Comment allier vanlife et voyage écoresponsable ?

Conduire en mode écoresponsable

Que vous preniez la route en van ou camping-car, vos vacances riment-elles avec écologie ou impact sur l’environnement ?

La crise sanitaire covid-19 a exacerbé la tendance du slow tourisme et nos envies d’évasion. L’envie de déconnection se fait de plus en plus pressante, le retour aux sources devient intimement lié à notre bien-être.

Le voyage se transforme peu à peu et devient écoresponsable avec de nouvelles pratiques, orientées vers une approche plus respectueuse de l’environnement. Il tend à respecter des fondamentaux : un tourisme tourné vers les populations locales et soucieux de sa démarche environnementale.

L’aventure en van permet de réaliser cette convergence entre le périple et le besoin de reconnexion à la nature. Mais comment allier votre soif de liberté et pratiques écoresponsables ?

1. Le véhicule et son impact environnemental

Le véhicule et son impact environnemental

Crédit photo : Shutterstock – RoMiEg

Lors de l’achat de votre van, pourquoi ne pas songer au marché de l’occasion ? Vous ferez des économies financières tout en préservant l’environnement. Votre choix peut également s’orienter vers des véhicules hybrides ou électriques qui offrent une baisse significative des rejets de CO2.

Comme pour l’achat d’une habitation, il faut également prêter attention à la composition de votre nouveau véhicule : matériaux utilisés, peinture, etc. Les normes environnementales sur les produits utilisés (“NF Environnementale ou Eco Label Européen par exemple), et les matériaux produits en France seront une base solide à vos envies de (re)connexion durable à la nature.

Enfin, nous vous conseillons d’accorder une attention particulière à l’entretien de votre véhicule afin d’éviter d’éventuelles pollutions qui ne seraient pas détectées sans des contrôles réguliers.

2. Conduire en mode écoresponsable

Conduire en mode écoresponsable

Crédit photo : Shutterstock – BublikHaus

Lors de la planification de votre itinéraire, pensez aux routes secondaires qui seront l’occasion de découvrir des paysages différents en évitant les axes autoroutiers, plus polluants.

Le van donne un sens nouveau au voyage : l’art de prendre son temps, manière plus “authentique” qui fait l’éloge de la lenteur pour découvrir autrement les richesses des territoires.

Il est cependant nécessaire de respecter quelques principes simples : vérifier le gonflage des pneus (sous-gonflés, ils augmentent drastiquement votre consommation de carburant), anticiper les obstacles au maximum pour limiter les freinages intempestifs, ou encore ne pas surcharger l’habitacle afin de réduire la dépense d’énergie. La vitesse joue également un rôle majeur. Tout comme en voiture, n’appuyez pas inutilement sur l’accélérateur : rouler vite augmente la production de CO2.

Pensez également à ne pas climatiser ou chauffer inutilement l’habitacle (l’isolation étudiée en amont prend ici tout son sens). Les températures fraîches sont l’occasion de s’emmitoufler dans un plaid douillet et de déguster un chocolat chaud-chamallow en gros pull !

Il peut être intéressant d’investir dans des panneaux solaires lors de l’aménagement, ce qui vous permettra de recharger vos objets électriques avec davantage d’autonomie.

Dernier point important : les déplacements une fois le van stationné. L’idéal pour se déplacer est de privilégier l’utilisation de moyens de locomotion doux. Une balade en vélo pour se rendre au marché ou une promenade à pied pour aller chercher une baguette pour le petit déjeuner sont autant d’actions qui permettent d’agir directement sur votre bilan carbone.

3. La gastronomie et le voyage durable en van : rêve ou réalité ?

La gastronomie et le voyage durable en van : rêve ou réalité ?

Crédit photo : Shutterstock – Olesia Bech

Notre alimentation a un réel impact sur notre environnement : consommation de produits emballés dans du plastique, fruits et légumes qui proviennent de l’autre bout du monde… Comment se nourrir de manière plus durable, notamment en voyage ?

Pour commencer, il est utile de prévoir des sacs en tissu pour réaliser vos courses et ainsi éviter l’achat d’un énième sac en plastique (aussi réutilisable soit-il, n’en avez vous pas déjà une collection impressionnante ?).

Ces sacs, ou tote-bags, idéalement en coton, sont lavables, légers et vous permettent de transporter vos achats, y compris ceux achetés en vrac. En effet, vos courses peuvent s’orienter vers ces rayons qui vous permettent de ne prendre que la quantité strictement nécessaire. De quoi réaliser des économies pour vous et pour la planète !

L’itinérance c’est aussi le moyen formidable de découvrir tous ces artisans du goût qui œuvrent aux 4 coins du monde. C’est avoir la possibilité de déguster des produits locaux et de saison, de manger frais en savourant les spécialités du terroir et en évitant les sur-emballages.

Pensez également à vous munir de bocaux en verre à remplir chez les commerçants ! Il existe en outre des emballages écologiques qui remplacent le film alimentaire : le bee wrap, que nous vous invitons à découvrir sans plus attendre !

Enfin, petites astuces lorsque vous cuisinez : pensez aux couvercles afin de chauffer vos aliments moins longtemps et limiter le temps d’écoulement de l’eau. D’ailleurs, investir dans des mitigeurs est un système ingénieux qui diminue le débit. Enfin, pour déguster les merveilles culinaires que vous dénicherez, soyez prévoyants et munissez vous de vaisselle afin de ne pas avoir à utiliser de contenants jetables. Et pour ce qui est de la vaisselle, deux bacs pour la laver seront parfaits pour éviter le gaspillage d’eau.

4. La meilleure alliée du vanlifeur : sa gourde !

Gourde

Crédit photo : Shutterstock – Dmytro Melnyk

Elle se veut en inox ou en métal, hermétique et isotherme. Parfaite pour votre consommation quotidienne tout en vous permettant d’éviter les bouteilles d’eau, elle sera également précieuse pour boire un café ou un thé bien chaud, y compris lors d’une randonnée. L’achat de cet objet peut être réalisé sur internet mais pour éviter les livraisons et la pollution qu’elle engendre, nous vous conseillons de vous tourner vers un magasin biologique ou un équipementier sportif.

Une fois vos précieuses gourdes achetées, il sera crucial d’assurer votre autonomie sur 5 à 10 litres d’eau. Vous pouvez donc opter pour une bombonne que vous pourrez réutiliser fréquemment sans risque de voir passer des microparticules de plastique au fur et à mesure dans votre eau, comme ce serait le cas avec les bombonnes à eau achetées en supermarché, qui ne sont pas conçues pour être réutilisées.

5. Le ménage écoresponsable et le voyage itinérant sont-ils compatibles ?

Le ménage écoresponsable

Crédit photo : Shutterstock – TShaKopy

Qui dit habitation dit nettoyage, or, les produits utilisés sont souvent peu respectueux de l’environnement, voire tout simplement toxiques ! Pourtant il est nécessaire de vivre dans un espace sain, alors comment faire pour y parvenir ?

Concernant les produits ménagers, vous pouvez privilégier ceux biologiques, certains peuvent d’ailleurs être achetés en vrac (vinaigre blanc en magasin biologique par exemple), mais, pour aller plus loin, pourquoi ne pas réaliser vos propres nettoyants ?

Il suffit finalement de peu d’ingrédients pour nettoyer et assainir les surfaces : du vinaigre blanc, du citron, du bicarbonate de soude et un peu d’huile de coude seront votre combo gagnant !

Concernant la lessive, sachez que les livres et sites de recettes pour la réaliser soi-même sont nombreux, mais un authentique savon de Marseille peut à lui seul vous rendre bien des services : nettoyage du linge ou de la vaisselle, par exemple. Il est multitâches et surtout peu onéreux ! Bien entendu, bannissez définitivement les produits jetables tels que les lingettes à usage unique !

6. Une gestion écologique des déchets en vacances

Pot à compost

Crédit photo : Shutterstock – Daisy Daisy

Bien que vous portiez une attention particulière à votre consommation, vous produirez tout de même des déchets. En van, il est indispensable d’organiser leur traitement afin d’éviter la prolifération des bactéries et leurs fumets nauséabonds qui risquent d’embaumer rapidement votre petit cocon.

Dans cette optique, il est intéressant de disposer de plusieurs bacs de tri, afin de pouvoir jeter au fur et à mesure dans les poubelles appropriées : verre, carton/papier et déchets ménagers. Pour limiter vos déchets, emportez des éléments biodégradable.

Enfin, un bocal en verre avec couvercle servira de petit pot à compost, et vous pourrez enterrer vos détritus alimentaires (un accessoire de type pelle de jardinage vous sera fort utile). N’oubliez pas que le risque incendie existe en toutes saisons, et que dans un esprit de protection de la nature il est préférable de ramasser vos épluchures ou de les enterrer plutôt que de les brûler. Dans cette optique, ne laissez rien derrière vous et stationnez au maximum dans les endroits réglementés.

7. L’hygiène rime-t-elle avec écologie en voyage ?

Cosmétique solide

Crédit photo : Shutterstock – Bogdan Sonjachnyj

L’itinérance impose une réflexion quant à l’hygiène corporelle. Il est possible de se doucher directement dans certains vans, grâce à de petites (mais fonctionnelles) salles de bain ! Et pour ceux qui n’en seraient pas équipées, d’autres solutions existent : douche solaire, municipale, station-service ou encore aires aménagées et location d’emplacement (camping, voire même chez des particuliers qui louent un espace de stationnement sur leur propriété avec accès possible à certaines commodités).

Les produits utilisés peuvent être solides, cela permet d’éviter le plastique et la pollution des eaux. Vous pouvez ainsi favoriser le savon, le shampoing sec, le dentifrice et le déodorant solides. Gain de place et économie d’eau sont au programme, car ces produits moussent moins et sont donc rincés plus rapidement. Bannissez cependant leur utilisation dans les endroits naturels (lacs de montagne par exemple).

Les cosmétiques que vous emporterez doivent être limités au strict nécessaire et nous vous conseillons de privilégier des formules respectueuses de l’environnement. Pensez au baume tout-en-un tels que ceux à base de coco ou de karité qui hydratent et réparent la peau.

1889
Laisser un commentaire ou