Holi 2020 : comment assister au festival des couleurs en Inde ?

avatar

Vous êtes de passage en Inde au printemps, et vous voulez en voir de toutes les couleurs ? Avec un peu de chance vous y serez pour le Holi Festival. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce célèbre rendez-vous !

Aussi connu sous le nom de « festival des couleurs », Phalgunotsava, ou encore Holika, le Holi festival se célèbre dans toute l’Inde pendant 2 jours au mois de Phalgun, lors la pleine lune.
Les dates varient en fonction de l’équinoxe qui se situe soit en février, soit en mars selon le calendrier hindou.

Le Holi festival est l’occasion pour les indiens, toutes castes confondues, d’investir les rues afin de passer un moment convivial et coloré. Fêté intensément à Orissa et Mathura, Holi peut aussi l’être dans les grandes villes comme New Delhi, Siliguri, Calcutta, Guwahati ou encore Allahabad. Extrêmement populaire en Inde, le festival a su séduire, avec le temps et son esprit festif, de nombreuses métropoles du monde. En France notamment, la Holi Run fait des milliers d’adeptes.

Vous souhaitez vous immerger dans l’ambiance unique du Holi festival et faire le plein de bons souvenirs pleins d’authenticité ? Suivez le guide !

Histoire du Holi festival

Holi Festival

La fête de Holi remonterait à environ plusieurs siècles avant Jésus-Christ. Auparavant un rite spécial effectué par les femmes mariées, pour le bonheur et le bien-être de leur famille, elle fut également la dernière occasion de s’amuser avant la période difficile des plantations.

Au fil du temps, son sens a sensiblement évolué et varie selon les régions. Dans le nord de l’Inde, elle est majoritairement dédiée à Krishna, notamment dans les régions d’Orissa et de Mathura. Dans le sud, elle l’est à Kâma.

La légende d’Holi

Holi, dérivé du mot Holika, signifie littéralement « brûler ». Selon la légende la plus répandue, ce mot tirerait son origine du nom de la soeur du roi-démon Hiranyakashipu. Ce dernier vouait une haine viscérale au dieu Vishnu qui avait tué son frère afin de protéger les dieux et déesses de ses persécutions.

Déterminé à se débarrasser de Vishnou et à asservir dieux et dévots, il fut finalement confronté au fait que son fils — Prahlad — vénérait son ennemi de toujours. Il essaya de faire tuer son propre fils à maintes reprises, mais celui-ci bénéficiait de la protection de Vishnou.

En ultime recours, il fit appel à sa soeur Holika. En possession d’un châle la protégeant des flammes, cette dernière s’assit dans un brasier avec son neveu sur les genoux. Mais une nouvelle fois, Vishnou protégea Prahlad grâce à son souffle qui transposa le voile sur le garçon et qui lui évita de brûler. Holika, elle, périt finalement dans le feu.

Origine de la fête des couleurs

Le jet de poudres pigmentées serait lié au dieu Krishna, l’une des divinités les plus vénérées de l’hindouisme.

Dans sa jeunesse, complexé par la teinte bleutée de sa peau, Krishna jalousait le teint clair de Radha. Alors qu’il se plaignait à sa mère, cette dernière lui soumit l’idée de mettre de la poudre de couleur sur le visage Radha. D’humeur joueuse, Krishna suivit ce conseil et cela ne déplut pas à Radha.

Il s’amusa aussi à ce petit jeu avec les gopîs — gardiennes de vaches — en leur lançant de la poudre et des jets d’eau. Ces vachères avec qu’il avait l’habitude de passer du temps, prirent elles aussi plaisir à ça.
C’est ainsi que la coutume du lancé de poudre lors de la Holi vit le jour.

Comment se déroule le Holi festival ?

Le Holi festival se déroule en deux jours :

JOUR 1 : Holika Dahan

C’est le nom qui désigne le premier jour du festival. Holi débute avec un feu de joie rendant hommage à la crémation du démon Holika et symbolise la victoire du bien sur le mal.

Les préparatifs de cette cérémonie débutent près de 40 jours avant, et consistent à amasser du bois ainsi que d’autres matières combustibles à un endroit précis. Le jour J, on ajoute au tas de bois l’effigie d’Holika faîte dans un matériau combustible, et celle de Prahlad dans un matériau non combustible.

L’amas de bois est ensuite brûlé pendant que le peuple récite des mantras du Rig-Véda pour éloigner les mauvais esprits. Les cendres restantes, considérées comme sacrées, sont récupérées le lendemain. Les locaux s’en étalent sur tout le corps pour se purifier.

JOUR 2 :Rangapanchami

C’est le moment le plus important du festival. Jour de paix et de partage, rancoeur et négativité sont mises de côté et on s’y souhaite les meilleurs voeux. Dans la joie et la bonne humeur, les participants vêtus de blanc se lancent de l’eau colorée et des pigments de couleurs appelés « gulal ».

Petits et grands, toutes castes confondues, dansent au rythme du dholak et chantent des chansons sur le thème de Holi. Dans certaines régions, il arrive que des garçons forment une pyramide humaine afin que l’un d’entre eux casse un pot de babeurre accroché en hauteur dans une rue.

Au milieu de cette heureuse agitation, quand une fringale se fait sentir, il est de coutume de savourer des collations typiques : gujiya, mathri, malpua et bien d’autres délicieuses spécialités. Certains locaux arrosent le tout du fameux Bhang, une boisson, à base de lait et de chanvre. Cette dernière intensifierait l’esprit de la fête. Mais attention tout de même, si on dit de son goût qu’il est agréable, le Bhang peut causer hallucinations et risques de paranoïa !

Après une journée à festoyer et à se jeter des seaux d’eau colorée et autres pigments, les soirées sont généralement réservées aux étreintes et à la distribution de sucreries jusqu’à tard dans la nuit.

Bon à savoir

– Chaque fois que quelqu’un touche une autre personne, qu’il lui enduit le visage ou autre, il doit dire « Bura na mano, Holî hai », ce qui signifie en hindi « Ne soyez pas fâché, c’est la Holi ».
– Chaque couleur n’est pas lancée au hasard :

  • Le rouge = joie et amour
  • Le bleu = vitalité
  • Le vert = l’harmonie
  • L’orange = l’optimisme

Comment aller au Holi Festival ?

Holi

Vous êtes décidé à participer au Holi Festival et souhaitez rester dans une ville bien desservie ? Optez pour New-Delhi, la capitale du pays ! Ville touristique, il est assez facile de s’y déplacer.

Depuis la France

Plusieurs compagnies comme Air India et Jet Airways proposent des vols directs de Paris CDG à l’aéroport Indira-Gandhi.
Cependant, il est possible de trouver des tarifs plus avantageux sur des vols avec escales, depuis Paris et d’autres villes de France.

N’hésitez pas à utiliser le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix selon vos dates.

Sur place

Une fois sur place, vous pourrez rejoindre le centre-ville :

  • En Metro

À New-Delhi, le métro est le moyen le plus rapide et le plus efficace pour se déplacer. Il dessert énormément de quartiers et de points stratégiques, à commencer part l’aéroport Indira-Ghandi.
C’est la ligne orange qui relit l’aéroport au centre de la ville en moins de 25 minutes de trajet.

Vous pourrez vous procurer les tickets aux machines automatiques disponibles au Terminal 3 et à l’extérieur du Terminal 1. Comptez environ 60 Rs. par ticket, soit 0,76 €.

  • En Bus

Des bus confortables et climatisés offrent un service régulier (toutes les 30 minutes) permettant aux passagers de rejoindre le centre-ville, notamment « Connaught Place » et la gare routière inter-États. Comptez moins d’1 € par ticket.

Pour rejoindre ces bus, un service de navettes au départ du Terminal 3 est mis en place 24h/24 et 7j/7. Toutes les 15 minutes, une navette vous mènera à l’arrêt de bus situé en face de l’Hôtel Centaur. Et vous accéderez ensuite au centre-ville.

Attention tout de même, souvent encombrés, le bus n’est pas le moyen le plus facile pour se déplacer si vous visitez la ville pour la première fois.

  • En Taxi

Si vous ne souhaitez pas prendre de transports en commun, le taxi est un très bon moyen de rallier le centre de New-Delhi.

L’aéroport Indira-Gandhi, entretenant des relations avec plusieurs compagnies de taxis, il vous sera facile d’en trouver à la sortie de chaque terminal.

Comment bien préparer sa venue au Holi Festival ?

Afin de faire du Holi festival un moment inoubliable et éviter qu’il ne tourne au cauchemar, voici quelques conseils pour le vivre de la meilleure des façons.

  • Choisissez bien votre lieu de célébration

Moment d’amusement et de convivialité, le Holi festival peut aussi laisser place à tous les excès, notamment d’alcool et autres substances. L’ambiance générale variant selon la région, il est important de choisir celle qui vous conviendra le mieux. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre agence de voyage ou d’un guide local.

  • Protégez-vous des pigments toxiques

Cela peut paraître paradoxal mais, plongé au coeur de cette bataille de couleurs, il faudra tenter de réduire les risques de réactions allergiques. Si certains pigments sont faits de façon naturelle, d’autres peuvent contenir des produits chimiques ou même des métaux lourds.

Voici quelques petits tips vous aideront à vous en protéger au maximum :

– Se recouvrir la tête ou badigeonner ses cheveux d’huile de coco ou d’olive
– Se couvrir de crème solaire waterproof ou d’huile
– Porter des lunettes de soleil pour se protéger les yeux
– Se protéger le visage avec un tissus
– Une fois de retour du Holi, se rincer d’abord à l’eau froide et sans savon afin d’éviter que les couleurs ne se scellent

  • Sortez en groupe

Surtout si vous êtes une fille, il est conseillé de participer à la Holi accompagné d’un groupe d’amis, si possible composé d’hommes.
Il est malheureusement récurrent d’entendre que certains locaux profitent de l’effervescence pour toucher les participantes.

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire