Generation Voyage Logo

Se connecter

Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Generation Voyage Logo

Réinitialiser votre mot de passe

Créer un compte | Se connecter

Generation Voyage Logo

Réinitialiser votre mot de passe

Créer un compte | Se connecter

Generation Voyage Logo

À la découverte de la Slovénie : terre aux mille surprises

Lac de Bohinj

Ce pays européen résiliant et surprenant tire aujourd’hui son épingle du jeu. Découvrez la Slovénie, une terre baignée de magie et rythmée par la beauté d’un territoire intact.

Au milieu de l’Autriche, de la Croatie et de l’Italie, la Slovénie est encore un secret bien gardé.

Elle se murmure doucement à l’oreille des voyageurs qui aiment les destinations loin du tourisme de masse. Pourtant, ce ne sont pas les trésors qui manquent à ce petit pays, pas plus grand qu’une région de France. C’est plutôt qu’il resta longtemps sous le règne austro-hongrois puis sous la cloche de la Yougoslavie et loin du devant de la scène européenne.

La Slovénie a donc dû lutter tout au long du XXème siècle pour accéder à l’indépendance en 1991. Aujourd’hui, la Slovénie est prête à révéler au monde entier, l’étendue de ses atouts. Dans ce récit, nous vous invitons justement à découvrir ce joyau à cheval entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest. Suivez notre balade historique, culturelle et naturelle.

Pourquoi aimons-nous tant la Slovénie ?

Slovénie 1

Crédit photo : Shutterstock

La Slovénie offre un kaléidoscope, épatant et secret, de beautés intactes et sauvages. D’ailleurs, son territoire est si préservé qu’il est aujourd’hui surnommé le « poumon vert de l’Europe ». Mais pas que, puisque sa variété de paysages lui vaut aussi le surnom de « Petite Europe ».

Ici, tous les paysages du Vieux Continent sont représentés : la mer, les pâturages, les forêts pimpantes, les lacs alpins, les plateaux karstiques, les vignobles et même les hautes montagnes. C’est donc tout d’abord pour sa nature éclatante et éparpillée que nous aimons la Slovénie.

Ensuite, nous sommes tombés sous le charme de son cosmopolitisme. Rares sont les contrées qui peuvent se vanter d’avoir réussi à mêler aussi finement les influences des pays voisins. La Slovénie est ainsi un joyeux et savant patchwork entre culture hongroise, germanique, slave et romane.

Slovénie2

Crédit photo : Shutterstock – Matej Kastelic

Ce mélange donne lieu à une quantité, presque insolente, d’ensembles architecturaux épatants et de villages égrainés comme des musées à ciel ouvert. Finalement, la Slovénie est un tourbillon dont on croirait faire rapidement le tour, mais qui demanderait bien plusieurs voyages pour en saisir tout l’éventail.

Malgré sa taille que l’on pourrait juger lilliputienne, le territoire slovène arbore une grande variété de climats. Dans les Alpes Juliennes, les températures sont plus fraîches que le long des côtes de la mer Adriatique. Nous avons choisi le mois de septembre : lorsque le soleil a encore fière allure, que la température de l’eau bénéficie encore de la chaleur de l’été mais que les quelques touristes sont déjà retournés chez eux.

Trois semaines en Slovénie, au seuil des montagnes et aux portes de la mer

Ljubljana : capitale mille-feuille

Slovénie6

Crédit photo : Shutterstock

Début septembre, nous nous sommes envolés direction Ljubljana : la capitale slovène et hétéroclite. Nous débarquons, deux heures plus tard, dans une des villes européennes les plus confidentielles qu’il soit. À peine le pied par terre, nous retrouvons notre voiture de location. Bien que la Slovénie dispose d’un réseau de transports en commun très fonctionnel, nous sommes partis en petit groupe et la location de voiture s’est rapidement avérée aussi pratique qu’économique.

Toutefois, nous avons laissé notre véhicule au parking le premier week-end de notre séjour. Pour visiter Ljubljana, nous n’avons besoin que d’une bonne paire de chaussures, un vélo pour vivre comme un local et… un canoë pour visiter la capitale depuis le fleuve : un point de vue des plus esthétiques.

Capitale Slovénie

Crédit photo : Shutterstock – Pedal to the Stock

L’ambiance unique de cette ville, scindée par la rivière et trouée par les bâtiments Art Nouveau, ne peut qu’envoûter et attiser la curiosité. La capitale slovène dévoile un visage délicieusement coloré, un incroyable mélange de styles et d’esthétiques. Sur une toile de fond austro-hongroise, surgissent des touches baroques, contemporaines, slaves et italiennes. Au détour d’une rue, on croirait même reconnaitre des grands classiques de l’architecture grecque…

Pour certains, le plus bel exemple d’architecture en ville est l’impressionnant château. Pour d’autres il s’agit de la bibliothèque universitaire. Cette dernière est un sanctuaire hors norme, un temple du savoir, signature de l’architecte qui a redessiné Ljubljana. Le mille-feuille architectural de la ville, des plus éclectiques, est le résultat d’une profonde transformation opérée entre les deux guerres mondiales.

Ljubljana

Crédit photo : Shutterstock – hbpro

Ljubljana brille et est chère dans le coeur des slovènes. Il faut dire que sa métamorphose incroyable a préfiguré celle de tout le pays. Celle qui finit par faire sortir la population, rurale et enclavée, du gouffre de la pauvreté. Nous sommes immédiatement touchés par la fierté des habitants qui nous parlent avec ferveur de la résurrection de leur capitale.

À la fin des journées à flâner dans le centre-ville piéton et à enjamber la rivière par les ponts, rien de mieux que de se calfeutrer dans un petit restaurant posé sur une place coquette. À moins que vous préfériez des lieux culturels et alternatifs tels que le Squat de Metelkova. Ces anciennes casernes militaires rénovées par des artistes urbains, devenues bars et boîtes de nuit qui drainent toute la jeunesse slovène, nous ont privés de quelques heures de sommeil. Mais cela vaut résolument le détour !

La côte slovène

Côte slovène

Crédit photo : Shutterstock – RossHelen

Après un long week-end dans la capitale, nous prenons la route, direction le Sud de la Slovénie et son bout de territoire léché par la mer Adriatique.

En chemin, nous admirons les remparts du château troglodytique de Predjama. Creusé dans une falaise de plus de cent mètres de haut, le château bâti dans une grotte est le plus grand du genre. Il ouvre les portes d’un monde souterrain vaste et mystérieux, déployé en kilomètres de galeries. Predjama se hisse tout de même dans le classement des dix châteaux les plus fascinants au monde.

Après cette pause chez ce grand gagnant du Guinness des records, nous filons vers Piran : le plus beau village de la côte slovène. En chemin, nous multiplions les arrêts débordant de charmes. L’aventure nous attend à chaque tournant.

côte slovène 2

Crédit photo : Shutterstock – Andywand

D’abord, les grottes de Skocjan et de Postojna. Ces canyons sous-marins baignent dans un silence intimidant et ouvrent une parenthèse hors du temps. Puis, nous rencontrons le château enchanteur de Sneznik et la mystérieuse mine d’Idrija. Finalement, nous débarquons à Piran.

Nous sommes immédiatement séduits par l’ambiance unique du port et les élans de vie maritimes. Les bains d’iode et les joies du tourisme balnéaire nous emportent et nous conduisent à deux autres villages côtiers. Toujours aussi esthétiques et apaisants : Izola et Koper. Les pistes cyclables ont la part belle dans le coin, nous invitant à pédaler entre mer, marais salants, vignes et figuiers odorants.

Le long de l’Italie jusqu’à Triglav

toscane slovène

Crédit photo : Shutterstock – Aron M

Après trois jours les pieds dans l’eau et le regard tourné vers le Golfe de Trieste, nous remontons plus au nord en longeant la frontière italienne. Nous retrouvons alors la terre et les plaines. Nous passons par les régions de Vipava et Goriska Brda, deux délicieux recoins aux airs de Toscane. Au milieu des collines, nous découvrons les hameaux colorés, les collines tapis de vignes et le goût du vin slovène.

Nous voilà finalement tout en haut de la Slovénie, à l’Ouest : Ljubljana dans notre diagonale. Nous atterrissons en plein cœur du poumon vert de l’Europe.

Au beau milieu de notre parcours, nous tombons sur l’adorable village de Kanal. Les influences de Toscane sont toujours là, que le regard s’accroche sur l’architecture ou qu’on goûte au rythme de vie des habitants, fidèle à la Dolce Vita. Nous passons la journée à musarder dans les ruelles coquettes de Kanal et à grignoter sur les rives de la petite plage qui borde la Soča.

la Soča

Crédit photo : Shutterstock – Daniel Beckemeier

Bien d’autres merveilles nous attendent pour la fin de ce séjour aux portes de l’Italie. Notamment la cascade féerique de Kozjak. Le sentier est agréable, nous passons des ponts suspendus audacieux qui courbent l’échine face à la rivière Soča. Et si l’on vous disait que ce cours d’eau est considéré comme l’un des plus beaux d’Europe ? Au premier coup d’œil, vous n’en douterez pas une seconde. Nous continuons la balade ombragée. Puis, au tournant d’un sous-bois, la cascade apparaît dans son décor magique.

Définitivement fous amoureux de la Soča, nous voulons la suivre encore. Nous nous élançons alors à la poursuite de son coup de crayon bleu émeraude dans la campagne verdoyante : direction les Gorges de la Soča. Ces artères spectaculaires se nichent au départ de la Vallée de Lepena. Nous ne savons plus où donner de la tête dans tous ces camaïeux de bleus et de turquoise qui donnent le tournis. Toutes ces eaux vives invitent à la baignade mais également à toutes sortes d’activités nautiques : canyoning, rafting et hydro-speed. La Slovénie, une terre de possibilités infinies…

L’Autriche en vue

parc du Triglav

Crédit photo : Shutterstock – Eva Bocek

Nous entamons la troisième partie de notre voyage. Nous voilà en train de flirter avec la frontière de l’Autriche. Il n’y a qu’un pas à faire pour se retrouver au pays de Sissi et du café viennois. Mais nous restons, bien heureux, du côté slovène dans la Réserve naturelle du Zelenci. Un recoin à l’extrême nord du parc du Triglav qui abrite un joli petit lac turquoise.

Nous grimpons jusqu’à un célèbre point de vue pour découvrir un panorama exceptionnel sur les Alpes Juliennes. Un conseil ? Faites comme nous : mettez le réveil aux aurores ou restez jusqu’au coucher du soleil afin de découvrir ce tableau enchanteur sans la silhouette d’autres voyageurs.

Le lendemain matin, nous passons les pics acérés et les promontoires rocheux du Col du Vrsic. Nous trépignons d’impatience car, derrière, le parc national de Triglav nous attend. Un endroit vertigineux et des plus photogéniques. Nous attendions ce moment là depuis le début de notre séjour.

Bled

Crédit photo : Shutterstock – Matic Stojs Lomovsek

En effet, Triglav abrite LA perle de Slovénie : le Lac de Bled. En fait, le Lac de Bled est à la Slovénie ce que la Tour Eiffel est la France : un icône qui traverse les frontières. À votre avis, avons-nous été déçus ? Pas le moins du monde. Tout ce que nous avions imaginé de plus beau et admiré en photo se déployait précisément devant nos yeux. Même le point de vue sur le plus célèbre du Lac de Bled a conservé toute son âme paisible, authentique et locale. Pour les amateurs de points de vue et les collectionneurs d’images, ne manquez pas les panoramas de Ojstrica et Mala Osojnica et leurs vues décadentes sur le Lac de Bled.

Dans la continuité de ce joyau lacustre, nous avons enchaîné avec le Lac de Bohinj. Une autre pépite sauvage, jalousement conservée par le parc national du Triglav. Nous humons l’air à pleins poumons : l’endroit est pur et baigne dans une atmosphère incroyablement sereine. C’est bel et bien cela la Slovénie : une douceur de vivre et une invitation permanente à ralentir.

Nous découvrons une scène incroyable : le doux chahut des barques en bois brillant sur une eau cobalt avec, en toile de fond, l’église blanche et son dôme tel une boule de glace grise. Nous voulons profiter de cet endroit encore et encore. Pour cela, nous nous élançons sur des sentiers de randonnées aux alentours : le fameux parcours des Sept Lacs.

Lac de Bohinj

Crédit photo : Shutterstock – Fesus Robert

Le lendemain, nous pénétrons dans le parc naturel Logarska Dolina et le village médiéval de Skofja Loka. Tous les regards se tournent vers son église : Jamnik, perchée sur une colline, toisant le vide et un décor gorgé de chlorophylle. Cette magnifique vallée glaciaire scintille à la lueur de la rivière Savinja, un autre bijou alpin. Elle déploie toute sa beauté sur à peine plus de sept kilomètres.

Un concentré de splendeurs naturelles, certes, mais aussi un concentré d’Histoire puisque Logarska Dolina offre les plus beaux exemples de maisons en bois du pays. Ces habitats traditionnels préservés semblent même avoir été créés de toute pièce pour parfaire la beauté du lieu.

village slovène

Crédit photo : Shutterstock – Travellaggio

Malgré sa petite taille, quelques jours ne suffisent pas à explorer tous les sentiers qui serpentent dans le vert tendre des prairies d’altitude, les grottes, les sources, les cascades et les sites qui rassemblent la faune et la flore. Mais nous faisons de notre mieux pour assouvir notre élan boulimique : VTT, escalade, randonnées, pêche et kayak, nous butinons tous les charmes de cette vallée bucolique.

À peine sorti du parc naturel Logarska Dolina, l’envie de randonner nous reprend. Cela tombe bien, nous ne sommes pas loin de l’incroyable alpage de Velika Planina, au cœur des Alpes Juliennes. Ce plateau se déroule tel un tapis verdoyant sans fin. Nous le découvrons au rythme de ses bourgs traditionnels ruraux, sous le regard bienveillant des vaches qui paissent.

Les maisons de bois coniques de Velika Planina constituent de véritables villages refuges pour les bergers. Sous leur chapeau de mélèzes et d’épicéas, elles abritent ces accueillants hommes des campagnes qui invitent les voyageurs à déguster leurs spécialités laitières et savourer leur boulettes de farine. En tout cas, il n’a pas fallu nous le proposer deux fois pour qu’on cède à ces petites gourmandises rustiques.

gastronomie slovène

Crédit photo : Shutterstock – berni0004

Malgré tout, à la fin des journées, nos estomacs rugissaient, réclamant les calories brûlées lors de nos activités outdoor. Alors que mangeons-nous en Slovénie pour assouvir notre appétit vorace ? Incontestablement : du Prsut (jambon fumé slovène) accompagné de Zlikrofi (raviolis typiques d’Idrija) ou de Burek (chaussons feuilletés et fourrés au fromage). Puis, nous gardons toujours un peu de place pour les pâtisseries de Slovénie : des bombes caloriques auxquelles on ne peut pas résister. Parmi nos préférées, les Orehova Potica (gâteaux secs roulés aux noix, au miel et aux graines) et les Gibanica (sucreries à base de noix, pommes, graines et fromage blanc).

Vous l’aurez compris, la Slovénie est une aventure qui ne demande qu’à être vécue. Ses atouts naturels indénombrables et son multiculturalisme ébranlent et prouvent, une fois encore, que le merveilleux se cache parfois à portée de main.

Carte des hôtels et logements - Slovénie
Laisser un commentaire