6 conseils pour un bivouac zéro déchet

Bivouac tente

Le bivouac est un art de vivre qui ne peut se faire que dans le respect total de la nature. Voici 6 conseils pour un bivouac zéro déchet.

Le bivouac est un formidable moyen de se reconnecter à la nature, découvrir des espaces vierges et sortir de sa zone de confort. Il est l’apanage des amoureux du grand air et du vivant.

Pour autant, même en bivouac et loin du tourisme de masse, on peut laisser son empreinte écologique. Or, si nous avons besoin de calme et de sérénité lors de ces expéditions uniques, la nature a elle aussi besoin de tranquillité.

C’est pourquoi tout bivouaqueur doit maîtriser son impact sur l’environnement et adopter des gestes écolos. Chez Generation Voyage, nous avons rassemblé 6 des meilleurs conseils pour consommer mieux et vivre durable en bivouac.

1. Bien choisir son spot de camping en nature

Spot bivouac - bivouac zéro déchet

Crédit photo : Shutterstock – Sander van der Werf

Pour faire un bivouac zéro déchet, il convient d’abord de bien choisir son spot pour camper. Déjà, on n’enfreint pas les règles : le camping sauvage est interdit dans les parcs nationaux et au sein des propriétés privées. Sinon, il est généralement réglementé en termes d’horaires.

D’ailleurs bivouac et camping sauvage diffèrent dans le sens où le terme où « camping » sous-entend plusieurs nuits alors que le bivouac est plus éphémère. Ici nous les utiliserons tous deux pour parler d’une nuit ou deux seulement.

De plus, installer son campement sur une zone fragile risque de laisser des traces durables sur l’environnement. Votre bivouac doit être installé sur une surface dure (aiguilles de pin, plage de sable et des rochers pour poser vos affaires). Évitez d’aller au-delà des zones de camping déjà marquées et replacez les éléments naturels que vous auriez déplacés pour faciliter votre installation.

Les feux de camp font partie intégrante d’une session bivouac. Pour autant, la loi sur cette pratique est stricte : à faire uniquement sur des zones légales. Privilégiez une zone de feu existante. Contentez-vous des bois morts et fragiles pour allumer votre feu. Enfin, ne brûlez pas les déchets tels que l’aluminium, le plastique, le verre, les boîtes de conserve ou même les aliments. Tout au plus, faites griller des chamallows.

2. Utiliser l’énergie inépuisable du soleil

Soleil

Crédit photo : Shutterstock – ltummy

Les batteries solaires qui serviront à alimenter vos smartphones, appareil photo ou tout autre matériel technologique sont de parfaites alternatives écoresponsables. Plus durables et sûres qu’une batterie portative classique qui dépend à son tour d’une alimentation électrique pour fonctionner. Quant aux lampes de poche ou frontales, les versions solaires sont aussi parfaites : propres, durables et garanties zéro émission carbone.

3. Cuisiner de façon écoresponsable

Cuisiner de façon écoresponsable - bivouac zéro déchet

Crédit photo : Shutterstock – wwwarjag

La traditionnelle popote de camping est indissociable d’une sortie bivouac. Pour autant, oubliez les gobelets en plastique et la vaisselle jetable en carton : préférez les ustensiles en inox, bambou ou tout matériau estampillé écolo et durable. Et pour nettoyer vos couverts, un peu d’eau bouillie suffira. Pour transporter votre nourriture, préférez les sacs en tissu réutilisables.

Penchons-nous également sur la question du réchaud. Dans 99% des cas, ce dernier sert à faire bouillir de l’eau. Dans ce contexte, on oublie le réchaud à essence réservé au grand froid pour votre bivouac zéro déchet. Une petite cartouche de gaz et un réchaud compact devraient vous suffire.

4. Dormir dans une tente durable

Tente bivouac

Crédit photo : Shutterstock – simoly

Impossible d’envisager un bivouac, même zéro déchet, sans penser à une tente. Pour autant, cet équipement de camping incontournable n’est pas si vert que cela dans sa version classique.

La majorité des tentes subissent un processus d’imperméabilisation. Ce procédé qui protège votre équipement contre l’eau et l’humidité est néfaste pour la planète. Les particules de ces produits sont gorgées de PFC ou perfluorocarbures, toxiques pour l’environnement et hautement volatiles. Une fois déposées aux quatre coins du monde, leur durée de vie est de cinquante mille ans et elles se retrouvent parfois dans nos produits alimentaires ou les sources d’eau naturelles.

Pour ce qui est de la composition de la tente, il en est de même. La majorité est élaborée à base de PFC. Certes, bien pratique car il vous garde au chaud toute la nuit. Mais des alternatives existent. Privilégiez par exemple des tentes fabriquées avec des matériaux recyclés tel que le polyester.

Bivouac tente

Crédit photo : Shutterstock – Oliclimb

L’aluminium, utilisé pour la fabrication des arceaux des tentes et les équipements légers, est obtenu à partir de bauxite issue de la déforestation et transformée grâce à un traitement très énergivore. Extraire ce précieux métal coûte donc assez cher à la planète. Bien qu’elles soient rares, vous pourrez toutefois trouver quelques tentes fabriquées sans aluminium.

Autre façon de faire un bivouac zéro déchet : faire l’impasse sur le neuf. Car la tente de camping la plus écologique est encore celle achetée d’occasion. Vous pourrez en chiner sur des sites spécialisés. En plus de protéger notre belle planète, la seconde main est idéale pour votre porte-monnaie. Et si vous êtes un bivouaquer ponctuel, pourquoi ne pas louer votre matériel outdoor ? Tentes mais aussi matelas, duvets ou sacs : tout est possible.

Enfin, vous pouvez opter pour l’option hamac. En effet, à la belle saison, profitez-en pour dormir à la belle étoile et vous endormir en observant la voie lactée.

5. Gérer ses déchets

Fruits et légumes en vrac - bivouac zéro déchet

Crédit photo: Shutterstock – Bogdan Sonjachnyj

Impossible d’évoquer le bivouac zéro déchet sans aborder la gestion des déchets, organiques ou non. Produits suremballés, bouteilles en plastique… Optez plutôt pour des produits en vrac et une gourde réutilisable. Cumulez à cela l’achat d’un filtre spécial pour boire directement l’eau des ruisseaux ou lacs.

Quand on pense aux déchets, on oublie parfois les matières fécales et celles qui se dégradent à priori très rapidement dans la nature. Pourtant, ces dernières, bien que biodégradables, peuvent faciliter la propagation des maladies et perturber la faune et la flore.

S’il n’y a vraiment pas de toilettes, sèches la plupart du temps, éloignez-vous suffisamment des zones de campement et creusez un trou de plus vingt centimètres pour y faire votre commission. Quant aux mouchoirs, papier toilette et déchets alimentaires, emballez-les et ramenez-les pour les jeter dans une poubelle dédiée.

Vous pourriez être tenté de les brûler mais cela fragiliserait les sols. Vous pourriez également être tenté de les enterrer, mais les animaux peuvent les déterrer.

6. Employer les bons produits d’hygiène

Savon solide

Crédit photo : Shutterstock – Space_Cat

Du côté des produits d’hygiène, faites une croix sur les savons et shampoings classiques. Embarquez avec vous des savons écologiques et solides, sans emballage et qui ne coulent pas à l’intérieur de votre sac. Les savons SAF (saponification à froid) sont parfaits pour les bivouaqueurs.

De plus, la plupart de ces savons biodégradables sont tout en un : lavent votre corps comme votre vaisselle. Toutefois, ne l’utilisez pas pour vous laver dans un lac ou une rivière. Soit vous vous passez de savon quelques jours, soit vous suivez la méthode qui suit :

  • remplissez un récipient d’eau et l’utilisez avec le savon pour vous nettoyer au gant ;
  • creusez un trou à plus de soixante mètres d’un cours d’eau ;
  • puis versez votre récipient rempli de savon biodégradable.

Pour se laver les mains, les gels antibactériens sont très pratiques et efficaces, en plus d’être très à la mode…

Pour le lavage des dents au cours d’un bivouac zéro déchet, vous trouverez facilement des dentifrices sans emballage, en poudre, en bâtonnet ou mini-pastilles. Sinon, pourquoi ne pas fabriquer votre dentifrice maison à base d’huile de coco, charbon, bicarbonate de soude et huiles essentielles ? Pour compléter votre attirail, emportez une brosse à dents en bambou biodégradable et compostable.

Déodorant fait main

Crédit photo : Shutterstock – FotoHelin

Qui dit bivouac dit aussi randonnée. Difficile, donc, de se passer de déodorant. Un peu plus long à créer mais très efficace contre les mauvaises odeurs, pourquoi ne pas créer votre propre déo à base d’huile de coco, cire d’abeille, bicarbonate de soude, maïzena, et huiles essentielles. Sinon, dirigez-vous vers un déodorant solide ou en crème à base de produits naturels. Idem pour protéger votre peau du soleil : des solutions qui protègent votre peau, et respectueuse de la Planète existent.

En somme, il est tout à fait possible de conserver un minimum de confort, d’être en sécurité et de conserver une hygiène correcte lors d’un bivouac zéro déchet. Nos conseils ne vous orientent que vers des solutions utiles, pratiques et économiques. Saines pour vous et le vivant qui vous entoure.

Si vous avez aimé cet article, vous allez adorer toute notre rubrique dédiée au voyage durable et responsable.

1730
Laisser un commentaire ou