Bienvenue à Giethoorn : paradis baigné dans le silence, l’eau et la nature

avatar

Venise n’a rien à envier à sa jumelle nordique. Glissez sur les canaux aux reflets bucoliques de Giethoorn, paradis caché hollandais.

 
Il y a sur Terre, quelques endroits semblables à des écrins de paradis tombés du ciel. Ce sont des petits bouts de notre monde, plongés dans une atmosphère féerique et hors du temps. Ils offrent des parenthèses oniriques et invitent à une plénitude quasi mystique. Ils sont souvent auréolés de silence et nimbés d’une nature florissante. Ce sont des havres de paix confidentiels, mais heureusement certains se laissent apprivoiser et découvrir au fil de quelques balades. L’un d’entres-eux se niche aux Pays-Bas et prend la forme d’un petit village. Giethoorn est un hameau quadrillé par les eaux et inondé de verdure, où aucun chemin n’est accessible en voiture. Une véritable Venise des Pays-Bas.

Au son de quelques pas tranquilles sur les pavés, de quelques klaxons de vélos vintage ou de quelques clapotis de vagues s’échouant sur les coques de bateaux, la vie s’écoule calmement. Vus d’en-haut, les toits d’or en chaume tachettent le paysage émeraude et hachuré de canaux. Les parterres de fleurs perlent en arc-en-ciel et embaument les allées. Les visiteurs flânent alors de ponts en ponts et se laissent aller à une rêverie sans fin.

Vous aussi, plongez dans l’univers magique de Giethoorn.
 

Giethoorn, là où l’horizon se confond entre ciel et terre

giethoorn

Crédit Photo : Shutterstock / Przemyslaw unkowski

Au XIIIème siècle, l’Europe continue d’écrire son histoire. Les croisades battent leur plein, les guerres d’indépendances éclatent, des rois sont déchus, des frontières se dessinent, les civilisations donnent l’assaut, les cantons scellent des alliances et dans tout ce tumulte, un petit village néerlandais s’immisce entre les pages. Il reçoit son nom officiel : Geytenhorn, signifiant corne de chèvre. Les paysans et fermiers de l’époque y découvrent des cornes de chèvres sauvages en pagaille, sûrement noyées dans la grande inondation de 1170. Au fil des années, le hameau prit le nom raccourci de Giethoorn.

Il devient peu à peu une colonie de tourbière. L’extraction de la tourbe entraîna la formation de lacs et d’étangs. Cette matière fossile née de la décomposition des matières organiques dans les milieux saturés en eaux. Les habitants hissèrent alors, dès de XVIIème siècle sur les îlots de terre ferme, des maisons aux toits de chaume. Des habitats où courent aujourd’hui des parterres de pelouse et de fleurs. Ils bâtirent également des passerelles entre chacun d’entres-eux. Les bateaux typiques, conduit à l’aide d’une longue perche, sillonnaient le village aux allures de cité submergée. Ainsi, l’eau continua de façonner Giethoorn et de s’écouler lentement au pieds des habitations.
 

Sous un tapis d’eau et de verdure, la Venise hollandaise vous appelle

giethoorn eau

Crédit Photo : Shutterstock / fokke baarssen

Si le joyeux brouhaha des villes, l’animation permanente, les amoncellements de magasins et les carrefours bondés peuvent avoir leur charme, parfois, nous avons juste envie de dévisser notre tête et de la catapulter à des kilomètres. On rêve de mettre nos tympans à la diète, de s’éveiller lové dans une hanse de nature et de croiser un petit être magique et chantant au coin de la rue. Heureusement, il existe, presque, un tel endroit sur Terre. Son nom semble d’ailleurs tout droit sorti d’un Tolkien : Giethoorn.

Les Hollandais aiment vivre et glisser au fil de l’eau. À l’image des vénitiens, les deux milles six cents habitants de Giethoorn s’épanouissent dans un village lacustre, typique, au coeur de la province d’Overijssel. Ce labyrinthe de ponts en bois et passerelles enchantées vous amène à travers étangs, roselières et canaux miroitants.

« Plus qu’un décor de carte postal, Giethoorn semble touché par la grâce »

La première chose à faire lorsqu’on débarque dans ce village tout droit sorti d’un conte fée, c’est probablement s’offrir une balade. Aussi romantique que bucolique, lorsqu’on est touché par le charme de Giethoorn, le temps se fige. Au détour des maisons et des fermes anciennes : le silence, parfois tout juste brisé par le chant cancané des canards, la lumière ondulant sur les courants d’eaux, les devantures piquées de verdures. Puis tout à tout, des roseaux qui se plantent délicatement dans la douceur du lagon, des oiseaux qui s’envolent au passage d’une barque et des amoureux qui se prennent la main sous un saule pleureur.

À la tombée du soir, un vent de volupté et de tendresse souffle dans les herbes hautes et réveillent les lucioles. Les lumières des maisons centenaires dansent sur les eaux sombres.

Au petit matin, le soleil perce tendrement la brume glissante et réchauffe les chaumières. Les photographes se pressent sur les berges, à pieds, à bicyclette ou en bateau, ils suivent le canal Binnenpad. Les ponts et maisons du village arborent alors leurs plus beaux visages.

Que faire à Giethoorn ?

giethoorn nuit

Crédit Photo : Shutterstock / Daan Kloeg

D’ailleurs, rien ne vaut la douceur d’une balade en bateau sur les canaux, dits Polders. Vous découvrez ainsi les paysages étincelants et le cadre pittoresque du point de vue le plus exceptionnel qu’il soit. Vous glissez sur l’eau, toujours sans le bruit d’un moteur. Il n’y a que les chants des oiseaux et les plongeons des poissons pour perturber votre sieste. Ou pour vous bercer davantage… Une fois à bord de votre gondole hollandaise, vous aurez peut-être envie de prolonger votre balade aux confins des lacs alentours.

En hiver, lorsque le froid et le neige immaculée tombent sur la Venise des Pays-Bas, les canaux deviennent des patinoires à ciel ouvert.

Au musée Olde Maat Uus, cette ancienne ferme restaurée à l’image des chaumières d’époques, renferme les secrets du village. Vous vous retrouvez dans un décor d’antan authentique, jonché d’objets historiques et abritant quelques nids de cigognes.

Si vous avez le chance d’être à Giethoorn le premier et le dernier samedi du mois d’août, vous pourrez assister au Gondelvaart Festival. Les canaux du village accueillent alors une parade de bateaux magnifiques. Les embarcations se parent de lumières et de guirlandes éclatantes. Les ponts et les jardins sont également illuminés et Giethoorn devient encore plus enchanté qu’à l’ordinaire.

Rassurez-vous, durant tout l’été, Giethoorn vibre et déborde de gaieté. Les quais vivent au rythme des concerts en plein air et des soirées festives qui s’étirent dans la nuit.

Lorsque la faim chatouille votre estomac, attablez-vous dans un petit restaurant au bord d’un canal. Vous pouvez également passer la nuit au bord de l’eau, dans un gîte convivial ou un hôtel.

 

Se rendre à Giethoorn

Giethoorn canaux

Crédit Photo : Shutterstock / Maurizio De Mattei

 

Quel meilleur moment pour découvrir la Venise hollandaise ?

Giethoorn se trouve aux Pays-Bas. Les hivers y sont froids et pluvieux. Il faut donc attendre les mois d’avril voire mai pour retrouver des températures plus douces ainsi que des rayons de soleil. C’est également au printemps, lorsque la nature renaît et que les bourgeons osent s’éveiller au grand jour, que le spectacle bucolique est le plus enivrant.

Les mois de juillet et août bénéficient d’un temps et d’un ensoleillement idéaux, mais souffrent de l’affluence touristique. Septembre est une bonne alternative, là où l’afflux baisse doucement et où les feuilles explosent en or et rouge.

 

Comment venir à Giethoorn ?

vue des canaux

Crédit Photo : Shutterstock / NiglayNik

Vous avez sûrement l’impression que pour tomber sur Giethoorn, il vous faut courir tout droit vers un mur et être aspiré(e) entre les briques, pour atterrir dans un monde merveilleux. Ou qu’il faudra ouvrir les portes d’un placard magique pour débarquer dans un univers onirique. Ce n’est pas faux ! Mais au cas où vous ne seriez pas pas inspiré(e) pas ces méthodes, on vous invite à quelques détours plus… communs.

  • Si vous vous rendez à Giethoorn en voiture, inutile de vous spécifier qu’il faudra laisser votre voiture à l’entrée du village.
  • Sinon, ce hameau de charme est aisément accessible en train et en bus. Surtout qu’il ne se trouve qu’à cent-vingt kilomètres d’Amsterdam.
  • Par ailleurs, de nombreux tours offrent des excursions d’une journée au départ de la capitale hollandaise.

Aux alentours de Giethoorn

pont giethoorn

Crédit Photo : Shutterstock / Ververidis Vasilis

 

La campagne d’Hollande

 
Aux abords de Giethoorn, le parc national Weeribben-Wieden invite les amoureux de nature à découvrir l’éblouissante faune et flore hollandaise. L’air est doux, les cerfs aux bois de velours sortent des branchages, les loutres glissent tendrement sur l’eau et les oiseaux virevoltent en suivant les courants de la brise.

  • Les barques et canoë attendent patiemment de vous amener en balade sur les marais et au travers les roselières. L’itinéraire Stille Kirsche Wijde-route serpentent au travers des plaines piquées d’ailes de moulins.
  • À pieds ou à vélo, vous pouvez ainsi observer tout l’éco-système du plus grand bas-marais d’Europe.

Un des meilleurs instants pour visiter la campagne hollandaise est sans aucun doute aux aurores ou aux couchers du soleil. Lorsque le ciel explose et teinte de feu tous les plans d’eaux.

Amsterdam

 
La capitale touristique et économique des Pays-Bas est une des capitales européennes les plus convoitées. Les passionné(e)s de CityTrip adorent y passer quelques jours et les occupations ne manquent pas.

Entre ses canaux fleuris, les chorégraphies de ses vélos, ses vieux moulins qui tournoient au loin, ses maisons penchées tout en hauteur et scotchées l’une à l’autre, ses hymnes aux grands peintres et ses stroopwafels sucrées, Amsterdam possède un charme incontestable !

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Egalement dans Photos
Laisser un commentaire