Les 5 alternatives au zoo

animal foret

Vous aimez les animaux ? Laissez de côté les zoos et aquariums, considérez plutôt ces 5 options éthiques.

Les zoos et les aquariums ont peut-être bercé votre imaginaire et vous ont laissé de tendres souvenirs d’enfance. Mais à présent, loin des premiers moments de vie innocents, vous comprenez que ces lieux touristiques n’ont rien d’éthique et bienfaisant pour les animaux. Arrachés à leur environnement naturel (parfois violemment), coupés de leurs instincts naturels, éloignés de leurs pairs : la vie des animaux en captivité est loin d’être épanouissante.

Pour autant, pas la peine de faire une croix sur votre amour des bêtes et votre envie de les approcher. Heureusement, il existe plusieurs alternatives responsables aux zoos et aquariums. Nous en avons recensé une partie dans cet article. Pour les grands comme les petits, ces organisations permettent d’observer et de s’impliquer auprès de la faune, dans le respect du vivant.

Toutefois, il est important de préciser qu’aucune solution n’est parfaite. Chacun des organismes sélectionnés, en France ou à l’étranger, devra faire l’objet de recherches scrupuleuses de votre part afin de vérifier leur bonne foi.

Pourquoi boycotter les zoos et les aquariums ?

Les animaux terrestres et marins, introduits dans les zoos, cirques et aquariums, sont souvent arrachés avec brutalité à leur environnement naturel. Cette extraction traumatisante et dangereuse prend différentes formes. Par exemple certains poissons rares exposés aux êtres humains sont capturés grâce à un produit toxique qui les endort et laisse des séquelles.

zoo

Crédit photo : Shutterstock / Andywak

En plus d’être déroutées de leur habitat naturel, certaines espèces (félins, dauphins, éléphants, etc.) sont parfois entraînées avec des méthodes violentes afin d’exécuter des tours distrayants pour les visiteurs. Question place, les animaux en captivité se retrouvent avec beaucoup moins d’espace pour se déplacer. Ils ne peuvent plus s’adonner aux activités les plus élémentaires et les plus instinctives.

De plus, ce sont clairement les bébés animaux ou les espèces les plus « mignonnes » qui attirent le public. Ainsi, les structures qui détiennent les animaux n’hésitent pas à échanger, vendre ou même tuer les pensionnaires vieillissants. Pour finir, connaissez-vous la zoochose ? Une maladie mentale développée par certains animaux en captivité. Elle provoque un sentiment de frustration et d’ennui et l’apparition de symptômes dépressifs.

Les animaux victimes peuvent alors adopter des conduites agressives, régressives voir autodestructrices. Ce sont toutes ces raisons qui nous poussent aujourd’hui à vous présenter les refuges, sanctuaires ou encore réserves naturelles qui concilient votre plaisir à celui des écosystèmes.

Cependant, même lorsque vous choisissez des sanctuaires locaux ou des refuges animaliers plus ou moins proches géographiquement, effectuez de nombreuses recherches. Assurez-vous que la structure sauve légitimement des espèces animales, ne les élève pas ou ne propose pas d’activités à des fins lucratives. Vérifiez :

  • Les accréditations
  • Les heures de visite (une capacité d’accueil réduite est bon signe)
  • Les réseaux sociaux de l’organisation
  • L’état des espaces de vie et des installations
  • Les activités proposées (caresser un félin ou grimper sur le dos d’un éléphant n’est pas naturel)
  • Le degré de stimulation offerte aux pensionnaires
  • Les compétences et l’expérience des bénévoles recrutés
  • Le système d’acquisition des animaux

Les réserves naturelles et parcs nationaux/régionaux

Une paire de jumelles à la main, accompagné d’un guide local, pénétrez une réserve naturelle à la recherche d’animaux rares et endémiques. Une réserve naturelle, nationale ou régionale, a pour mission de protéger l’ensemble du vivant et des écosystèmes exceptionnels ou menacés.

Faune et flore, sol, eau, minéraux et fossiles, sur terre, en mer ou même enfouis sous nos pieds : l’équilibre de chacun compte. Prendre soin des univers fragiles et précieux requiert une connaissance solide et des engagements forts. Les réserves naturelles proposent ainsi des travaux de restauration et d’entretien permanents, des programmes de sensibilisation à l’environnement et la surveillance des espaces naturels par une police dédiée.

réserve naturelle

Crédit photo : Jesus Noguera photography

Parmi les parcs nationaux et régionaux les plus irréprochables au monde, nombreux se trouvent en Afrique, dont les incontournables parcs nationaux du Serengeti en Tanzanie et Kruger en Afrique du Sud. Dans le top, on compte aussi les parcs du Wyoming aux USA (comme ceux de Grand Teton et de Yellowstone), le parc national de Chitwan au Népal ou encore celui de Jim Corbett en Inde.

Rassurez-vous, la France n’est pas en reste avec sa dizaine de réserves naturelles dont celles de la Vanoise, des Pyrénées, des Ecrins, des Calanques et d’Outre-mers. Le parc national du Mercantour, centré sur la protection du loup, et le parc national des Cévennes, réserve de biosphère par l’UNESCO, sont parmi les meilleurs élèves du monde.

Les sanctuaires pour animaux

Les sanctuaires pour animaux sont probablement les plus gros contre-pieds aux zoos. Ces fervents défenseurs de la cause animale et de la connexion profonde avec la nature invitent les visiteurs à interagir et comprendre les espèces dans un cadre paisible et naturel.

En France, nous vous conseillons le sanctuaire d’Aiseirigh, le refuge de l’Arche, l’association AVA ou encore le sanctuaire Co&xister, particulièrement reconnus. Pour assouvir votre soif de voyages lointains, pourquoi ne pas faire cap vers l’Afrique ou les États-Unis ?

sanctuaire

Crédit photo : Shutterstock – Sourabh Bharti

Par exemple, le SanWild Wildlife Sanctuary est un centre de réhabilitation de la faune et une réserve naturelle déployée sur 6000 hectares en Afrique du Sud. Si la réserve abrite et protège tout d’abord la faune locale, elle est aujourd’hui le refuge de nombreux animaux sauvages sauvés des braconniers : girafes, éléphants, impalas, zèbres, gnous bleus, rhinocéros, hippopotames et plus encore. Le sanctuaire est entièrement pensé pour accueillir les végétaliens.

Il y a aussi le Wild Animal Sanctuary à Keenesburg, dans le Colorado, aux États-Unis. Cet immense sanctuaire ouvre ses portes aux animaux rescapés et réintroduits dans d’immenses zones naturelles afin de guérir. Les visiteurs admirent des lions, des tigres, des ours, des loups, des cheveux, des lynx, etc. depuis une passerelle surélevée qui traverse le domaine. Bon nombre des animaux proviennent justement de zoos, cirques et parcs d’attractions qui maltraitent les espèces captives.

Les fermes

fermes

Crédit photo : Shutterstock – Alliance Images

Les fermes sont partie intégrante de l’imaginaire collectif. Combien d’étables campagnardes sont au cœur de récits d’enfances ou de films qu’il fait bon regarder sous la couette… Mais au lieu de les lire ou les voir sur un écran, pourquoi ne pas venir vivre à la ferme pour de vrai ?

Aujourd’hui, les fermes sont nombreuses à ouvrir leurs portes et créer une belle alternative aux cirques et zoos. La plupart d’entre elles proposent des activités ludiques et mémorables : nourrissage au biberon des petits moutons, traite des vaches, fabrication de fromages de chèvre, etc. En France, il existe de nombreuses plateformes spécialisées dans les vacances à la ferme, en gîte ou camping, au cœur de l’exploitation.

  • Oh la vache
  • Bienvenue à la ferme
  • Gîtes de France
  • Accueil Paysan

En plus de mettre la main à la pâte et entrer dans la peau d’un fermier, ce séjour bucolique vous permet d’offrir un petit complément de revenu aux producteurs et éleveurs engagés.

Et si vous voulez tester la ferme par-delà les frontières, pourquoi pas aux USA ? Rendez-vous au nord de New-York où se trouve le mythique Sanctuaire des animaux de ferme de Woodstock. Il accueille les animaux rescapés de mauvais traitements dans les fermes, les abattoirs ou les marchés animaliers.

Vaches, cochons, chèvres ou encore poulets sont soignés dans un hôpital spécialement conçu. Ce sanctuaire propose des visites pédagogiques aux écoliers et nous démontre que les animaux des fermes sont tout aussi affectueux et mignons que les chiens et chats qui envahissent nos réseaux sociaux.

Les centres de soins et refuges

Les centres de soins et refuges sont des endroits alternatifs et éthiques où le visiteur est réellement utile. Les animaux recueillis sont généralement chétifs et en grand manque d’amour. Pour vous impliquer au quotidien, il suffit de trouver un refuge proche de chez vous et, pourquoi pas, prendre en charge quelques heures de promenade ou de jeu avec d’innombrables chats, chiens et autres espèces surprenantes. En voyage, vous aurez aussi l’occasion de trouver d’incroyables structures de soin sur votre route. En voici quelques-uns.

En France :

  • La Maison des Loups, à Orlu, qui œuvre pour la conservation des loups et offre aux visiteurs la possibilité de les approcher via des tours d’observation parfaitement insérées dans leur habitat naturel.
  • La Forêt des Singes de Rocamadour qui permet la conservation et la liberté des macaques de Barbarie.
  • Le ParcOurs de Borce qui accueille les animaux des montagnes, tels que les ours, blessés, maltraités ou menacés par les problèmes environnementaux.

L’Asie est très connue pour ses éléphants. Néanmoins peu de rencontres avec les pachydermes sont éthiques. Ces animaux sont parmi les plus exploités et maltraités au monde. Heureusement, quelques centres permettent aux visiteurs de rencontrer ces animaux majestueux dans le respect total de leur bien-être.

foret des singes

Crédit photo : Shutterstock – Emre Ucarer

Parmi ces endroits on trouve le Parc naturel des éléphants, en Thaïlande. Il s’agit d’un centre de sauvetage situé dans la province de Chiang Mai. Son fondateur, « l’homme qui murmure à l’oreille des éléphants » lutte depuis 1996 contre le mauvais traitement et l’exploitation des bêtes. Sur place, vous pourrez approcher les animaux totalement libres dans leur milieu naturel. Vous pourrez également les nourrir et participer au bain de boue quotidien.

Le Lone Pine Koala Sanctuary, en Australie, est le plus grand et ancien centre de soins de koalas au monde. Le refuge recueille également des kangourous, des reptiles et des oiseaux blessés. Au Lone Pine Koala Sanctuary, les visiteurs peuvent approcher les serpents, nourrir des kangourous et câliner des koalas. Ils peuvent aussi s’improviser « gardien d’un jour » et entrer dans la peau d’un soigneur de koalas.

Les tortues géantes de l’Aldabra sont des reptiles endémiques des Seychelles. Elles sont protégées, notamment, par le domaine L’Union à La Digue, qui abrite au moins vingt tortues géantes adultes. Le lieu dispose également d’une petite pépinière où les bébés tortues grandissent et évoluent en toute sécurité. Les visiteurs peuvent passer du temps avec les tortues ou les nourrir avec de grandes feuilles vertes.

Les milieux naturels

animal foret

Crédit photo : Shutterstock – Milan Zygmunt

La plus authentique et respectueuse façon d’observer les animaux reste dans leur milieu naturel, dans le respect total de leur environnement et de leur habitudes de vie. Pour cela, il suffit de peu : une balade en forêt ou en pleine mer à bord d’une embarcation douce ou lors d’une session snorkeling. Ajoutez à cela un peu de calme et de patience et la magie opérera.

Peu de sentiments sont aussi merveilleux que ceux éprouvés lorsque, au détour d’un virage, vous rencontrez par hasard des rennes sauvages ou, derrière une barrière de corail, la silhouette d’une tortue de mer. Dans le monde entier, vous trouverez des centaines d’excursions et visites responsables aux côtés de naturalistes experts et engagés.

Selon l’endroit ou vos envies, vous pourrez observer des oiseaux rares au Costa-Rica, rechercher les Big Five en Afrique, rencontrer les lamas dans les pays Andins, admirer les baleines, cachalots et phoques dans le St-Laurent au Canada, nager avec les raies Menta aux Fidji ou encore contempler les grands singes à Bora Bora. Le tout, tels des spectateurs chanceux, humbles et invisibles.

De manière générale, ces excursions d’observation (en mer comme sur terre) doivent garantir que les touristes ne s’approchent pas trop et ne touchent pas les animaux. Par ailleurs, ces derniers ne doivent fournir aucune nourriture.
Enfin, préférez les organisations avec une limite de nombre de départs.

2122
Laisser un commentaire ou