Déclarer ses revenus locatifs sur Airbnb : comment faire ?

avatar

Maintenant qu’on sait comment louer ou sous-louer son logement, il est important de savoir comment déclarer ses revenus Airbnb afin d’éviter des déboires avec le fisc.

Tout comme les revenus générés par la livraison de repas à domicile, du covoiturage via Blablacar ou Uber ou toute autre activité liée à l’économie collaborative, les revenus issus de la location ou de la sous-location sur Airbnb sont assujettis à une imposition. Cependant, comment vos revenus doivent-t-ils être déclarés ? Quels pourcentages seront captés par le fisc ? Pourquoi déclarer ses revenus ? Nous vous proposons un guide complet sur la fiscalité liée aux activités locatives sur Airbnb.

Pourquoi déclarer ses revenus Airbnb ?

Répondre à cette question reviendrait à répondre à la question cruciale que se posent tous ceux qui à la fin du mois ou de l’année règlent leurs impôts. Tout comme l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur l’importation (douane), l’impôt perçu sur des activités Airbnb sert à financer le fonctionnement de l’Etat. Assurer la bonne conduite de la politique de l’administration, et améliorer le vécu des populations.

Et il faut se dire les choses telles qu’elles sont. On paie surtout les impôts pour être en règle. Éviter de se retrouver dans de beaux draps avec le fisc qui a presque tous les pouvoirs.

Revenus Airbnb : quand doivent-ils être déclarés ?

La législation considère deux types de revenus liés à l’économie collaborative. Par exemple les revenus issus d’une activité collaborative et voués à une co-consommation (sorties culturelles mutualisées par exemple) n’ont pas besoin d’être déclarés. Ceux-ci visent en effet à partager des frais entre particuliers et non à générer un bénéfice.

Par contre la location de meublé qui est simplement la mise à disposition d’un logement à un particulier via une compensation pécuniaire, est sujette au paiement de taxes. Du coup dès lors que vous louez ou sous-louez votre logement sur Airbnb, il faudra rendre des comptes au fisc. Cependant, que déclarer et comment le faire ?

Revenus Airbnb : que déclarer et comment ?

Les revenus issus d’activités sur Airbnb sont assujettis au régime fiscal de la location meublée. Ils sont donc déclarés en tant que bénéfice industriel et commercial (BIC). De base, tout revenu supérieur à 760 euros/an et issu de la location ou sous-location de sa résidence principale est sujet à une imposition. En ce qui concerne la résidence secondaire ce montant est de 305 euros/an.

La déclaration de ces revenus est d’autant plus facile. Il suffit d’indiquer dans la case 5ND (ou 50D pour le conjoint) du formulaire 2042C ou de déclaration d’impôt des revenus complémentaires le total des loyers perçus sur Airbnb. Le fisc fera lui-même l’abattement nécessaire.

Pour disposer de cette option sur votre formulaire 2042C, il est au préalable nécessaire de cocher la case « revenu des locations meublées non professionnels » à l’étape 3 lors de la demande de formulaire sur impots.gouv.fr

Quels revenus peuvent ne pas être déclarés ?

De manière générale, tout revenu issu d’une activité collaborative doit être déclaré. Dans le cas des locations et sous-location Airbnb, les revenus générés par une résidence principale sont autant imposables que ceux issus d’une résidence secondaire.

Toutefois, seuls les très faibles montants sont non assujettis à une imposition par le fisc. Il s’agit de revenus locatifs ou sous-locatifs annuels ne dépassant pas les 760 euros pour une résidence principale, et 305 euros pour une secondaire.

Nos conseils pour éviter des problèmes

Qu’il s’agisse d’une location passagère ou d’une activité à plein temps, nous recommandons dès l’instant où vous commencez à louer ou sous-louer votre logement, d’avoir ces deux réflexes :

  • #1. Comptabiliser au fur et à mesure le nombre de jour où le logement est occupé par un particulier issu d’Airbnb,
  • #2. Conserver des preuves des communications avec votre hôte, ainsi que des traces des tarifs pratiqués sur votre logement.

Des changements en 2019

Dès le 1er janvier 2019 les plateformes collaboratives telles que Airbnb ou Uber pour ne citer que ces deux-là, auront l’obligation de faire remonter à l’Administration fiscale les informations sur les montants perçus par leurs utilisateurs.

Rajoutez votre logement sur Airbnb et/ou Booking !

Un témoignage, un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Commentaires/Questions

Laisser un commentaire