Un étudiant toulousain rejoint Tokyo en auto-stop

Comparez et trouvez vos activités voyage
Un étudiant toulousain rejoint Tokyo en auto-stop

Dimitri Vergé a fait 18 000 km avec 165 chauffeurs différents pour rallier le Japon

A l’heure où nous avons réalisé cette interview, Dimitri Vergé, étudiant à l’université Jean-Jaurès de Toulouse venait d’arriver à Tokyo. Il était pour lui 2 heures du matin. Quelques journaux nationaux et régionaux se sont intéressés à son périple et c’est le côté aventure de son histoire qui nous a marqué. Son exploit ? Parcourir en auto-stop 18 000 kilomètres et neuf fuseaux horaires en 75 jours, de Toulouse à Tokyo.

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Comment t’es venue l’idée de rallier Toulouse à Tokyo, un voyage déjà long auquel tu as rajouté la difficulté de le faire en auto-stop ?

Mon premier grand voyage en stop s’est déroulé avec un ami il y a deux ans et demi (de Toulouse à Oslo, où j’étais en année Erasmus) sur un coup de tête, et ça a été une telle expérience que c’est devenu mon mode de voyage de prédilection. J’ai donc par la suite réalisé quelques autres trajets en Europe (le tour d’Espagne, Toulouse-Istanbul, Toulouse-Moscou), prenant de plus en plus confiance, allant de plus en plus loin. Ayant vécu à Moscou pendant un an j’avais envie de découvrir plus en profondeur ce pays gigantesque, et le Japon en était la suite logique, le dernier arrêt avant l’obstacle de l’Océan Pacifique.

Combien de pays as-tu traversé, et lequel(s) t’as le plus marqué ?

J’ai traversé un total de 13 pays, deux d’entre eux n’étaient pas prévus dans le plan initial (l’Italie, où j’ai décidé de suivre un conducteur sympa qui m’a pris en Suisse et qui rentrait chez lui dans les magnifiques montagnes des Dolomites, au nord de l’Italie, et la Slovénie, pour rendre visite à une amie qui y était). Bien entendu la Russie (que j’ai passé 45 jours à traverser d’ouest en est…) est le pays qui m’a le plus marqué, tout comme le Japon, si radicalement différent.

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Comment tu t’es débrouillé sur la route ? Où dormais-tu ?

Je/on (j’ai passé à peu près la moitié du voyage avec différents amis venus m’accompagner pour une partie du voyage) planifiait tous les soirs notre destination du lendemain, où on pensait s’arrêter pour la nuit. J’avais déjà pas mal de contacts dans toute l’Europe grâce à de précédentes expériences à l’étranger ce qui m’a permis de revoir avec plaisir de vieux amis et souvent de dormir chez eux. Sinon j’ai beaucoup utilisé le site Couchsurfing, qui permet au voyageur de demander un hébergement gratuit aux résidents de la ville où il passe. Outre la gratuité, c’est surtout une occasion formidable de rencontrer des personnes d’horizons différents, mais toujours ouverts d’esprit et souvent à même de guider ou conseiller sur la région dans laquelle ils vivent. En Russie on a parfois campé sous tente, mais après de multiples avertissements sur le nombre d’ours, de loups (et même de tigres de Sibérie en s’approchant du Pacifique !) rôdant dans la région, on s’est résignés à s’arrêter dans les motels de bord de route…

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

As-tu fait des rencontres insolites, marquantes ?

Il aura fallu quelques 165 chauffeurs pour atteindre Tokyo de Toulouse, donc j’ai en effet quelques anecdotes… Dans ce voyage le plus improbable reste la traversée de la frontière ukraino-russe à pied. Au vu de la situation actuelle j’étais un peu tendu. Mais, dans la file d’attente, la grand-mère derrière moi me regarde de haut en bas et me dit froidement que mes chaussures de randonnée sont beaucoup trop chaudes pour le temps qu’il fait, que je devrais regarder ses sandales et acheter les mêmes. Parfaitement improbable et parfait pour déstresser. Par ailleurs, la frontière était très calme».

Au-delà de l’aventure sur les routes, ce voyage a permis à Dimitri de partager des moments intenses. Au bord d’une route en Russie, un camionneur s’arrête et les invite, lui et une amie, à monter rapidement. « Il allait dans la même ville que nous à 3 heures d’où on était, et roulait le plus vite possible car sa femme l’avait appelé 20 minutes plus tôt, il venait d’être papa ! »

Quel était ton budget initial, et combien as-tu dépensé lors de ce périple génial ?

Mon budget initial était de 1500 euros, et c’est à peu près ce que j’ai dépensé pour ces 3 mois de voyage (2 mois et demi sur la route et deux semaines de visite du Japon… mais en stop aussi !) C’est un budget qui paraîtra très peu à beaucoup de gens, et extrêmement élevé à de nombreuses personnes que je connais qui voyagent plus lentement mais dépensent bien moins ! J’ai trouvé que c’était un bon compromis, assez réduit pour pouvoir voyager tout l’été, et assez élevé pour pouvoir se faire un peu plaisir de temps en temps (quelques soirées, une plongée dans le lac Baïkal…).

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Pourquoi le Japon comme destination finale ?

(cf question 1) Je n’étais pas réellement intéressé par le Japon avant de commencer mon voyage, je trouvais juste l’endroit « pratique » pour finir mon voyage (et sûrement intéressant bien entendu), mais après mes deux semaines là-bas j’ai changé d’avis, le pays est vraiment fascinant et unique au monde…

As-tu eu des moments difficiles, des galères, des mésaventures ?

Vraiment rien d’insurmontable. La chaleur, le sac à dos qui pèse sur les épaules, pas mal de marche pour trouver un bon endroit où tendre le pouce… Le genre de moments difficiles dont le mauvais souvenir s’efface dès le lendemain… Toujours un peu d’appréhension au fur et à mesure que le soleil descend sur l’horizon et qu’on ne sait pas bien où on va dormir le soir, mais tout s’est bien passé et les chauffeurs n’hésitent jamais à appeler notre contact dans la ville/les hostels alentours pour être bien certain que l’on sera en sécurité.

Est-ce que tu as des projets similaires à l’avenir ?

Rien de concret, je pars fin octobre en Inde pour un stage de 6 mois, j’aurai le temps de réfléchir à quelque chose de là-bas ! Le monde est vaste et je suis encore jeune… Mais l’idée de descendre du Canada à la Patagonie par voie terrestre fait son chemin.

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Dimitri Vergé, auto-stop de Toulouse à Tokyo

Le voyage de Dimitri vous inspire t’il ? Dites lui en commentant ci-dessous !

A voir aussi dans la rubrique Actualités voyages
Répondre
  1. A plus de 25 ans on profite du système et quoi en retour grand garçon?
    Student in Oslo Erasmus, il a pas eu exams pour absences inexplicables.
    Pour vivre à Tokio avec 500 euros, faut se faire loger free + repas free (15$ / sandwich).
    Strategy is to change host quickly, pour profiter au max, partir vite, ou quoi in exchange? For a beautiful girl it’s easy, but a « barbu », it’s difficult.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi
Retrouvez également Generation Voyage gratuitement par mail et sur votre smartphone: