installe rapidement.

Pour Ulysse, c’est une aubaine. Aventurier, toujours en quête d’apprentissage et de découvertes, il vient de rencontrer son alter égo costaricien. Notre héros saisit alors sa chance et embarque Kasho avec lui pour ses prochains défis.

En tête de liste ? Se faire piquer par une fourmi balle de fusil… Rien que ça.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

En s’infligeant la piqûre d’insecte la plus douloureuse au monde, Ulysse souhaite dépasser une nouvelle barrière mentale et abaisser son seuil d’appréhension pour ses futurs challenges (en même temps, difficile de faire pire, n’est-ce pas ?).

Enfin, son ultime motivation est d’essayer de comprendre ce que peuvent ressentir les personnes atteintes de douleurs chroniques, le temps d’une journée.

Si Kasho est dans un premier temps quelque peu désarçonné par cette demande (qui ne le serait pas ?), il trouve en Ulysse une véritable recherche d’aventures. Dès le lendemain, les deux compères passent à l’action.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Mais l’histoire entre Ulysse et Kasho ne fait que débuter. En effet, le costaricien connaît la jungle tropicale, ses règles et ses dangers sur le bout des doigts, puisqu’il entraîne des militaires à y survivre. Ulysse y voit alors une opportunité de se challenger.

Ni une ni deux, il fait son baluchon et tel un petit garçon partant à l’aventure avec son grand frère, il prend la direction de la jungle aux côtés de Kasho (et non sans mal, ça grimpe !).

Mais si les premières heures sont difficiles, il est à des années lumières d’imaginer ce qui l’attend par la suite.

Survivre dans la jungle costaricienne

« Mĩshka »

C’est comme ça que l’on dit « c’est parti » en bribri ! C’est parti pour se confronter à l’inconfort, pour affronter ses peurs. C’est parti pour de purs moments magiques et des instants difficiles. C’est parti pour l’aventure, pour une immersion totale en pleine jungle.

Ulysse part l’esprit tranquille, car comme il le dit lui-même, “on est tellement mauvais pour prédire l’avenir qu’il est inutile de stresser, d’angoisser”. Advienne que pourra ! Et c’était sans compter sur la sagesse et le savoir-faire de Kasho, qui vont lui permettre de ne retirer que le positif d’une telle expérience.

Kasho lui donne en effet beaucoup de conseils, à commencer par les endroits où il est possible de trouver de l’eau potable, notamment dans les rapides, et non dans les eaux stagnantes.

Il lui apprend également les gestes simples, comme celui de récupérer de grandes feuilles pour y déposer ses affaires. Elles seront alors protégées de l’humidité émanant du sol, mais elles rendront surtout visibles les éventuelles fourmis balles et autres insectes qui pourraient s’y balader.

En somme, Kasho lui apprend à ne jamais être trop prudent, et à ne jamais oublier qu’ils ne sont qu’étrangers dans ce milieu hostile.

L’installation du camp se poursuit et avec lui, le moment de faire un feu, essentiel à la survie aussi bien mentale que physique. Mais le bois de la jungle est très humide, trop humide. Pas pour Kasho, qui fend le petit bois en deux, afin de trouver la sécheresse à l’intérieur des branches.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Une fois le feu pris, les hamacs accrochés et le premier “repas” avalé, Ulysse ne rêve alors que d’une chose : tomber dans les bras de Morphée.

Pourtant, cette première nuit au fin fond de la jungle s’annonce semée d’embûches…

La première nuit

Pénible, courte et agitée. Telle a été la première nuit d’Ulysse aux confins de la jungle costaricienne.

Pénible, déjà, de par la fraîcheur de la nature environnante… Ses dents claquent, son corps grelotte. Sans pull ni duvet, Ulysse peine à trouver le sommeil tant le froid se fait sentir.

Courte, ensuite, car la pluie s’invite dans le hamac de notre aventurier. La bâche placée au-dessus de sa tête s’avère être percée, et des gouttes lui coulent lentement sur le visage. Les vêtements sont humides, le corps se tend, et la sensation de froid s’intensifie à la moindre brise.

Agitée, enfin, à l’image de la faune qui l’entoure. Imaginez plutôt, une nuit au milieu de la jungle, avec pour seule protection un feu s’affaiblissant sous les averses…

Le noir est total, et chaque bruit devient alors une menace lorsque le cerveau est en ébullition. Une seule fois pourtant, Ulysse tente d’allumer sa lampe frontale. Il se retrouve alors nez à nez avec une araignée, tissant une toile juste au-dessus de lui.

En effet, Ulysse dort à l’air libre, dans un hamac et sans moustiquaire pour se sentir protégé. Sans ce petit cocon, c’est extrêmement vulnérable qu’il a passé cette première nuit à la belle étoile.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Agitée également, comme ses pensées. Mais fidèle à lui-même, Ulysse se raccroche à son unique but : la quête de découvertes et l’envie constante de repousser ses barrières mentales. Hors de question, donc, d’abandonner l’aventure. Ses objectifs en tête, il est plus déterminé que jamais à aller jusqu’au bout, coûte que coûte.

Une nuit pénible, courte et agitée, mais une nuit pleine d’enseignements moraux, lorsque le soleil fait son apparition…

Le lever du soleil

Ulysse n’a alors jamais été aussi heureux de voir le jour se lever. Dorénavant, il sait où mettre les pieds, où poser ses mains. Il reprend doucement conscience du monde qui l’entoure et réalise que le pire est certainement derrière lui. La nuit a été rude, certes, mais une nouvelle journée chargée en émotions et en découvertes l’attend.

Le deuxième jour est consacré à la construction d’un abri pour protéger le feu, il n’est plus question de se faire avoir par la pluie à la nuit tombée… Aux côtés de Kasho, Ulysse apprend alors à observer, toucher et comprendre la nature qui l’entoure.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Il apprend à choisir les feuillages les plus appropriés, à les lier les uns aux autres. Seul, il s’essaye à la construction d’un petit cocon pour enfin se protéger du froid, et améliorer ses conditions de survie durant la nuit.

Malheureusement tout aussi glaciale que la première, cette deuxième nuit est une nouvelle épreuve à surmonter…

Dompter une terre hostile

Les jours suivants sont faits de transmission : celle du savoir. Kasho apprend à Ulysse à se nourrir, et surtout à ne pas s’empoisonner. Il lui apprend les couleurs et les odeurs, à reconnaitre les traces de pas et les restes d’aliments grignotés par les animaux…

Tel Simba dans la jungle épaisse d’Hakuna Matata, Ulysse se découvre un appétit pour les termites qui fourmillent sur les arbres de cette jungle humide et tropicale. Chaque minute, chaque seconde passée au cœur de cette nature étouffante mais époustouflante est un apprentissage pour notre héros.

Il se forme par exemple aux différents types de lianes que l’on peut trouver dans la jungle. Les lianes d’eau, reconnaissables car elles s’effritent, permettent de s’hydrater en l’absence de rivière dans les parages.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Les lianes « escalier de singe », quant à elles, possèdent des vertus médicinales. D’autres, qui gagnent en souplesse une fois épilées, sont utilisées pour la confection d’arcs. Le petit conseil de la grand-mère de Kasho, c’est d’y aller en douceur pour éviter de les raidir.

Mais ce n’est pas tout. Pour se nourrir dans la jungle, il faut aussi apprendre à pêcher et à chasser. Pour cela, et toujours sous les conseils avisés de Kasho, Ulysse apprend à fabriquer des pièges, des lances, un arc et des flèches.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Chaque jour, Ulysse apprend à aiguiser sa vue, et à détecter d’éventuelles traces au sol, synonymes d’un passage animalier régulier. Regarder autour de soi, où l’on met les pieds, où l’on pose les mains est absolument vital dans la jungle… On ne sait jamais sur quoi on peut tomber (serpents, fourmis balles…).

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Le paradoxe est là : si tout peut servir à votre survie, tout peut également provoquer votre pire cauchemar. C’est pour cela que Kasho enseigne à Ulysse la panoplie des bons gestes à avoir si quelqu’un se blesse, se fait mordre ou piquer dans la jungle.

Le calme après la tempête

Au fil des jours, Ulysse gagne en sérénité et en autonomie. Les craintes de la première nuit s’effacent à mesure qu’il apprend à reconnaitre le bruit des animaux qui l’entourent. Parfois, il parvient même à distinguer les différents chants d’oiseaux et à identifier leur espèce.

Selon lui, « la peur est inversement proportionnelle à la compréhension ». Comprendre son environnement et apprendre à le connaître réduit considérablement ce sentiment d’anxiété, cette peur de l’inconnu.

L’angoisse, la peur et la solitude du début ont finalement laissé place à la curiosité et au plaisir d’apprivoiser la jungle.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

Une semaine intense pour Ulysse, qui n’aurait jamais appris autant de techniques de survie sans cette immersion totale au cœur de la nature costaricienne. Il n’aurait même jamais pu s’adapter à ces terres hostiles sans la précieuse aide de Kasho…

La Terre Mère

« Si tu n’embêtes pas trop la jungle, elle ne devrait pas trop t’embêter. »

Le rapport à l’environnement est un aspect très important de la civilisation bribri. Ce peuple vit en totale harmonie avec la nature, la jungle et tout ce qui l’entoure. Tel est le mantra transmis par Kasho à notre jeune aventurier, tout au long de ce périple.

Pour la tribu bribri, il ne faut jamais trop en prendre à la jungle. C’est la raison pour laquelle, avant de partir, Ulysse et Kasho sillonnent les terres qui les entourent afin de replanter des bulbes d’arbres.

Suite aux enseignements de Kasho concernant la cosmogonie bribri, Ulysse a changé son regard par rapport à la relation que nous entretenons avec la nature, que les Bribris nomment Irìria.

L’Odyssée d’Ulysse continue

Finalement, apprendre à gérer ses peurs, à repousser ses propres limites et barrières mentales, tel est le secret. En élargissant sa zone de confort, Ulysse a pu retirer les œillères à travers lesquelles il voyait le monde. Il est allé au-delà de ses limites et ressort plus fort de cette expérience exceptionnelle dans la jungle costaricienne.

Odyssée Ulysse

Crédit photo : Ulysse Lubin

C’est au Mexique qu’Ulysse poursuit son chemin, toujours avec le même objectif : repousser ses barrières mentales. On vous laisse le plaisir de découvrir la suite de ses aventures à travers les nombreux challenges qui l’attendent…

Comment avez-vous trouvé cet article ?
16 avis (4.5/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
Embarquez pour des voyages extraordinaires !
Chaque semaine, de nouvelles destinations et conseils pour vivre de belles expériences de voyage !
3442
Laisser un commentaire ou