N’allez pas en Berry

avatar

N’allez pas en Berry, le docu qui casse les idées reçues sur nos territoires.

Salut les GlobeTolters,

Après le premier épisode sur la Creuse, c’est le moment de vous embarquer dans un nouveau territoire pétri d’idées reçues : le Berry. Ancienne province de la France de l’ancien régime, le Berry n’existe plus administrativement. Le Cher et l’Indre en sont aujourd’hui les principaux héritiers mais on y trouve également de plus petites parcelles dans le Loiret, le Loir-et-Cher et la Creuse.

C’est complètement mort

Une idée assez répandue sur nos territoires ruraux consiste à penser qu’il ne s’y passe rien, que c’est complètement mort. Pourtant, s’il y a bien un événement dont vous avez entendu parler, c’est le Printemps de Bourges.

Ce festival de musique créé en 1977 a fait la renommée du chef-lieu du Cher et ne rassemble pas moins de 200 000 personnes. Il est dédié à l’émergence, la création et la découverte.

C'est complètement mort

Crédit photo : Facebook – Printemps de Bourges

Au-delà de son festival star, la vie culturelle du Berry vibre en réalité toute l’année au rythme des nombreux événements qui font vivre toute la province.

En effet, on y trouve de nombreux lieux de culture comme les Bains Douches, salle de spectacles et organisateur de L’Air du Temps, un festival de la diversité de la chanson française actuelle. Mais le Berry propose d’autres évènements musicaux tel que le Son Continu, et dispose également d’un Centre d’Art Contemporain et la Ferme-Théâtre de Bellevue, qui propose entre 100 et 120 représentations à l’année, telles que des repas spectacles et un spectacle de plein air pouvant accueillir 500 à 600 personnes.

En bref, il y a de quoi faire dans le Berry !

C’est une destination 3ème âge

En réalité, le Berry n’est pas réservé qu’aux détenteurs d’une canne ou d’un déambulateur. En effet, les fans de sports aquatiques pourront s’essayer au téléski nautique sur le plan d’eau de Ligny au Sensas’Parc, ou encore au wakeboard et à la bouée tractée avec le club nautique d’Eguzon.

C'est une destination 3ème âge

Crédit photo : AD2T

Pour ceux qui souhaitent se dépasser en alliant agilité, force, endurance et intelligence, c’est au parcours d’obstacles de Laleuf qu’il faudra se rendre. Enfin, pour une découverte hors du commun et lorsque le temps est clément, il est possible de survoler les magnifiques paysages du sancerrois en parapente avec Rêv’d’Ailes.

Vous l’aurez compris : entre « parcours du combattant », activités nautiques et parapente, les sportifs et les personnes en mal de sensations fortes ne s’ennuieront pas en Berry.

On n’y mange que du pâté berrichon

Dire que j’ai bien mangé dans le Berry serait un euphémisme. Les découvertes culinaires faisant partie intégrante d’un voyage, j’en ai profité pour y découvrir de délicieux produits artisanaux.

Par exemple, à Sancerre, nous avons eu la chance de déguster des spécialités locales, accompagnés de ceux qui se cachent derrière leur conception. C’est le cas d’Adélaïde Grall et ses délicieux vins, d’Emmanuel et ses confiseries Cocoripop, 100% bio et locales, de Benjamin et les croquets de Sancerre du Cabasson Gourmand ou encore de Sylvie et ses bières sancerroises.

On n'y mange que du pâté berrichon

Crédit photo : Tolt

Quelques jours plus tard, j’ai pu revivre cette expérience dans le nord de l’Indre où j’ai eu la chance de goûter le célèbre vin Valençay. J’y ai aussi dégusté le fromage de chèvre du même nom, qui participe également à la notoriété de la commune grâce à sa double Appellation d’Origine Contrôlée unique en France. Dans le Berry, le fromage de chèvre est d’ailleurs une vraie spécialité. Avec pas moins de 3 AOP – le Crottin de Chavignol, le Valençay et le Pouligny-Saint-Pierre -, ils font la fierté du territoire au niveau européen.

Enfin, j’ai aussi fait la rencontre de Boris Chesseron, de la Ferme de Plume Cane, et Philippe Arnault, chef cuisinier à La Chaumière, qui m’ont partagé leur vision de la cuisine berrichonne. Cela m’a notamment permis d’apprendre qu’on trouve dans la région de nombreux produits saisonniers magnifiques, tels que la truffe, le safran, l’esturgeon, ou encore l’asperge.

On n'y mange que du pâté berrichon

Crédit photo : Tolt

Vous l’aurez compris, le vivier de produits du Berry est très intéressant et ne cesse de se renouveler tout au long de l’année. Hors de question, donc, de limiter sa cuisine au pâté berrichon.

Il y a quoi à part des champs ?

Il y a quoi à part des champs ?

Crédit photo : Tolt

Le Berry ravira les naturophiles, que ce soit par la variété de ses paysages ou par la richesse de sa biodiversité.

En effet, pour être honnête avec vous, j’ai été bluffé par la variété de panoramas qu’offre le Berry. Entre les marais de Bourges, les paysages vallonnés du Sancerrois, les forêts de Sologne, et la boucle du pin, j’en ai pris plein les yeux.

Mais le patrimoine naturel du Berry ne se limite pas à ces splendides paysages. En effet, j’y ai découvert la richesse de sa biodiversité, notamment dans la réserve naturelle de Chérine.

Il n’y a rien à voir

Il n'y a rien à voir

Crédit photo : Tolt

Que vous soyez un passionné d’Histoire ou que vous ayez un faible pour les petits villages colorés, le patrimoine architectural et historique du Berry saura répondre à vos attentes.

Vous pourrez notamment y visiter la cathédrale de Bourges – inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1992 -, le palais Jacques Coeur ou encore le magnifique Château de Valençay.

Laissez-vous également charmer par Apremont-sur-Allier, niché dans un paysage de bocages, Argenton-sur-Creuse et ses vieilles maisons pittoresques ou encore à Aubigny-sur-Nère et son centre-ville si particulier.

Projet réalisé en collaboration avec Berry Province.

Comment avez-vous trouvé cet article ?
0 avis (0/5)
Questions / Commentaires à l'auteur
Laisser un commentaire ou