×
Mot de passe oublié ?

10 champs de bataille historiques à visiter

Comparez et trouvez vos activités voyage
10 champs de bataille historiques à visiter

Guerres et batailles : les sites de commémoration à visiter

En cette année 2014 où nous fêtons le 100ème anniversaire de la Première Guerre Mondiale, le 70ème anniversaire du débarquement de Normandie (D-Day), le 150ème anniversaire de la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, mais aussi les 25 ans de la chute du mur de Berlin, nous avons pensé qu’il serait logique de s’intéresser aux lieux de batailles où tant sont tombés pour leur pays et la bonne cause.

Ces champs de bataille historiques ne sont que quelques exemples des lieux de recueillement aux morts. Cependant, ce sont les sites les mieux préservés pour découvrir où s’est déroulée l’histoire les concernant.

Normandie, France

Cimetière Normandie Débarquement 44

Cimetière américain de Colleville-sur-Mer – Flickr – Pierre SUCHET

Le 6 Juin 1944 (cette année marque le 70ème anniversaire), quelques 150 000 soldats britanniques, américains et canadiens ont débarqué sur les plages de Normandie, lançant l’opération Neptune destinée à reprendre l’Europe occidentale à l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette invasion était audacieuse et fut meurtrière avec au moins 12 000 soldats alliés blessés dont plus de 4400 morts. Néanmoins, l’opération a permis à 1 million de soldats de débarquer en Europe continentale en moins d’un mois.

Aujourd’hui, aux alentours des plages où la bataille a fait rage, vous pouvez trouver de nombreux monuments et pancartes qui servent à rappeler les événements. Il y a plusieurs cimetières pour les soldats morts ici qui offrent un témoignage silencieux mais fort avec leurs innombrables rangées de pierres tombales. Chaque année le 6 juin, la France marque l’anniversaire de l’invasion par des hommages à la fois calmes (cérémonies) et animés (défilés, feux d’artifices). Tout au long de l’année, des touristes venus des pays alliés viennent se recueillir sur ces lieux au passé historique.

Flandre, Belgique

Tranchées bataille Ypres Flandre

Fotopedia – Anthony Dodd

Au cours de la Première Guerre mondiale, plus d’1 million de soldats ont été blessés, ont disparu ou sont morts dans la guerre des tranchées qui a fait rage à travers la Flandre orientale et occidentale en Belgique, ainsi que dans le Nord-Pas-de-Calais en France (connu comme la « Flandre française »).

Ypres a notamment été le site d’une des plus grandes et des plus brutales batailles de cette guerre opposant les forces britanniques, françaises, canadiennes et belges contre les troupes allemandes œuvrant vers l’Ouest. Au cours de ces combats dans cette région, la première utilisation de gaz (gaz moutarde) dans la guerre eut lieu, avec des effets dévastateurs. Lors d’une offensive stratégique qui consista à se servir de la marée haute, les alliés repoussèrent les Allemands pour de bon.

Un soldat canadien combattant lors de la deuxième bataille d’Ypres a écrit le poème In Flanders Field après l’enterrement d’un camarade qui est mort dans la bataille. Le poème, qui décrit les coquelicots sur le champs conduit à l’adoption de cette fleur comme le symbole du Remembrance Day (jour du Souvenir), en particulier au Royaume-Uni et au Canada. Les cimetières et les champs de bataille, dont certains ont conservé leurs tranchées, sont le dernier souvenir de tout ce qui s’est déroulé dans cette région.

Old Fort Erie, Fort Érié, Ontario, Canada

Fort Erie Ontario Canada

Flickr – Bob Kelly

Dans la guerre de 1812 (qui dura jusqu’en 1814), les États-Unis et la Grande-Bretagne se sont affrontés. La frontière entre les États-Unis et le Canada, à l’époque une colonie britannique, est devenue un front de guerre, et Fort Erie et ses environs ont été au centre de l’action. Aujourd’hui, vous pouvez voir les casernes des soldats, les poudrières et une myriade de fortifications ainsi que des démonstrations de tirs de mousquet. Chaque été, il y a aussi une reconstitution du siège du fort. Cette année, la célébration du 200 ème anniversaire aura lieu les 9 et 10 août 2014.

Gettysburg, Pennsylvanie, Etats-Unis

Gettysburg

Reconstitution – Flickr – S Pakhrin

Souvent considérée comme le tournant de la Guerre de Sécession, la bataille de trois jours de Gettysburg (du 1er au 3 juillet 1863) a été la plus sanglante de la guerre civile américaine avec plus de 51 000 blessés, tués, capturés ou portés disparus. La ville de Gettysburg a littéralement embrassé sa place dans l’histoire en conservant tel un parc national le lieu de cette lutte effroyable. Visites guidées, cours d’histoire vivants et près de 1400 statues, sculptures et repères racontent l’histoire de la bataille et de l’époque. Cependant, le moyen le plus « vrai » de revivre cette bataille est la reconstitution annuelle, prévue cette année du 4 au 6 juillet.

Péninsule de Gallipoli, Turquie

Péninsule de Gallipoli Turquie

Flickr – Esther Lee

La bataille des Dardanelles opposa l’Empire ottoman aux troupes britanniques et françaises dans la péninsule de Gallipoli, en Turquie. Cette bataille se déroula sur plusieurs mois du 25 avril 1915 au 9 janvier 1916 et fut très sanglante avec près de 100 000 morts. L’armée britannique comprenait dans ses rangs des australiens et des néo-zélandais et chaque 25 avril, on commémore l’ANZAC Day.

L’année prochaine marquera le 100ème anniversaire de l’invasion, et un événement d’envergure sera prévu à cette occasion, surtout pour les australiens et neo-zélandais. La victoire par les Ottomans est également citée comme une force motrice pour la guerre d’indépendance turque qui a suivie, tandis que la souffrance des volontaires irlandais de l’armée britannique a aidé pour l’autonomie de l’Irlande par la suite.

Guam, Océan Pacifique, Etats-Unis

Cette île des Mariannes était un territoire américain depuis 1899 qui a été attaqué par les Japonais, quelques heures après le bombardement de Pearl Harbor qui a entrainé l’Amérique dans la Seconde Guerre mondiale. La faible présence de l’US Navy fut surprise en quelques jours, marquant une courte première bataille de Guam.

Guam resta sous domination japonaise pendant deux ans et demi jusqu’en juillet 44. A ce moment, le Japon perdait du terrain dans le Pacifique et les Etats-Unis jetèrent leur dévolu sur Guam pour regagner ce point stratégique dans l’appui aérien et naval dans le cadre d’opérations futures. Dans cette deuxième bataille de Guam, les troupes américaines débarquèrent sur les plages des deux côtés d’un aérodrome. Les Japonais se sont battus jusqu’à la mort dans la jungle de l’île jusqu’à ce que les États-Unis déclarent l’île sécurisée.

chiens memorial Guam

Flickr – Beverly & Pack

Guam demeure un territoire américain comme le sont toutes les îles Mariannes. Les États-Unis ont créé le War in the Pacific National Historical Park, qui se compose de sept sites autour de l’île où les combats faisaient rage. Forteresses, tranchées, armes et d’autres sont encore présents pour replonger dans les combats qui ont eu lieu sur l’île et dans l’ensemble du Pacifique Sud. Il y a aussi de nombreux monuments comme par exemple celui destinés aux chiens qui ont « combattu » ici.

Bataille d’Hastings, Battle, Angleterre

Bataille Hasting Battle

Flickr – Snake3yes

En 1066, une crise de succession apparue en Angleterre après la mort du roi Édouard le Confesseur. Bien que le roi Harold II monta sur le trône, l’invasion par l’armée du duc Guillaume II de Normandie (Guillaume le Conquérant) a rapidement suivie. La bataille la plus importante dans la conquête de l’Angleterre par Guillaume a éclaté le 14 octobre 1066. C’est à Battle que le roi Harold et ses troupes se sont alignées en haut de la colline de Senlac pour affronter l’armée normande.

La bataille d’une journée se termina lorsque le roi Harold fut tué. Guillaume le Conquérant marcha vers Londres, devenant le roi Guillaume Ier d’Angleterre, mettant fin au règne anglo-saxon. Sur place, l’abbaye de Battle a été construite sur ​​le site même de la bataille avec le maître-autel à l’endroit exact où le roi Harold est mort. Le patrimoine anglais gère maintenant le lieu du champ de bataille comme un site historique protégé. Un centre pour les visiteurs propose un film et des expositions qui relatent cette conquête avec un guide audio. Une reconstitution a lieu chaque année le 14 octobre.

Bataille de Big Hole, Montana, États-Unis

Big Hole Battlefield

Flickr – AllAroundTheWest

Le 9 août 1877, une bataille a lieu lors de la guerre des Nez-Percés. Celle-ci oppose un camp d’indiens de 800 habitants (comprenant seulement 200 guerriers) à 200 soldats américains sous les ordres du colonel John Gibbon. L’attaque américaine provoque de nombreuses victimes parmi les femmes et les enfants mais la résistance très efficace des guerriers indiens permet à la majorité d’entre eux de s’en sortir et repousser les Tuniques Bleues.

Le Big Hole National Battlefield est géré par le National Park Service et dispose d’expositions. Des visites guidées (ou non guidées) sont proposés pour découvrir les lieux de la bataille. Il y a des monuments aux morts pour les deux côtés belligérants et le camp des Nez-Percés. Une commémoration annuelle, mise en scène par les Nez-Percés, a lieu tous les mois d’août.

Bataille de Culloden, Ecosse

Bataille de Culloden Ecosse

Flickr – Danie van der Merwe

La bataille de Culloden fut la dernière tentative pour réinstaller les Stuarts sur le trône d’Ecosse en 1746. Charles Edward Stuart et ses Highlanders furent vaincus par le duc de Cumberland et ses troupes anglaises. Sur le champ de bataille, de nombreux monuments et pierres tombales commémorent les hommes tombés au combat. C’est un lieu de pélerinage pour les écossais, entre autres. Un musée commémore cette bataille.

Bataille de Caporetto, Dolomites, Italie

Bataille caporetto dolomites italie

Flickr – khyes

Cette chaîne de montagnes escarpées que sont les Dolomites, servi de ligne de front pour l’Italie et l’Autriche-Hongrie au cours de la Première Guerre mondiale. Durant quatre ans, un certain nombre de batailles eurent lieu sur ce terrain très difficile, coûtant aux italiens la perte d’environ 30 000 hommes (tués et blessés) et 20 000 pour les Austro-Hongrois.

La plupart des combats ressemblait à une guerre de tranchées avec des manoeuvres dans les hauteurs de la montagne. Aujourd’hui, beaucoup de tunnels, grottes et fortifications conçus au cours de la bataille demeurent encore dans les Dolomites. Des excursions en randonnée, ski et escalade sont proposés pour explorer l’ancienne ligne de front au sein de ce paysage montagneux. Un musée en plein air à Lagazuoi 5 Torri offre des galeries et des tranchées où sont reconstituées des scènes de la vie quotidienne, avec les objets et les armes utilisées pour défendre et pour attaquer. On peut y accéder par télésiège ou via des sentiers pédestres.

Connaissez-vous d’autres lieux de batailles qui méritent une visite ?

Sources : Wikipedia, Cheapflights

A voir aussi dans la rubrique À partager
A voir aussi dans la rubrique Guerre
Répondre

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi