×
Mot de passe oublié ?

Un alpiniste amputé des pieds part en quête de l’Himalaya

Comparez et trouvez vos activités voyage
Un alpiniste amputé des pieds part en quête de l’Himalaya

Alors qu’il est amputé des deux pieds, l’alpiniste Santiago Quintero souhaite atteindre le deuxième sommet le plus haut du monde grâce à ses prothèses.

Ceux qui pensent qu’être une personne à mobilité réduite empêche de faire de nombreuses choses dans la vie ont incontestablement torts. Que ce soit une déformation génétique ou un problème dû à un accident, il est possible de réaliser ses rêves, malgré un handicap, si on a de la volonté. Nous avions parlé il y a quelques temps de Alexei, un virtuose du piano alors qu’il n’a pas de mains. Aujourd’hui, nous allons voir dans cet article qu’il est possible de faire de l’escalade même lorsqu’on a été amputé des deux pieds…

Entreprendre l’ascension d’un sommet dangereux

Grimper au sommet d’une montagne n’est pas chose aisée même lorsque les meilleures conditions sont réunies. Mais vouloir gravir le K2 alors qu’on a des prothèses au niveau des jambes, cela révèle de l’exploit tout simplement ! C’est pourtant ce que compte faire Santiago Quintero, un alpiniste équatorien de 41 ans, qui part en quête de l’Himalaya sans aide respiratoire. Avant que l’on ne découvre son parcours de vie, parlons un peu du lieu de son défi, présenté ci-dessous en photo.

K2, Himalaya, Ascension, Alpiniste handicapé

Le K2 – Crédit photo: Wikimédia – Kuno Lechner

Le K2 est considéré comme le deuxième sommet le plus haut du monde (après le mont Everest) mais également l’un des plus ardus de la planète. En effet, depuis toujours, ce pic fait de nombreuses victimes (il est à l’origine de 81 morts) que ce soit au moment de l’ascension que de la descente. Situé sur la chaîne de l’Himalaya, le K2 surplombe le paysage avec ses 8611 m et il est très dangereux de s’y aventurer pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en raison de sa haute altitude, il y a une perte certaine d’oxygène ce qui peut entraîner des vertiges, un manque de sang dans les organes et des battements de cœur irréguliers. Les conditions climatiques sont également complexes avec le froid et le vent omniprésents. Enfin, la fatigue se fait vite ressentir lors de l’excursion, ce qui provoque un manque de lucidité et de vigilance.

De nombreuses expériences précédentes en altitude

Si Santiago Quintero souhaite venir à bout du K2 malgré son handicap, c’est parce que c’est loin d’être un amateur en la matière. Effectivement, c’est un alpiniste qui ne recule devant rien puisqu’il compte désormais plus de 25 ans d’escalade. Dans sa carrière, il a pu grimper sur une bonne trentaine de sommets et c’est d’ailleurs en exerçant sa passion qu’il a eu un accident de parcours: alors qu’il montait sur le point culminant de la Cordillère des Andes (Aconcagua) en 2002, ses pieds n’ont pas supporté le froid de la montagne et ont gelé sur place ce qui a conduit à leur amputation.

Après cette mauvaise expérience, il ne pouvait se résoudre à abandonner son rêve, à savoir conquérir tous les monts à plus de 8000 mètres d’altitude. Pour y arriver, il est équipé de prothèses spécialement conçues, avec lesquelles il s’entraîne depuis 3 ans sans relâche. Un guide va également l’accompagner.

Santiago Quitero, Alpiniste Handicapé

Crédit photo: Facebook – Santiago Quintero

Le mot de Santiago: « Après ce qui s’est passé dans l’Aconcagua, on m’a dit que plus jamais je ne ferai l’ascension d’une montagne de 5000 mètres et que ma carrière était terminée pour toujours. […] Être handicapé est une décision personnelle. Personne ne peut me dire comment je suis ou ce que je suis ! »

Crédit photo principale : Facebook – Santiago Quintero

A voir aussi dans la rubrique À partager
A voir aussi dans la rubrique Montagne
Répondre

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi