Et si Banksy était une femme ?

Comparez et trouvez vos activités voyage
Et si Banksy était une femme ?

Un journaliste a émis l’hypothèse que Banksy était une femme. Retour sur son argumentation.

Tout le monde veut savoir qui il est, certains en profitant même pour faire un canular au sujet de son arrestation. Fausse, bien sûr. Son identité n’étant toujours pas dévoilée, un journaliste du CityLab, Kriston Capps, relance le débat en remettant en question son sexe : Banksy serait-elle une femme ? Nous avons décrypté ses arguments.

Personne ne peut trouver Banksy parce qu’ils cherchent un homme, ou supposent que c’est un homme

Banksy Does New York, un nouveau documentaire qui sera diffusé sur HBO le 17 novembre, suit la « prise de contrôle de New York » par Banksy. Si ce reportage a de quoi ennuyer, voici une raison d’y porter une plus grande attention : après avoir vu le film, le journaliste Kriston Capps n’a pas hésité à émettre la théorie que Banksy était une femme.

Mystère autour de l’identité de Banksy

Il y a de nombreux points intéressants soulevés dans l’article de Capps que le film semble provoquer. Les filles et les femmes sont bien en vue dans les travaux de Banksy, plus que tout autre artiste de rue, et de loin. Il y a un niveau de nuance qui définit Banksy en dehors du monde (presque) masculin du street-art. Et dans Faites le mur!, le film dirigé par Banksy qui raconte l’histoire de sa relation brisée avec l’artiste de rue Mr. Brainwash (que vous pouvez croire ou non), Banksy est joué par un homme, « ce qui sert clairement à tromper les gens, » affirme Capps. Alors que les « chasseurs » de Banksy ont suggéré que Banksy était une femme, ou peut-être un groupe de personnes pouvant être dirigée par une femme, ce film pourrait plaider en faveur de cette théorie mieux que jamais.

Capps, dans tout son article, utilise le pronom « elle » pour parler du street artiste.

Que son identité soit encore secrète est un exploit, compte tenu de sa notoriété et de sa commercialisation. L’artiste est en effet maître de son image, et continuera de garder son identité secrète pour une raison simple: son art est illégal, et le jour où il fera tomber le masque, qu’il soit un homme ou une femme, son travail s’arrêtera.

Kriston Capps commence donc son analyse en citant le journaliste du Guardian Simon Hattenstone, qui a rencontré Banksy dans un pub de Bristol en 2003. Les premières lignes de son récit porte de suite à confusion :

Banksy arrive d’une minute à l’autre. Le seul problème c’est que je ne sais pas à quoi il ressemble. Personne ici ne semble savoir à quoi il ressemble. Mais tout le monde le connaît. Enfin, si “il” est bien un “il”.

Banksy Pulp Fiction

Flickr – eddiedangerous

Malgré les hésitations, Hattenstone était convaincu: Il a écrit que la personne qu’il a interviewé « ressemble à un croisement entre Jimmy Nail et Mike Skinner des Streets » (projet musical de rap). Quelqu’un qui peut ressembler à tout le monde donc…

Dans la sortie de son film en 2010 Faites le mur !, Banksy apparaît comme un personnage anonyme dont la voix est déguisée. Mais le documentaire étant un faux, imaginé par Banksy pour dénoncer les dérives de l’art contemporain, il semble vouloir brouiller un peu plus les pistes.

Au cours du premier entretien que Banksy a donné à The Guardian, un autre personnage était présent (« Steve », l’agent de Banksy). Un autre personnage est toujours présent, dit l’artiste canadien Christopher Healey, qui a maintenu depuis 2010 que Banksy était une équipe de sept artistes dirigés par une femme, potentiellement la même femme aux longs cheveux blonds qui apparaît dans les scènes représentant le prétendu studio de Banksy dans Faites le mur!. Bien que Healey ne donne pas le nom de sa source concernant cette affirmation claire, c’est au moins aussi crédible que de suggérer que Banksy est, et a toujours été un homme seul.

« Puisqu’il y a est tellement de fausses pistes et de détournements des normes sociales dans le travail de Banksy, et que tout le monde dit que personne ne l’a vu, alors cela devient logique, » affirme Healey. « Personne ne peut trouver Banksy parce qu’ils cherchent un homme, ou supposent que c’est un homme. »

Le côté féminin de l’art de Banksy

Kriston Capps appuie ses déclarations en parlant ensuite d’une chose concrète, à savoir l’art de Banksy lui-même. Une partie de ce qui rend le travail de Banksy si populaire est qu’il n’opère pas du tout comme l’art de la rue. Prenez les artistes Invader et Fairey, qui apparaissent tout deux dans Faites le mur!. Invader a commencé avec la seule icône « Space Invaders » que l’artiste a réitéré à l’infini. Fairey s’est d’abord fait connaître par les autocollants André the Giant Has a Posse répété maintes et maintes fois. Ces deux artistes ont utilisé la même stratégie pour devenir célèbres : répéter indéfiniment le même symbole.

Cette ambition de contrôler un espace public à travers ce genre de signe redondant est très masculine et elle est partagée par la grande majorité des artistes de rue. Banksy, lui (ou elle), se réinvente à chaque fois, tout en gardant une cohésion artistique, ce qui ferait donc de lui une femme.

Par rapport au travail très visible de Invader ou Fairey ou des dizaines d’autres artistes de rue de grande envergure, le travail de Banksy est différent. Les figures réalisées par Banksy au pochoir sont principalement des femmes, “ce qui n’est pas le cas pour 99% du street art“ analyse Capps.

Banksy fille ballon

Flickr – Dominic Robinson

De plus, “son travail montre une plus grande capacité pour se mettre à la place des autres (c’est vrai pour ses thématiques de justice sociale mais aussi dans sa manière d’anticiper l’interaction avec celui qui verra son travail)“, poursuit le journaliste qui associe alors ce penchant à celui de la gent féminine.

Enfin, il ajoute un avis personnel (et pas forcément à prendre en compte) sur la manière dont Banksy a fait de son art quelque chose de viral. Cela fait de lui « un innovateur qui sort des formes communes. Dans l’art contemporain d’aujourd’hui c’est un trait féminin : les meilleurs artistes de selfies sont des femmes par exemple“.

Le rédacteur de l’article ose donc élaborer des théories au caractère sexiste pour étayer son argumentation.

Toute cette analyse pour du vent ?

Et si Banksy était une femme. Quel serait le problème ? C’est sûr que l’idée fait fantasmer. De nombreuses street-artists talentueuses existent et sont reconnues. D’ailleurs, le Huffington Post Maghreb avait titré un article publié septembre dernier 10 femmes street artistes qui sont meilleures que Banksy. Le journaliste Kriston Capps semble avoir bossé le sujet, mais ne se base t’il pas que sur des arguments trop clichés ? Toujours est-il que cela ne fait pas avancer la question sur l’identité de Banksy, et tout ce remue-ménage ne sert, finalement, qu’à accentuer la fascination qu’il y a autour du grand street artiste britannique. On finira sur une citation souvent attribuée à Talleyrand : Derrière chaque grand homme, il y a une femme

A voir aussi dans la rubrique Actualités voyages
A voir aussi dans la rubrique Art
Répondre

Laisser un commentaire

Suivez-nous
A voir aussi
Retrouvez également Generation Voyage gratuitement par mail et sur votre smartphone: