La Galette des Rois, un gâteau qui défie les lois du temps

avatar

Vous la dégustez tous les ans mais vous ne la connaissez pas vraiment… Découvrez aujourd’hui la véritable tradition de la Galette des Rois, une pâtisserie chargée d’Histoire !

Seulement une semaine après la nouvelle année est célébrée une fête emblématique pour quelques pays occidentaux : la fête des Rois. A cette occasion, les Français, Espagnols, Luxembourgeois, Belges, Québécois et Suisses notamment se délectent d’un gâteau original : la galette des rois.

Considérée comme une fête religieuse qui symbolise l’arrivée des Rois Mages auprès de Jésus, cette commémoration s’inspire en fait de traditions ancestrales qui remontent à l’Antiquité.

Generation Voyage vous invite à un périple à travers le monde et les époques afin de découvrir l’origine de ce gâteau emblématique.

Galette des Rois

Crédit photo : Shutterstock – Aygul Bulte

La tradition de la galette des rois à travers le temps

De la Rome Antique…

Souvent célébrée le premier dimanche de janvier lors de l’Épiphanie, la fête des Rois est, dans l’imaginaire collectif, associée à la religion chrétienne. Cependant, comme la majorité des événements chrétiens, la fête des Rois s’inspire d’une tradition païenne beaucoup plus ancienne.

Car c’est à Rome durant l’Antiquité que l’on trouve les premières traces de la fête des Rois. En effet, chaque année à cette époque, entre la fin du mois de décembre et le début du mois de janvier, étaient célébrées les Saturnales. Celles-ci se déroulaient en l’honneur du Dieu Saturne, maître tout puissant de la période du solstice d’hiver.

Template Galette des Rois et Saturnale

Les Saturnales romaines, la Galette des Rois Crédit photo : Wikipédia & Shutterstock – guy42

Unique en leur genre, les Saturnales faisaient l’objet d’une cérémonie originale, à laquelle les esclaves étaient notamment conviés. D’ailleurs ces derniers étaient la principale source d’attraction de la fête. En effet, lors des Saturnales, un gâteau similaire à l’actuelle galette des rois était partagé en fonction du nombre d’esclaves présents.

A l’intérieur du fameux gâteau se cachait une fève. Les parts du gâteau étaient distribuées par un enfant dont l’âge garantissait l’innocence, considéré comme un oracle d’Apollon, qui se cachait sous la table. L’esclave qui piochait la fève devenait le Roi du jour et pouvait réclamer n’importe quelle faveur à son maître qui devait s’exécuter. A la fin de la journée, l’esclave retournait à sa condition. Cette tradition avait pour but de resserrer les liens entre maîtres et domestiques.

… Jusqu’au Moyen-âge et à la Renaissance

Au Moyen-âge et à la Renaissance, la tradition de la fête des Rois prend une toute autre tournure et devient une célébration ultra prisée par les aristocrates. Ceux-ci se l’approprient et en abusent : les divertissements sont excessifs, les banquets de plus en plus pompeux. Les ducs, seigneurs et rois trouvent cette fête tellement réjouissante qu’ils la célèbrent plusieurs fois dans l’année dans une ambiance de débauche et de démesure.

Interdits de galette :
En 1711, le royaume de France est touché par une famine dévastatrice. Le Parlement décide alors de proscrire la galette des rois afin que la farine soit utilisée uniquement pour faire du pain. Les aristocrates se sont vus alors supprimés pendant quelques temps leur passe-temps favori.

Banquet des rois

Crédit photo : Pxhere

La tradition du Roi du jour est toutefois conservée : une femme qui pioche la fève se voit le droit de demander n’importe quelle faveur au roi. Cette tradition est rapidement abolie par Louis XIV qui s’oppose à cette pratique, mais l’idée persiste. Un seigneur, duc, chevalier… peut donc devenir le Roi du jour. Ceux-ci s’en amusent : on choisit sa reine, ses domestiques, ses chevaux… Cela va même jusqu’à créer des “guerres pour rire” entre le faux et le vrai roi.

La fête des Rois meurtrière :
En 1562 François I met sa vie en péril lors de la fête des Rois. En effet, durant une “guerre pour rire” pour reconquérir son titre après que le duc de Saint-Pol hérita de la fève, le Roi de France reçoit des projectiles (œuf durs, galettes) en pleine tête et se brûle très gravement à cause d’un chandelier qui lui serait tombé dessus.

Bien que cette tradition devienne parfois outrancière, certains aristocrates profitent de cette occasion pour faire une bonne action. C’est le cas du duc Louis de Bourbon II qui, lors de la fête des Rois, prend pour habitude de couronner, pour la journée, l’enfant le plus pauvre du village. L’enfant possède ainsi ses propres domestiques, ses vêtements royaux et peut donner des ordres. A la fin de la journée, le duc offre une somme d’argent conséquente aux parents de l’enfant afin que celui-ci ait accès à l’éducation. C’est également en ce temps qu’est créée “la part du bon dieu ou de la vierge”, première part de la galette des rois distribuée aux habitants les plus pauvres.

Template galette et enfant roi


Galette des Rois, enfant roi
Crédit photo : Shutterstock – Angelique clic & Vasilyev Alexandr

La galette, républicaine ou religieuse ?

Au Moyen-âge, les Chrétiens s’inspirent des Saturnales romaines pour associer la Fête des Rois et le partage de la galette avec l’Épiphanie. Ce jour-là est, selon la Bible, celui où les Rois Mages Gaspard, Melchior et Balthazar, venus d’Orient, ont rencontré pour la première fois l’enfant Jésus.

Cependant, certains luthériens, calvinistes et catholiques protestent mettant en avant le côté extravagant et démesuré de la fête païenne romaine. Ils expriment leur désaccord en 1664 dans le chanoine de Senlis.

Malgré cela, dans l’imaginaire collectif, la célébration de l’Épiphanie le jour de la fête des Rois s’impose rapidement, éclipsant même les Saturnales desquelles s’inspire la véritable tradition du partage de la galette.

C’est également aux Chrétiens à qui l’on doit la date fixe de la fête des Rois. En effet, jusque dans les années 1960, l’Épiphanie était un jour férié qui tombait le 6 janvier. Cependant, par le biais du Vatican II, il fut décidé de fixer la célébration de l’Épiphanie le premier dimanche après le premier janvier afin que les fidèles puissent se rendre à la messe ce jour-là.

Template Roi Mages

Une peinture des Rois Mages, trois fèves des Rois Mages Crédit photo : Shutterstock – Renata Sedmakova & Victoria Short

Au-delà de l’aspect religieux, il ne faut cependant pas oublier que la galette des rois fut et demeure également un gâteau symbole de laïcité et de république. En effet, durant la Révolution française, la fête des Rois est supprimée pour des raisons évidentes. Elle renaît quelques temps plus tard sous le nom de Fête de l’Égalité. La galette des rois devient donc évidemment la galette de l’Égalité et ne possède pas de fève. Sa forme évolue également passant du traditionnel gâteau rond à une pâtisserie en forme de bonnet phrygien. Elle retrouvera quelques années plus tard sa forme originale.

La galette des rois est donc, à cette époque, le symbole d’un changement profond au sein de la société. Afin de rendre hommage à cette période révolutionnaire, le président de la République reçoit tous les ans depuis 1965 une géante Galette de l’Égalité. Celle-ci ne contient donc ni fève ni couronne en souvenir de l’héritage de la Révolution française et du respect des principes de la République.

Galette des rois élysée

Crédit photo : Facebook – Abacapress

Une galette géante :
En 2018, la Galette de l’Égalité servie au président Emmanuel Macron était environ quarante fois plus grosse qu’une galette classique. Son diamètre était de 1m20 pour 150 personnes. La légende raconte qu’elle n’est toujours pas terminée…

La galette

Que l’on célèbre la fête des Rois pour des raisons religieuses ou non, elle est une occasion de se rassembler entre amis ou en famille autour d’un gâteau inédit que l’on ne mange qu’à cette occasion.

Boulanger ou pâtissier ?
Au XVIe siècle, la galette des rois fut la cause d’une bataille féroce entre boulangers et pâtissiers. En effet, chacun d’eux sentant là un marché juteux, voulaient en obtenir le monopole de fabrication. Le roi François I attribua le droit aux pâtissiers. Cependant, les boulangers réussirent un temps à contourner cette règle en offrant des galettes des rois directement à leurs clients.
En 1711, la galette des rois fut à nouveau la cause d’un différend féroce entre les deux corps de métiers. Cette fois-ci, le Parlement proscrit aux boulangers l’utilisation de la farine et des œufs dans ce gateau afin de marquer une fois pour toute l’interdiction.

Team frangipane VS Team brioché

Galette des Rois

Gâteau des Rois, Galette des Rois Crédit photo : Shutterstock – asife & margouillat photo

La recette de la galette et son apparence diffèrent en fonction des régions françaises : frangipane, gâteau des rois, reiaume, patissou, garfou… Il en existe des dizaines. Cependant, dans la majeure partie du territoire, c’est la galette frangipane qui prime sur ses concurrentes. En effet, sur les 94% des Français qui avouent manger de la galette au moins une fois dans l’année, 70% déclarent choisir la galette frangipane.

Cette galette aurait été inventée par un noble florentin, le marquis de Frangipani, il y a plusieurs siècles. Ce fut la seconde épouse d’Henri IV, Marie de Médicis, qui, en quittant l’Italie, se fit remettre la recette d’une crème à la poudre d’amande, élaborée par le cuisinier de son plus proche soupirant, le comte Frangipani. La recette plût à la Cour de France et est toujours appréciée de nos jours.

Brioche et Galette

Crédit photo : Shutterstock – sylv1rob1

Bien que la galette frangipane domine le marché, le brioché aux fruits confits et sucre glace est également très populaire. Plus communément appelé gâteau des rois, on trouve celui-ci essentiellement dans le sud de la France. Son nom change, passant de couronne bordelaise à Bordeaux au royaume à Montpellier, mais sa composition reste la même. Parfumé à la fleur d’oranger pour amoindrir son côté sec, les fruits confits délicatement posés dessus représentent les joyaux de la couronne. Ceux-ci ne sont pas essentiels mais ajoutent une touche colorée à un gâteau d’apparence plutôt simple.

La galette des rois à travers le monde

Particulièrement appréciée par les Français, la coutume de la galette des rois s’est étendue à travers le monde entier.

King Cake

Crédit photo : Shutterstock – Carlos andre Santos

On trouve ainsi à la Nouvelle-Orléans le king-cake, une pâtisserie similaire au gâteau des Rois français que les Américains dégustent à Mardi-gras. La rosca au Mexique est également une copie du gâteau français apportée, dans leur pays, par les émigrés mexicains en France. Les pays limitrophes de la France reprennent également la tradition : goûtez donc au driekoningentaart en Belgique néerlandophone ou à la galette suisse. En Espagne cependant, la fête des Rois est une cérémonie très importante pour la population qui est très attachée à la religion.

La fève, légumineuse ou porcelaine ?

Que ce soit pendant l’Antiquité ou à l’époque contemporaine, avoir la fève est toujours un enchantement pour les petits ou pour les grands. En effet, bien que la tradition du Roi du Jour de l’Antiquité ou du Moyen-âge ne soit plus d’actualité, il reste tout de même plaisant de trouver dans sa part de galette une fève en porcelaine. Certains que l’on nomme fabophiles ont d’ailleurs pour passion de collectionner ces dernières.

Car les fèves sont, malgré les apparences, chargées d’Histoire. Au départ, la fève à l’intérieur des galettes porte bien son nom puisqu’il s’agit de… la vraie légumineuse ! A l’époque antique, elle est un des symboles du solstice d’hiver et concorde alors parfaitement avec la célébration des Saturnales romaines.

La fève est également un symbole de fécondité : elle contient un embryon et donne la vie lorsqu’elle meurt. Sa taille est également un atout : ni trop petite ni trop grande et suffisamment plate, elle est parfaite pour être introduite à l’intérieur des galettes et passer inaperçue. C’est également un légume que l’on trouve à peu près partout, qui n’a pas de mal à pousser : ainsi tout le monde pouvait s’offrir le luxe de célébrer la fête des Rois.

Template fève

Les galettes des Rois et leurs fèvesCrédit photo : Shutterstock – Netrun78 & Jerome.Romme

« Le Roi Boit »
Au Moyen-âge, une nouvelle coutume apparaît, “le Roi Boit” : celui qui possède la fève doit payer sa tournée à la tablée. Certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d’argent. C’est ainsi que la fève légumineuse fut remplacée par une fève en porcelaine pour que “le roi [qui] boit” craigne de l’avaler !

Au départ, les fèves en porcelaine représentaient seulement des symboles de fécondité comme des bébés, des poupées… Petit à petit, elles se diversifient présentants ainsi des animaux, des symboles de chance ou bien des santons.

Au début du XXe siècle, un certain Monsieur Lion décide de lancer une fève en forme de lune avec au dos le nom et l’adresse de son commerce. C’est la première fève publicitaire.

En 1960, les premières fèves en plastique apparaissent. Moins chères, elles prennent le pas sur la porcelaine. Ce sont celles que nous connaissons aujourd’hui qui n’ont plus aucun rapport avec la crèche et sont souvent des personnages de dessins animés, de romans, de légendes…

“Je serai Roi deux fois”
Ce sont les mots du jeune Louis XIV avant de se servir une part de galette lors du banquet annuel de la fête des Rois.

Recette de la Galette Frangipane

Frangipane recette

Crédit photo : Shutterstock – Milleflore Images

Ce voyage à travers le monde et les époques vous a ouvert l’appétit ? Ça tombe bien ! Generation Voyage vous propose la recette de l’authentique galette des rois frangipane. N’oubliez pas d’y mettre la fève !

Les ingrédients

  • 2 pâte feuilletées ;
  • 100 g de sucre glace ;
  • 2 œufs ;
  • 1 cuillère à café d’amande amère ;
  • 125 g d’amande en poudre ;
  • 75 g de beurre mou ;
  • 1 jaune d’œuf

La préparation

  • Dans un bol, mettre le beurre ramolli. Le mélanger au sucre glace puis ajouter la poudre d’amandes, puis les œufs et enfin l’amande amère ;
  • Étaler un disque de pâte. Avec un pinceau, badigeonner le tour de celle-ci sur 2 cm environ de jaune d’œuf. Mettre au centre la fève puis la frangipane ;
  • Recouvrir rapidement avec le deuxième disque de pâte et appuyer sur les bords (doucement). Replier le tour sur 1,5 cm environ et appuyer plus fortement pour souder les deux disques ensemble ;
  • Faire des croisillons avec la pointe d’un couteau sans traverser la pâte et badigeonner le tout de jaune d’œuf ;
  • Faire cuire à four chaud 40 minutes (thermostat 8).
Comment avez-vous trouvé cet article ?
15 avis (4.7/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
  1. avatar

    Quel régal cette lecture !
    Dégustation très réussie de cette page d’Histoire… de la Galette… grâce à un texte clair et structuré qui met en lumière avec beaucoup de précisions et de belles photos, les différentes étapes de cette Tradition.
    Bravo, à la rédactrice qui me permet de connaître maintenant la galette, sous toutes ses formes : histoire et recette !!! Et à qui j’octroierais : La Fève.

    • avatar

      Bonjour Mafi,

      Merci beaucoup pour l’intérêt que tu portes à notre article et un grand merci pour notre super rédactrice Adèle (elle le mérite) ! 😉

      Je te souhaite une agréable journée,

      Louise de Generation Voyage

Laisser un commentaire ou