Comment protéger son camping-car ?

avatar
Louez votre camping-car près de chez vous Voir les offres

Entre deux voyages, et quelle que soit la saison, pensez à protéger votre véhicule pour prolonger sa durée de vie. Voici comment procéder même si vous n’avez pas de garage.

Il n’y a pas que durant l’hiver que votre camping-car souffre, surtout s’il stationne à l’extérieur. Toute l’année, entre deux périodes d’utilisation, pensez à le protéger, de la pluie comme du soleil. Sous un abri, sous une housse, voici les différentes manières de protéger son camping-car.

À lire aussi :
Comment entretenir son camping-car ?
Remorque pour camping-car : tout ce qu’il faut savoir
Camping-car, van ou fourgon aménagé : comment choisir ?
Les 10 raisons de louer un camping-car plutôt qu’acheter
Comment louer un camion aménagé en France ?

1. L’abri en dur

Abri pour camping-car

Crédit photo : Shutterstock / Photographee.eu


Un garage ou un abri spécifiquement construit en dur, fermé et/ou isolé, sera votre meilleur allié contre la pluie, le froid, le vent, la poussière… Il vous faudra, évidemment, tenir compte du gabarit de votre camping-car : longueur et hauteur notamment. Si possible, prévoyez de l’espace autour pour l’ouverture des portes, baies et lanterneaux et ainsi pouvoir effectuer, à votre aise et à l’abri, diverses actions de maintenance ponctuelle. Comme vous le verrez plus bas, si vous décidez de faire construire un abri, renseignez-vous au préalable en mairie.

En fonction de la taille de cette construction, vous pourrez avoir à remplir une déclaration préalable aux travaux voire déposer un permis de construire.

2. L’abri spécifique camping-car ou carport

Il est aussi possible de construire ou acheter un abri de type carport pour protéger son camping-car entre deux phases d’utilisation. Renseignez-vous en mairie sur les éventuelles contraintes réglementaires à son édification, ce serait dommage de devoir tout démonter après installation. En effet, en fonction des dimensions de votre abri, il peut être nécessaire d’effectuer une déclaration préalable de travaux voire déposer un permis de construire. Ces règles peuvent varier selon les communes.

Si vous achetez un abri, plusieurs modèles existent qui diffèrent selon le matériau utilisé (bois, aluminium) et le type de protection. Pour certains, vous n’aurez qu’un toit et des poteaux, d’autres complètent la protection avec des panneaux latéraux. Autre type d’abri, le tunnel ou bâche de camion. Cette fois, une bâche est tendue sur une structure, souvent métallique. Vous trouverez des modèles de carport à partir de 800 à 1000 euros environ. Pour de nombreux modèles, la hauteur du toit est ajustable.

3. La housse ou bâche de protection (c’est la même chose !)

Housse de camping-car

Crédit photo : Shutterstock / Lore san


C’est la solution la plus économique pour protéger son camping-car et atténuer son usure. Pas toujours la plus pratique. Côté efficacité, les campings-caristes sont partagés. Même si elle permet à ceux qui n’ont pas d’abri de conserver leur véhicule à proximité et protégé. Vous trouverez de premiers modèles à partir d’une centaine d’euros en magasin de bricolage. Le risque à ce prix là c’est de se retrouver avec un matériau qui ne soit pas respirant et crée de la condensation sous la housse. L’humidité ne peut alors pas s’en aller ce qui favorise rouille, corrosion et moisissures, y compris à l’intérieur du véhicule. Vous l’avez compris, bien protéger son camping-car passe par un investissement. Toutefois, c’est la clé pour amortir l’achat !

Les campings-caristes usent alors de différents stratagèmes pour laisser circuler l’air : en ouvrant les lanterneaux, en posant des frites de piscine entre la carrosserie et la housse. Un autre risque lié à l’utilisation des bâches est le frottement sur la carrosserie, en raison du vent par exemple. Sur le long terme, des rayures peuvent apparaître. Mieux vaut, si vous choisissez cette option, vous diriger vers un produit reconnu pour son efficacité, quitte à y mettre le prix. Les meilleurs toiles vont résister longtemps à l’humidité. Renseignez-vous en magasin spécialisé et comparez avis et tarifs sur internet. Les housses existent en différentes tailles adaptées au format de votre camping-car (pensez aux accessoires : porte-vélo, parabole…). Dernier conseil : si les sangles de serrage ne doivent pas abîmer la carrosserie, elles doivent pourtant être bien arrimées pour résister aux coups de vent.

4. Les abris télescopiques ou toolport

A mi-chemin entre l’abri pour camping-car et la housse ou bâche, voici l’abri télescopique ou toolport. De quoi s’agit-il ? D’une structure pliable, aux armatures métalliques. Le tout se plie, façon accordéon, ce qui permet de ranger la structure quand on ne s’en sert pas.

5. Louer votre camping-car

Conclure une location de camping-car

Crédit photo : Shutterstock / SFIO CRACHO


Si vous ne comptez pas partir en camping-car pour une durée significative, louez-le à des particuliers. Louer son propre véhicule permet un retour sur investissement tout en permettant au camping-car de ne pas rester immobile, à la menace des éléments. Des plateformes de particuliers comme Yescapa permettent de louer un camping-car dans les deux sens.

Louer un camping-car en France

6. Le gardiennage

Enfin, l’espace manque parfois pour installer un abri dédié à la protection de votre camping-car. C’est notamment le cas des propriétaires qui vivent en ville. Pour protéger votre véhicule, optez pour le gardiennage. Des professionnels assurent ce service un peu partout en France moyennant un loyer mensuel. Certains proposent aussi des services comme l’entretien et la révision de votre véhicule. Des agriculteurs proposent aussi de louer leurs hangars inutilisés pour garer des camping-cars. Le site Stockly vous met en relation avec des propriétaires de hangars. Jetez aussi un oeil aux annonces sur Leboncoin. Autre solution, louer un garage. La difficulté sera de dénicher un local suffisamment haut pour votre véhicule.

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire