Le Liechtenstein trail, randonnée royale autour de la principauté

avatar

Coincé entre la Suisse et l’Autriche, le Liechtenstein ressemble à une tête d’épingle lorsque nous le regardons sur un planisphère. Néanmoins, les trésors historiques et naturels ne manquent pas à l’appel.

Le Liechtenstein tire son nom d’une Maison princière éponyme et originaire de cette contrée. Noyée dans l’immensité du Saint-Empire Romain Germanique, la petite province aspirait à participer au fonctionnement du territoire dont elle était inféodée. La famille royale négocie donc ardemment avec l’empereur teuton et finit par lui arracher les comtés de Vaduz et Schellenberg moyennant finance.

En 1719, la principauté voit donc le jour mais reste sous le joug de la Maison impériale, les Habsbourg. Cependant, moins d’un siècle plus tard, cette dynastie ne résiste pas aux conquêtes napoléoniennes et abdique. Son empire est dissout et le Liechtenstein devient totalement indépendant.

Pour survivre, elle devient une terre agricole et exporte ses denrées. Puis, après la Seconde Guerre Mondiale, le pays se développe grâce aux services bancaires. Depuis peu, le Liechtenstein tend à diversifier ses ressources économiques, notamment en mettant en avant ses richesses culturelles. Alors, pour son 300ème anniversaire, il inaugure son propre trail, le « Liechtenstein Trail ».

A travers les 75km de randonnée, parcourez les 11 provinces de la principauté pour découvrir les splendeurs de la région. Enfilez vos plus belles chaussures de randonnées, c’est parti pour l’aventure !

Liechtenstein Trail

Crédit Photo : Office du Tourisme du Liechtenstein

À lire aussi : Les 9 plus beaux endroits à visiter au Liechtenstein

Jour 1 : De Balzers à Triesenberg

  • Distance parcourue : 15,4 km
  • Ville de départ : Balzers
  • Ville d’arrivée : Triesenberg
  • Lieux à visiter : le poste-frontière de Sainte Katrinabrunna, le Château de Gutenberg, l’ancienne route du Saint Empire Romain Germanique et la ferme « Lama & Alpakahof »

Alors que votre périple n’a pas encore commencé, un premier obstacle se dresse sur votre passage. Sur les 197 Etats indépendants que compte la Terre, vous avez donc choisi l’un des 5 qui ne dispose pas de son propre aéroport. Il vous faudra donc atterrir à Zürich puis prendre le train pour enfin atteindre la première ville de ce trail, Balzers.

Comprendre la relation suisso-liechtensteinoise

Une fois arrivé·e·s à destination, revenez quelque peu sur vos pas, au niveau du poste-frontière de Sainte Katrinabrunna. Face à cette stèle, si vous regardez sur votre gauche, vous pourrez apercevoir le sommet montagneux du Gonzen. Vous faîtes, alors, face à la Suisse.

Liechtenstein Trail

À gauche : le poste de frontière de Sainte Katrinabruna | À droite : Le Mont Gonzen – Crédits photo : Flickr – Tony Bowden | Shutterstock – Michal Stipek

Une relation particulière lie la principauté à son voisin. Le Liechtenstein utilise le franc suisse comme monnaie officielle mais, surtout, c’est l’armée helvétique qui assure sa défense. Cependant, cela ne les empêche pas de s’embrouiller de temps à autre.

Dans les années 1930, la Suisse craint une invasion allemande et demande au Liechtenstein si elle peut acheter la montagne Ellhorn pour y construire un avant-poste militaire. L’Etat microscopique refuse.

D’autres impairs sont commis, à chaque fois à cause de conditions climatiques cataclysmiques. Lors d’une manœuvre d’entraînement dans les Alpes, des soldats suisses traversent la frontière et « envahissent » accidentellement le Liechtenstein. En décembre 1985, ce sont même des tirs de roquettes qui atterrissent dans les verts pâturages de la forêt de Bannwald. Résultat, elle prend feu et la Suisse dédommage la principauté afin de stopper l’incident diplomatique.

Le Château de Gutenberg

Il est maintenant grand temps de se lancer dans votre randonnée. Quelques pas dans les rues de Balzers suffisent pour tomber nez à nez avec le Château de Gutenberg (aucun lien avec l’inventeur de l’imprimerie). Enfin pas tout à fait.

C’est d’abord la colline sur laquelle il est juché qui se dévoile. Pour atteindre cette construction datant du XIIIème siècle, il suffit de suivre la route dédiée. Maintenant, perché·e·s à plusieurs centaines de mètres, jouissez une nouvelle fois du spectacle qui s’offre devant vous. Montagnes, prairies, vignobles, tout se mêle pour vous subjuguer.

Le château de Gutenberg

Vue sur le château de Gutenberg – Crédit photo : Shutterstock – Darryl MONTREUIL

Profitez également de cet arrêt pour visiter la forteresse médiévale transformée depuis en musée. Vous remarquerez que les constructions récentes – dues à des rénovations – se mêlent parfaitement au bâtiment d’origine. Et si son architecture vous plaît, sachez que vous pouvez le louer pour n’importe quel événement.

Balade à travers le Saint Empire Romain Germanique et l’Amérique du Sud

Une fois votre visite terminée, sortez de la ville pour accéder à la « Alte Straße ». Comme son nom l’indique, c’est l’ancienne route où transitait les citoyens du Saint Empire Romain Germanique. Tout le long de ce chemin, vous ne cesserez d’admirer les paysages pittoresques des alentours. Sur la route vers Triesenberg, vous verrez ici et là de multiples fermes.

Votre attention se portera sûrement sur l’une d’elles, la Lama- & Alpakahof. Cette exploitation se distingue des autres car elle élève des alpagas. Et ce n’est sûrement pas au milieu des Alpes que vous vous attendiez à trouver ce genre d’animal.

Vous allez faire face à un dilemme. Soit vous ralliez Triesenberg qui se situe seulement à quelques encâblures de là et où plusieurs maisons d’hôtes sont disponibles, soit vous vous offrez une nuit à la belle étoile dans un tipi de cette ferme. L’expérience est déroutante mais c’est un souvenir que vous garderez jusqu’à la fin de vos jours.

La ferme aux lamas et Triesenberg

À gauche : la ferme aux lamas | À droite : Triesenberg – Crédit photo : Facebook – Lama- & Alpakahof Triesenberg | Shutterstock – Ben Gingell

Qu’importe votre choix, se reposer est essentiel pour poursuivre l’aventure.

Jour 2 : De Triesenberg à Vaduz

  • Distance parcourue : 13,9 km
  • Ville de départ : Triesenberg
  • Ville d’arrivée : Vaduz
  • Lieux à visiter : rocher datant de l’ère glaciaire, Château de Schalun, Vaduz

Après une bonne nuit de sommeil, les pérégrinations reprennent. Commencez par flâner dans les boutiques de Triesenberg afin de remettre vos muscles en marche. Puis, quand vous vous sentez prêt·e·s, direction Vaduz.

A peine sorti·e·s de la ville, vous remarquez un immense rocher sur le bas-côté. Sa présence reste un mystère. Les scientifiques ont pu affirmer qu’il est composé de gneiss, une sorte de granite que nous retrouvons sur les chaînes de montagnes. Problème, aucun fleuve à l’horizon ne prend sa source dans les sommets et aurait pu transporter l’imposante pierre jusqu’ici. Les spécialistes se sont creusés les méninges et datent cette chute à l’ère glaciaire.

Passez votre chemin jusqu’à l’orée d’une forêt. La vision des mélèzes, érables, tilleuls, ormes ou frênes ne vous surprend pas. En effet, depuis le début de votre périple, vous traversez des lieux plus verts les uns que les autres. Et pourtant ! Dans les années 1960, les espaces verts de la principauté étaient en piteuse état. Le pays a dû lancer le projet « Restauration intégrée des forêts de montagne » pour qu’elles ne disparaissent pas.

L’entreprise est un franc succès. Grâce à cela, vous pouvez donc marcher paisiblement entre les cimes de la flore locale, tout en scrutant les alentours pour apercevoir un cerf ou autre animal sauvage.

La forêt finit par vous conduire aux ruines du Château de Schalun. Construit dans les années 1100, l’édifice a été déserté puis incendié lors du XVIIIème siècle. Depuis, le lichen s’approprie de plus en plus les lieux mais la salle principale ainsi que la salle d’audience sont encore visibles. Au milieu de celles-ci, rien ne vous empêchera de vous prendre pour l’ancien maître des lieux !

Château de Schalun

Ruines du château de Schalun – Crédit photo : Shutterstock – Mario Krpan

Vaduz, capitale et résidence royale

Pour atteindre Vaduz, un dénivelé négatif de 300m vous attend. En revanche, ne vous imaginez pas courir telle Laura Ingalls dans le générique de la Petite Maison dans la Prairie. Le tracé qui vous attend comprend de nombreuses boucles et vous aurez donc l’impression d’être un Sébastien Loeb en chaussure de randonnée.

Une fois la capitale atteinte, suivez les panneaux pour vous retrouver devant le Château de Vaduz. Résidence de la famille royale, elle est malheureusement fermée au public. Cependant, la technologie vous permet de découvrir le bâtiment. L’office du tourisme a développé l’application LIstory® qui répertorie plus de 130 points d’intérêt à travers le pays. Elle propose également plusieurs expériences de réalité augmentée dont la fameuse visite du château.

Château de Vaduz

Vue sur le château de Vaduz et les Alpes – Crédit photo : Shutterstock – Boris Stroujko

Activez-la pour que l’endroit vous révèle ses secrets. Tableaux, livres, épées, la famille royale dispose d’une belle collection et désirait la partager avec les éventuels touristes. Lorsque vous estimez connaître l’édifice sous toutes ses coutures, reprenez votre marche à pied dans Vaduz pour aller à la rencontre de la Cathédrale Saint-Florin.

Auparavant simple église paroissiale, elle a été élevée au rang de Cathédrale en 1997 lorsque Jean-Paul II a ordonné la création de l’archidiocèse de Vaduz. L’intérieur ne diffère en rien des autres édifices religieux mais les pierres blanches qui la constituent dénotent avec les paysages verdoyants des alentours. Sa taille la rend également majestueuse, d’autant plus que la hauteur des habitations de la ville reste modeste.

Cathédrale St Florin

Cathédrale St Florin – Crédit photo : Shutterstock – iceink

Pour le folklore vous pouvez toujours vous rendre au RheinPark Stadium, écrin de l’équipe nationale liechtensteinoise et du Vaduz FC. Rapporter un maillot de l’une ou l’autre équipe sera toujours un bon moyen de conserver un souvenir de votre trail.

Rheinpark Stadion

Le Rheinpark Stadio, antre du FC Vaduz et de la sélection de football du Liechtenstein – Crédit photo : Shutterstock – Oleksandr Osipov

Qui veut voyager loin ménage sa monture, arrêtez-vous donc dans un des hôtels du coin pour recharger les batteries.

Jour 3 : De Vaduz à Nendeln

  • Distance parcourue : 12,5 km
  • Ville de départ : Vaduz
  • Ville d’arrivée : Nendeln
  • Lieux à visiter : la Maison Rouge, le Château de Schaan, le monument de Johannes II, le Scheidgraben

Le jour se lève sur Vaduz, signe qu’il est temps de repartir à l’aventure. Les rayons du soleil illuminent une bâtisse au loin, la Maison Rouge. Ne pas s’arrêter devant serait un crime de lèse-majesté.

Construite en 1338, elle abrite des escaliers à pignon très impressionnants… que vous ne pourrez pas voir ! En effet, elle est fermée au public. Cependant, faire le tour de l’édifice reste intéressant. Aux pierres de la construction originelle s’ajoutent les fameuses briques cramoisies. Autre trace d’une extension contemporaine, la tour d’une blancheur immaculée.

Vue sur la Maison rouge Crédit photo : Shutterstock – Joachim B

Le prochain site remarquable vous force à marcher plusieurs kilomètres avant de l’atteindre. Ne partez pas non plus bille en tête et prenez toujours un moment pour apprécier les paysages situés le long de votre parcours.

Le Château de Schaan

Le Château de Schaan est un des nombreux vestiges de l’empire romain présent sur la principauté. En l’an 15 après Jésus Christ, Drusus et Tiberius, fils adoptifs de l’empereur Auguste, sont chargés de conquérir les Alpes. De cette campagne militaire naît le royaume de Rhétie.

Après des siècles de tranquillité, l’empire Romain subit les attaques des peuples barbares. Il ordonne alors la construction du fort afin de surveiller les Alamans. Les ruines du Château et vos connaissances historiques vous rappelle la vanité de l’entreprise.

L’importance de Johannes II

Et puisque vous êtes à Schaan, impossible de rater le monument érigé en l’honneur de Johannes II. Sans lui, le Liechtenstein ne serait jamais devenu le pays avec le PIB par habitant le plus élevé du monde.

En plus de 70 ans de règne, il fait installer le télégraphe puis le téléphone, ordonne la pose de voies ferrées et négocie les nombreux accords avec la Suisse. Le monument érigé en son honneur n’est donc pas assez imposant tant son influence fut grande.

Johannes II

Johannes II et la ville de Schaan Crédit photo : Wikipédia –
Josef Arpád Koppay | CAPTAIN RAJU

Ce trail commémore la naissance du Liechtenstein alors marchez jusqu’au fossé de Scheidgraben, dans la commune de Planzen. Vous vous trouvez donc sur l’ancienne frontière entre le comté de Vaduz et celui Schellenberg. Bien que cette frontière étatique ait disparu, le fossé sépare toujours les 2 régions du pays, l’Unterland et l’Oberland.

Scheidgraben

Vue au niveau du fossé de Scheidgraben Crédit photo : Wikipedia – Plutowiki

L’année dernière, 800 Liechtensteinois et Liechtensteinoises se sont massés pour participer à une marche entre Schaan et Scheidgraben pour célébrer les 300 ans.

Après s’être imprégné de l’histoire des lieux, vous reprenez votre périple jusqu’à Nendeln. C’est ici que s’arrête cette troisième étape.

Jour 4 : De Nendeln à Ruggell

  • Distance parcourue : 8.9 km
  • Ville de départ : Nendeln
  • Ville d’arrivée :Ruggell
  • Lieux à visiter : monument de Jean-Paul II, sculpture de Johan Georg Helbert, Eglise paroissiale de Bendern

Vos jambes commencent à être lourdes mais ce n’est pas le moment de flancher ! Vous avez déjà réalisé plus de la moitié de votre périple, il ne s’agirait pas de craquer à 200m du buffet. Surtout que c’est la plus petite étape du trail.

La venue de Jean-Paul II

A la frontière entre Nendeln et Eschen se trouvent un monument bien étrange, 3 structures métalliques qui retiennent un crucifix entouré d’une couronne d’or. Il célèbre un des événements les plus importants du Liechtenstein, la venue de Jean-Paul II.

JP2

Timbre commémorant la venue de Jean-Paul II au Liechtenstein Crédit photo : Shutterstock – ilapinto

En effet, le christianisme est la religion d’État de la principauté. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si sa fête nationale tombe le jour de l’assomption. En septembre 1985, le souverain pontife se déplace sur les Terres du Liechtenstein pour la première fois de son histoire. 30 000 personnes se déplacent pour l’occasion, soit plus que la population locale de l’époque.

Le prince régent d’alors, François-Joseph II, s’enflamme et déclare que la visite de Jean-Paul II est la plus importante et la plus significative dans l’Histoire de la principauté.

Les Chroniques de Johan Georg Helbert

Perdu·e·s dans vos pensées – vous imaginez encore comment ces 30 000 personnes ont pu être présente dans un si petit lieu – vous pénétrez dans Eschen. Dans le centre-ville se dresse une sculpture, celle de Johan Georg Helbert, écrivain des Chroniques éponymes.

En presque 300 pages, il a su recenser les différents événements qui se sont succédés dans la région. Un travail d’orfèvre qui permet à cet ouvrage d’être une référence historique locale.

Cependant, Helbert expose aussi ses idées chrétiennes conservatrices, son rejet de la Révolution française ainsi que sa loyauté envers le Saint-Empire romain germanique. Peter Kaiser, dont nous parlerons plus tard, s’est fortement inspiré de lui.

Les constructions successives de l’Église paroissiale de Bendern

La prochaine étape se situe dans la ville voisine de Bendern et, à l’instar du Château de Vaduz, c’est l’application LIstory® qui va nous révéler les secrets de l’église paroissiale du quartier. Avant de supporter l’édifice religieux, la colline a vu plusieurs bâtiments se succéder.

Tout d’abord une ferme sortit du sol, probablement lors de l’âge de Bronze. Puis, pour on ne sait quelle raison, elle fut détruite et ses murs servirent de base pour une chapelle. Elle non plus ne résiste pas au temps et il faut que le patronage de Gamprin récupère le terrain pour que cette construction néo-gothique voit le jour.

Eglise Bendern

Eglise paroissiale de Bendern Crédit photo : Shutterstock – ilapinto

Amusez-vous donc à tapoter plusieurs sur votre écran avec LIstory® pour voir les évolutions au gré des siècles. Ensuite, recueillez-vous sur les tombes situées sur le côté et admirez le bâtiment.

Votre périple commence à toucher à sa fin. Le chemin vers Ruggell commence à vous rendre mélancolique car vous n’avez pas vu passer ces 4 derniers jours. Si seulement on pouvait remonter le temps…

Jour 5 : De Ruggell à Schaanwald

  • Distance parcourue : 7 km
  • Ville de départ : Ruggell
  • Ville d’arrivée : Schaanwald
  • Lieux à visiter : Musée Küefer Martis Huus, Ruines de Schellenberg, Mémorial Peter Kaiser, Funkensonntag

Après avoir découvert de nombreuses curiosités, vous voici dans la dernière étape du Liechtenstein trail ! Un dernier effort est nécessaire pour vous et vos jambes, avant que la satisfaction du devoir accompli ne vous envahisse. Et pour commencer en douceur, rien ne vaut une petite visite au musée.

Küefer Martis Huus

Le Küefer Martis Huus est un musée spécialisé dans l’étude de l’eau et son impact sur la vie. Et puisque nous sommes au Liechtenstein, le Rhin prend forcément une place centrale.

Vous découvrirez donc l’influence du fleuve sur la vie des locaux, qui dépendent encore aujourd’hui du cours d’eau pour vivre aisément au cœur des Alpes. De quoi prendre du recul sur nos modes de fonctionnement et sur l’importance des éléments sur notre évolution sociétale.

Küefer Martis Huus

Küefer Martis Huus, musée de l’eau – Crédit photo : Wikipédia – Allgemein zugängliches Werk

Une fois le musée visité, il est temps repartir en randonnée, direction le prochain lieu d’intérêt, à 4 km d’ici.

Les ruines de Schellenberg

Vous voici dans la bourgade de Schellenberg. Une petite heure de marche est nécessaire pour découvrir les deux vestiges d’Obere Burg – littéralement le « Haut Château » en français – et d’Untere Burg, soit le Bas Château. Le premier cité concentrera la majorité de votre attention, puisqu’il possède le plus d’éléments. De plus, son accès est plus simple.

Schellenberg

Ruines de Schellenberg – Crédit photo : Shutterstock – Joachim B

Vos efforts vont être rapidement récompensés. Les deux bourgs sont d’excellents témoins de la vie médiévale du XIIIe et XIVe siècles et permettent de comprendre pourquoi la population s’est installée. Aussi, les fans d’architectures seront servis, puisque les ruines, bien qu’elles soient par définition dégradées, permettent d’avoir une idée plus que clair sur le type de construction privilégié dans cette partie du Saint-Empire Romain Germanique.

Le cadre est aussi majestueux. La vie d’antan se dessine sous vos yeux. Une vie assez agricole, où seules les fortifications venaient habiller le paysage d’autre chose que les pâtures et la haute-montagne.

Le mémorial Peter Kaiser

Et puisque nous remontons le temps, replongez-vous au cœur du XIXe siècle, dans la ville de Mauren. Le Mémorial Peter Kaiser vous attend dans cette commune. Le buste de l’un des pères fondateurs de l’identité liechtensteinoise vous toise et espère que vous avez été respectueux envers son pays. Pourtant, Kaiser n’a pas toujours eu bonne presse, ni dans son duché, ni dans le reste des pays germaniques.

Cette réputation, il la doit à sa défense de l’unification de l’Allemagne – à l’instar de Johann Georg Helbert – alors que le natif de Mauren vit à Vienne. Une position qui l’obligera à quitter la ville, pour se réfugier en Suisse. Néanmoins, son oeuvre politique et son travail d’histoire finiront par être reconnus dans la deuxième partie de sa vie.

Peter Kaiser

Mauren, ville natale de Kaiser, et un timbre à son effigie – Crédit photo : Flickr -Patrick Müller | Wikipédia – Karl Bickel

Kaiser était par exemple un fervent défenseur des droits des non-privilégiés et des esclaves, dans un état où les nobles et les aristocrates ne se soucier que d’eux.

La journée commence à laisser place à la nuit. Vous voilà récompensés de vos efforts. Vous êtes parvenu·e·s à accomplir le Liechtenstein trail. Après des kilomètres d’efforts, d’admiration devant la nature, de découvertes culturelles et historiques, il est temps de finir en beauté ce séjour hors du commun.

La nuit de Funkensonntag

Si un bon repas ou un apéritif sont une belle façon de conclure cette aventure, celles et ceux venu·e·s en février auront la plus belle des fins. Chaque dimanche qui suit le Mercredi des Cendres, a lieu le Funkensonntag. Il s’agit d’une fête largement célébrée dans les pays germaniques, qui consiste à allumer des feux de joie ou bien tirer un feu d’artifice, censés représenter la fin de l’hiver.

Le spectacle offre une autre façon d’admirer le paysage, toujours aussi magnifique, mais mis en valeur par la lumière des feux de joie.

Funkensonntag

Nuit de Funkensonntag – Crédit photo : Wikipédia – Flodur63

C’est donc sous ces festivités que vous pouvez profiter de ce dernier jour de trail, une aventure à la fois sportive et touristique. Un moment unique, que seul le Liechtenstein propose. Un pays d’une toute petite taille, mais dont l’Histoire et la culture n’a rien à envier aux autres.

Un commentaire ? Exprimez-vous ici !

Laisser un commentaire