×
Mot de passe oublié ?

10 plats les plus dangereux au monde

Comparez et trouvez vos activités voyage
10 plats les plus dangereux au monde

Ces 10 aliments peuvent être mortels

Ils sont de délicieux mets ou des spécialités exotiques que l’on pourrait retrouver tous les jours dans notre assiette, mais attention, ces aliments (souvent bizarres) doivent être préparés avec minutie. Ils pourraient vous rendre gravement malade, ou même vous tuer…

Le manioc

manioc
Plante-racine tropicale, le manioc est cultivé dans les pays insulaires du Pacifique, en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique. Cet aliment contient du glycoside cyanogène, potentiellement mortel, s’il n’est pas cuisiné dans les règles de l’art. Pour rendre le manioc propre à la consommation, il faut d’abord le peler et le trancher, puis le faire cuire soigneusement, soit par la cuisson au four, en le faisant bouillir à l’eau ou en le faisant griller. Ce procédé élimine le poison.

Le Fugu

fugu

Crédit photo: Flickr – Derek A.

Le fugu est un poisson célèbre pour sa capacité à tuer, s’il n’est pas préparé correctement. C’est un mets au Japon, pays qui abrite plus de 3800 restaurants à fugu, et où les chefs doivent passer par une formation rigoureuse pendant des années pour obtenir la certification leur permettant de préparer le poisson pour la consommation humaine. Habituellement consommé cru, le poisson contient un poison appelé tetrododoxine. Lorsqu’il est consommé, le tetrododoxine s’attaque au système nerveux des victimes qui restent d’abord pleinement conscientes tandis que leur système nerveux s’arrête progressivement de fonctionner, produisant d’abord des étourdissements, puis paralysant les muscles. Cela peut conduire à l’asphyxie, et éventuellement la mort.

Casu Marzu

casu marzu

Crédit photo: Flickr – Shardan

Il s’agit essentiellement d’un fromage pourri et infesté de larves. Ce fromage est un mets traditionnel chez les Sardes, en Italie. Le fromage est posé dehors à l’air libre (et à découvert) pour permettre aux mouches de pondre leurs œufs à l’intérieur. Les milliers de larves qui éclosent ensuite se nourrissent du fromage et provoquent sa fermentation. Lorsqu’elles sont consommées, les larves peuvent s’installer dans l’intestin et provoquer une maladie grave. Ce fromage a été interdit dans toute l’Europe, mais il y a un « marché noir » rien que pour ce « mets », les bergers de montagne locaux continuant à le produire en petites quantités. Il est recommandé de porter des lunettes de protection lorsque vous mangez le fromage. Pourquoi? Les larves peuvent sauter à 15 centimètres de hauteur, droit dans vos yeux. Le fromage serait un aphrodisiaque…

Hákarl

hakarl

Crédit photo: Flickr – smee

Plat traditionnel islandais, le Hákarl est un requin du Groenland qui n’a pas de voies urinaires et, par conséquent, doit sécréter son urine par sa peau (en suant en quelque sorte). La chair de l’animal contient ainsi une forte concentration d’acide urique, et c’est un vrai poison pour l’homme. Les chefs cuisiniers doivent faire fermenter le requin et le suspendre pour le sécher pendant six mois afin de filtrer les déchets et les substances potentiellement toxiques qui s’accumulent dans la viande de l’animal. Ainsi, lorsque vous mangez ce plat Islandais, vous mangez de la viande de requin pourrie.

L’akée (Blighia sapida)

akee

Crédit photo: Flickr – Kaiton Source

Fruit national de la Jamaïque, l’akée était en fait originaire d’Afrique de l’Ouest. Si le fruit est consommé avant qu’il soit bien mûr, il peut causer ce qui est connu comme la maladie des vomissements jamaïcains, qui peut entraîner le coma ou la mort (en particulier chez les jeunes enfants). Cela est dû au poison appelé hypoglycine.

La noix de cajou

noix cajou

Crédit photo: Flickr – Genchi Mathi

Celui-ci peut vous surprendre. Ces « noix de cajou » que vous achetez au supermarché ne sont pas si bonnes pour la santé. Du moins pas si elles ont été bien cuites. Les noix sont passées à la vapeur et ne sont pas entièrement brutes. Les noix de cajou brutes contiennent de l’urushiol, un produit chimique qui, s’il est consommé avec un niveau élevé, peut être mortel.

La grenouille-taureau

grenouille-taureau

Crédit photo: Flickr – Tom M

Cette grenouille est un mets dans les régions d’Afrique telles que la Namibie, mais elle contient des substances qui peuvent être mortelles pour les humains. L’âge de la grenouille est la clé; une jeune grenouille qui ne s’est pas encore reproduite porte une toxine qui peut provoquer une insuffisance rénale chez les humains.

Le Sureau

sureau

Crédit photo: Flickr – Andy Rogers

Les feuilles, les rameaux et les graines de la plante de sureau peuvent causer des maladies graves lorsqu’ils sont ingérés, car ils contiennent une substance chimique liée au cyanure. Aussi, manger des baies de sureau qui ne sont pas mûrs ou cuits correctement peut même causer une diarrhée grave et des convulsions.

Le Sannakji

sannakji

Crédit photo: Flickr – Marshall Astor

Ce plat est très populaire en Corée du Sud, mais il peut paraître peu ragoûtant pour vous : les tentacules de ce petit poulpe remuent encore dans l’assiette. Ce mets est peut-être le plus dangereux car vous avez un rôle à jouer. En avalant le poulpe encore vivant, les ventouses s’accrochent aux lèvres, au palais mais surtout à la gorge. Les céphalopodes les plus coriaces ne se laissent pas manger sans résistance et il est possible qu’ils restent accrochés à l’intérieur de la gorge. Il y aurait en moyenne six décès par étouffement tous les ans à cause de cela.

Les Palourdes de sang

palourdes de sang, plat dangereux

Crédit photo: Flickr – T. Tseng

Le nom de ce plat peut vous mettre en garde. Récoltées dans les régions du Pacifique, de l’Atlantique et du golfe du Mexique, ces palourdes peuvent ingérer des virus et des bactéries, y compris l’hépatite A, la typhoïde et la dysenterie. Les palourdes de sang provenant des eaux de la Chine sont connues pour provoquer des épidémies d’hépatite.

Via Conde Nast Traveler

A voir aussi dans la rubrique Culture culinaire
Répondre
  1. Correction pour le surreau.
    Il existe de types de surreau. L’un est toxique, l’autre delicieux.
    Il suffit de tenir la tige de la grappe pour mettre les fruits vers le haut. Si les fruits tombent sur le côté (la tige sous le fuit est souple) alors on peut les manger. Sinon non ils sont toxiques. Et dans le doute on s’abstient

  2. Ouf ! Mis à part les noix, je n’ai pas l’intention de gouter à ces plats.

  3. La plupart de ces «aliments» ont un aspect répugnant. Je connais des manières moins cruelles de se suicider !

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi