×
Mot de passe oublié ?

« Paysages d’émeraude », le voyage à vélo d’Alice Baude en Irlande

Comparez et trouvez vos activités voyage
« Paysages d’émeraude », le voyage à vélo d’Alice Baude en Irlande

Cette étudiante est partie sur la piste des paysages verdoyants de l’Irlande pendant un mois, afin de créer des œuvres artistiques et littéraires s’inspirant de cette incroyable expérience.

Alice Baude a pu bénéficier de la bourse de voyage Zellidja l’année dernière pour réaliser son projet. Elle est partie au mois d’août en solitaire, munie de son vélo et de son sac à dos, dans le but de croiser géographie et littérature. En seulement une trentaine de jours, elle a pu parcourir une large partie de l’Irlande. À travers les 670 kilomètres réalisés en pédalant, la route en transport en commun et les nombreuses escales remplies de découvertes et de rencontres, elle a pu remplir son carnet de bord de multiples souvenirs. Aujourd’hui, elle partage son récit avec les internautes: voici son interview et les jolis photos illustrant son parcours.

Comment as-tu connu l’association qui t’as permis de partir ?

Il y avait une drôle d’affiche dans le hall de mon lycée : « Zellidja: le voyage commence par un premier pas. Bourse au voyage pour les jeunes entre 16 et 20 ans. » Je me rappelle en avoir écrit le nom dans un coin. À vrai dire, je n’y croyais pas du tout mais un ami à moi à postulé pour partir en Argentine, et il a obtenu la bourse maximale: 900€. C’était l’été de mes 19 ans: je me suis lancée.

Alice Baude, Vélo, Pluie, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Pourquoi as-tu choisi l’Irlande comme destination ?

Ça a été la première chose difficile. La plus vertigineuse: il y a tellement d’endroits où j’aimerai aller, tellement de choses que j’aimerai découvrir. J’avais un mal fou à me décider, puis je me suis rappelée d’un livre dans lequel la narratrice faisait l’éloge de l’Islande. Je me suis intéressée de loin à cette destination, puis j’ai finalement changé d’avis quand on m’a dit que tout était très cher là-bas. Cependant, mon envie d’aller sur une île était enclenchée: l’Irlande s’est alors présentée assez simplement. Parfois, pour rire, je dis que j’ai simplement changé une lettre de ma destination et que l’Islande est devenue Irlande par jeu de mot.

Alice Baude, Bateau, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Dans quel cadre as-tu imaginé un projet liant voyage/littérature/art ?

J’ai fait les classes préparatoires Khâgne-Hypokhâgne à Avignon. Un jour, j’ai suivi un cours croisé avec mes profs de géographie et de lettres modernes. Ils ont travaillé ensemble un livre de poésie qui s’appelle « Archipel et Nord ». C’est une commande touristique dont Claude Simon s’est moquée: son écrit est une dérive poétique sur l’archipel finlandais. C’est la première fois que j’entendais parler de géographie littéraire, de cartographie poétique. J’ai adoré ce cours et j’ai construit mon projet autour de ce croisement.

Alice Baude, Projet, Voyage littéraire

Crédit photo: Alice Baude

Pourquoi avoir utilisé le vélo comme mode de déplacement ?

Je suis entrée en contact avec des personnes (exclusivement des filles) qui étaient déjà parties en Irlande: Zellidja tient un répertoire des voyages effectués et les adresses mail sont mentionnées. Elles m’ont donné des conseils, et l’une d’entre elles m’a dit qu’elle avait voyagé à vélo, ça m’a donné envie. J’ai donc discuté avec des passionnés, voyageurs ou non, qui m’ont appris la mécanique de base de ce moyen de transport. Je dois une fière chandelle à plusieurs d’entre eux, qui ont vraiment pris de leur temps pour m’aider. Leurs conseils ont été précieux pour savoir quoi emporter, et faire des bagages intelligents. À la fin, j’ai décidé de prendre une tente: c’était une excellente décision parce qu’elle m’a servi pendant tout le périple pour dormir n’importe où, et qu’elle m’a rendue plus libre.

Alice Baude, Voyage, Vélo, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Est-ce que tu as eu des problèmes lors de ton voyage ?

Les galères à vélo, il y a eu la pluie, mais c’était le premier jour et je refusais de m’arrêter: j’ai pédalé 55 bornes et je suis arrivée frigorifiée à ma première escale. Après coup, c’est un souvenir marrant, un peu épique. Les problèmes mécaniques j’en ai eu juste une fois, mes câbles de vitesses s’étaient un peu déréglés. Je suis allée en ville en faisant du stop (un van d’allemands m’a prise). C’était super parce que le gars qui a réparé mon vélo venait de tirer son recueil de poèmes à 200 exemplaires et à la fin, il m’en a offert un. En étant bien couverte, j’ai pas trop souffert du froid, mais c’est vrai que le vent était pénible dans le sud sur la côte, ça fait partie du jeu !

Alice Baude, Vélo, Carte, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Les cartes du continent sont bien faites et on peut difficilement se perdre si on est attentif. Pour les régions où il y avait des routes parallèles, je n’hésitais pas à tenter de nouvelles voies et à demander mon chemin si j’avais un doute, mais sur les îles, les cartes sont mauvaises: parfois, pas de nom de rue, aucun repère, la galère. Alors oui, je me suis un peu perdue parfois, mais j’ai toujours essayé de garder mon calme au maximum. Ce qui est cool c’est que partout, on peut compter sur les gens en demandant son chemin, ou si on peut planter la tente dans le jardin: en mon sens, on ne peut pas se perdre en Irlande, et on s’en sort toujours si ça arrive.

Tu as croisé des gens sur ta route, une rencontre particulière ?

La plus drôle, c’était Commlai, un ancien professeur de français et de gaélique, mais également le prêtre d’un village, sur les îles d’Aran. Ce vieillard allait au café et moi je sortais de l’épicerie. Il me voit avec mon vélo et mes bagages, et me demande combien de forts celtiques j’ai vus: je lui réponds aucun, parce que je venais d’arriver. Il entend tout de suite que je suis française avec mon accent et il se met à me parler dans ma langue. Je l’ai retrouvé le lendemain pour manger un repas traditionnel (un irish stew: un ragoût de bœuf à la Guinness, avec une bonne tranche de brown bread et du beurre de ferme). On est allé visiter les sites historiques de l’île et c’était génial d’avoir son histoire sur les choses. Quand je suis partie le surlendemain, avec le bateau de 7h, il m’attendait au port avec le « Journal des Iles d’Aran » de Nicolas Bouvier et un paquet de gâteau. Il m’a dit « Que la route t’accompagne! » en gaélique, et je lui ai promis de lui envoyer « La défense et illustration de la langue française » de Du Bellay. C’est le premier truc que j’ai fait en rentrant.

Alice Baude, Tente, Vache, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Qu’est-ce que tu as pu tirer de cette expérience ?

Je dirais que c’est un voyage initiatique parce que je me suis vraiment découverte des capacités et une assurance que je ne me connaissais pas. J’ai appris à me connaître, à m’affirmer. Mais surtout, c’est des autres et du monde que j’ai énormément appris: l’enseignement le plus important est qu’il faut avoir confiance, et que l’on peut toujours compter sur quelqu’un où que l’on soit. J’ai découvert un univers de possibilités gigantesque, et je me suis sentie libre d’être moi-même et de faire ce que j’aime dans la vie

Alice Baude, Voyage solitaire, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Aujourd’hui, mes projets sont intimement nourris par cette expérience. J’ai beaucoup écrit, dessiné et peint en Irlande: il m’a fallu du temps pour l’affirmer en rentrant, mais j’ai décidé de m’engager dans la création littéraire. L’Irlande m’a ouverte à ma sensibilité artistique. J’envisage d’entrer dans un master double : à l’Université de Lettres et aux Beaux-Arts. De plus, Zellidja octroie des bourses de second voyage: le jury entre en contact avec ceux qu’ils choisissent, et leurs proposent une deuxième bourse. Ça a été le cas pour moi: j’ai écrit un dossier pour faire un voyage dans le Népal profond, avec pour sujet d’étude le silence et la lenteur. Ça a marché. Je me prépare à partir en voyage avec un aller simple: je prends mon année, et je rentrerai quand je voudrais.

Alice Baude, Selfie, Voyage, Irlande

Crédit photo: Alice Baude

Crédit photo principale : Alice Baude

Les activités à faire dans cette ville
A voir aussi dans la rubrique Irlande
A voir aussi dans la rubrique Photos
Répondre

Laisser un commentaire